Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


FRANCE - Education : le Ministère s’inquiète que la crise démontre "l’incapacité de l’Etat à protéger la population"

Publié par Brujitafr sur 9 Mai 2020, 07:44am

Catégories : #Coronavirus, #ACTUALITES, #POLITIQUE, #Nouvel Ordre Mondial

Dans une fiche d’accompagnement pédagogique à la reprise scolaire, publiée sur Eduscol, le Ministère de l’Education Nationale, invite ses personnels à déconstruire les discours « radicaux » des élèves sur la gestion de la crise du Covid. Plus précisément ceux utilisés pour « démontrer l’incapacité des Etats à protéger leurs populations » … autrement dit, celle du gouvernement.

FRANCE - Education : le Ministère s’inquiète que la crise démontre "l’incapacité de l’Etat à protéger la population"

Amendé depuis sa première version, le protocole sanitaire de reprise des écoles, devenu simple « guide » comporte de nombreux manquements : l’obligation à porter un masque pour un enseignant est désormais limitée aux cas où « les distances sociales ne pourraient pas être respectées » dans les classes, tandis que la date du 11 mai pour leur mise à disposition gratuite a disparu de la nouvelle bouture des recommandations. Comme pour les hôpitaux, auxquels certaines grandes entreprises avaient ravi les masques chirurgicaux et FFP2 disponibles dans le pays, dans les écoles, les conditions sanitaires ne semblent pas être la priorité.

 

Continuez

 

à partager

la vérité

autour de vous !

 

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

À vos commentaires !

En attendant les masques, les pontes du ministère ont utilisé tout leur savoir-faire pour se pencher sur un autre chantier, sûrement plus urgent aux yeux du gouvernement : à côté d’un guide sanitaire mal ficelé, on trouve une fiche pédagogique Eduscol destinée à aider les enseignants à accompagner le retour des élèves à l’école. Et parmi les points abordés, celui du « Coronavirus et des risques de replis communautaristes » dont pourraient souffrir les élèves.

Une fiche pour bâillonner la « fronde contre les mesures gouvernementales »

« Groupes radicaux », « trouble à l’ordre public », « contre-projets de société […] communautaires, autoritaires et inégalitaires », perlent les avertissements du Ministère de l’Education Nationale sans qu’on comprenne d’abord très bien le lien avec le terrible virus. Plus que le Coronavirus, c’est le fait que « la crise du Covid-19 peut être utilisée par certains pour démontrer l’incapacité de l’Etat à protéger la population et tenter de déstabiliser des individus fragilisés » qui inquiète au plus haut point le sommet de l’Etat. C’est la possibilité d’une « remise en question radicale de notre société et des valeurs républicaines », « la fronde contre les mesures gouvernementales » qui lui fait pousser des cris d’orfraie.

Le scandale des masques, la mise en évidence des violences policières, l’avalanche de mesures pro-patronales et la mise en danger de la vie de milliers de travailleurs pour les beaux yeux du profit patronal ont beau avoir été amplement révélés et étalés dans la presse. Le Ministère veut bâillonner tout récit qui pourrait le mettre en cause, tout en, comble de l’ironie se cachant derrière des pseudos valeurs démocratiques et l’attachement au « discours scientifiques ». Une opération propagande au cœur de l’école, par les personnels d’éducation, qu’il enjoint à être les soldats des « fake news » gouvernementales.

Le lexique éculé ne surprend pas. La radicalité et le communautarisme ne désignent plus seulement cette fois les musulmans, ni les black-bloc, ni les gilets jaunes, ni les syndicalistes combatifs mais tout à la fois. Et bien plus encore, tous celles et ceux qui viendraient à discréditer l’action gouvernementale, à se prendre des envies de balayer ce système économique et politique nauséabond, à ceux qui rêvent de révolution et de monde meilleur. En particulier cette jeunesse qui se prête à rêver d’un autre possible, et pourrait bien être l’étincelle de demain.

SOURCE

une fiche pédagogique Eduscol destinée à aider les enseignants à accompagner le retour des élèves à l’école.

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Reprise_deconfinement_Mai2020/69/5/Fiche-Replis-communautaires_1280695.pdf

 

Coronavirus et risque de replis communautaristes

Aujourd’hui, la violence de la pandémie causée par un nouveau virus nous confronte à l’incertitude sur de multiples plans (en matière, médicale, sociale, économique, culturelle...). La crise du Covid-19 peut être utilisée par certains pour démontrer l’incapacité des Etats à protéger la population et tenter de déstabiliser les individus fragilisés. Divers groupes radicaux exploitent cette situation dramatique dans le but de rallier à leur cause de nouveaux membres et de troubler l'ordre public. Leur projet politique peut être anti-démocratique et antirépublicain. Ces contre-projets de société peuvent être communautaires, autoritaires et inégalitaires.En conséquence, certaines questions et réactions d’élèves peuvent être abruptes et empreintes d’hostilité et de défiance: remise en question radicale de notre société et des valeurs républicaines, méfiance envers les discours scientifiques, fronde contre les mesures gouvernementales, etc. Or, plus que jamais, nous avons besoin de bâtir une société de la confiance, solidaire porteuse de sens et offrant aux élèves des chemins vers une socialisation positive.

1. Enjeux

Lutter contre les replis communautaristes qui portent atteintes aux valeurs du pacte républicain et contre toute manifestation de séparatisme ;Lutter contre la désinformation, les théories complotistes, les rumeurs et les fake news sur le Covid-19 utilisées à des fins mercantiles et politiques ;

Accompagner les personnels en établissement face aux réactions de repli des élèves.

2. Conduites à tenir

L’Ecole est le lieu par excellence de la transmission des idéaux républicains. Le rôle de l’École a été réaffirmé dans le plan national de prévention de la radicalisation (PNPR), « Prévenir pour protéger », présenté par le premier ministre le 23 février 2018 ; dix mesures y associent pleinement les acteurs de l'éducation nationale. Identifier les discours ou les signes de replis communautaristes

Prendre en compte l’intégralité du spectre des idées radicales du communautarisme (ethnique, religieuse, culturelle, sociale, politique, mystique...).

Repérer les glissements sémantiques fréquents entre « communauté » et « communautarisme ». Le terme de « communautarisme » est utilisé pour signifier une dérive opposée à l’idéal républicain,  qui donne la primauté des règles du groupe

sur la loi républicaine française universaliste et intégratrice. Le communautarisme peut être alors considéré comme une menace pour la cohésion sociale en France. A l’inverse, « les communautés » en France sont anciennes et expriment le lien social. L’appartenance à une communauté, voire à plusieurs communautés, est un lien positif, voire essentiel pour la construction de l’identité de la personne et le développement des valeurs de l’individu.

Être attentif aux atteintes à la République qui doivent être identifiées et sanctionnées.

Mobiliser la vigilance de tous : les enseignants en cours, les CPE et assistants d’éducation dans les couloirs et la cour pour repérer des propos hors de la sphère républicaine en rupture avec les valeurs de l’Ecole et qui s'attaquent à la cohésion sociale.Identifier les techniques de communication des groupes radicaux qui reposent sur diverses manières de procéder :

Attiser les peurs comme par exemple en qualifiant l’émergence du Covid-19 de « châtiment envoyé par Dieu sur qui Il veut » Le coronavirus est interprété comme une punition céleste ;

Exploiter la satisfaction vengeresse : certains groupes extrémistes se félicitent de ce désastre sanitaire en exploitant le déroulement et les effets sur le mode coutumier de la vengeance ;

Exploiter la pandémie comme un présage apocalyptique ;

Participer à une vision manichéenne du monde (les bons scientifiques et les mauvais, les croyants et les impies etc.) ;

Engendrer volontairement des confusions et des antagonismes (islam/islamisme, communauté/communautarisme, identité/nationalité, religion/laïcité...) ;

Critiquer tous les discours d’autorité, notamment scientifiques, et en même temps de s’en servir pour discréditer les discours qui sont hostiles à leurs thèses.Alerter

Alerter l’équipe de direction afin qu’elle puisse :

Effectuer un signalement dans l’application « Faits établissement » ;

Informer l’IA-DASEN en lien avec la cellule départementale des services de l’État dédiée à cette action et mise en place par le préfet.

3. Proposition d'activités pédagogiques

Aborder les questions sur la nouvelle situation géopolitique en lien avec la pandémie, en montrant à la fois la complexité des relations internationales et la place de la France.

Etayer un débat dans le cadre d’une séance d’enseignement moral et civique (EMC) qui pose progressivement, de l’école primaire au collège, les règles de vie fondamentales dans un Etat de droit. Evoquer les spécificités des lois françaises et ses valeurs : l’indivisibilité de la République à l’article 1 de la Constitution ou de l’unicité du peuple français, reconnue dans la jurisprudence du Conseil constitutionnel, la laïcité présente, elle aussi, à l’article 1er de la Constitution et l’égalité entre les femmes et les hommes, reconnue dans le préambule de la Constitution de 1946 et donc intégrée à notre bloc de constitutionnalité.

Organiser une intervention des équipes académiques Valeurs de la République, sur les principes de liberté, l’égalité, fraternité et laïcité, pour une action d'accompagnement, voire une formation locale, notamment lorsque l’établissement est situé dans l’un des quartiers particulièrement sensibles identifiés dans le plan mis en place depuis février 2018.

Animer un débat, par exemple autour de l’émission de France culture intitulée « A propos des origines animales du virus » » avec l’infectiologue  Didier Sicard qui peut faire l’objet d’une écoute par les élèves et d’une demande de synthèse. Cf. l’intervention sur France Culture

.Renforcer l’esprit critique des élèves avec l’éducation aux médias et à l’information (l’EMI) qui participe à la prévention du complotisme à l’école, afin qu’ils réussissent à résister à la tentation d’une lecture du monde simplificatrice et aux vidéos de propagande qui circulent sur internet. Les préconisations  qui précèdent sont appliquées dans les établissements sous contrat dans le respect de leur caractère propre

Commenter cet article

zelectron 12/05/2020 12:37

BLANQUER a une énorme poutre dans l’œil, les élèves sont parfaitement capable de voir que l'endoctrinement continue !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs