Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...

Publié par Brujitafr sur 13 Avril 2020, 06:44am

Catégories : #Coronavirus, #ACTUALITES, #SANTE, #Nouvel Ordre Mondial, #ECONOMIE - FINANCE

À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...

Olivier Probst

À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...

On a quand même la vague impression que les élites se payent bien de notre tête avec cette pandémie...

J'en veux pour preuve, cette couverture de l'organe de presse par excellence des puissants de ce monde "The Economist" de l'année dernière, où ils aiment faire figurer à l'avance les grands bouleversements et tendances que peut connaître ce monde, de manière énigmatique, cryptée et symbolique... Ici les mots sont inscrits en miroir et il faut leur appliquer une symétrie pour en dévoiler le contenu, une discipline qu'affectionnait tout particulièrement Léonard de Vinci, auquel cette couverture rend hommage.

Dans son avant-dernière édition de 2019, donc avant le démarrage de toute cette pandémie mondiale de COVID-19, la couverture fait figurer un Pangolin en Chine (animal qui fut tenu pour responsable, avec la chauves-souris du démarrage de l'épidémie à Wuhan), mais aussi le célèbre homme de Vitruve de Léonard de Vinci. Ce dernier tient dans sa main un smartphone avec un QR code (alors qu'on commence tout juste à l'utiliser pour vérifier les déplacements pendant le confinement), ou encore les quatre cavaliers de l'Apocalypse (qui interviennent souvent dans les épidémies et sèment derrière eux chaos et désolation). Et force est de constater qu'avec ce virus, nous sommes véritablement aux portes d'un chaos globalisé, comme le monde n'en a jamais connu.

À noter que l'homme de Vitruve est une figure ésotérique et hautement symbolique pour les kabbalistes, car il réalise l'union entre la matière (carré) et l'esprit (cercle). C'est en réalité une représentation de l'Adam Kadmon, ou de l'homme divinisé.

En tout cas cet homme semble ici désespérément ancré dans le matérialisme, coupé de toute transcendance et connexion divine. En effet, il tient dans ses mains un portable, une feuille de cannabis, une balle de baseball et voit son regard empêché par ce qui s'apparente être un casque virtuel... Les yeux étant le reflet de l'âme, celle-ci est alors définitivement voilée.

Tous ces éléments symbolisent les divertissements futiles et les jeux du cirque insignifiant et bien dérisoires qui empêchent l'homme de se réaliser pleinement et d'aller à l'essentiel.
D'ailleurs, le rond dans lequel s'inscrit cet homme de Vitruve 2.0, qui symbolise l'esprit dans cette figure, est cette fois-ci représenté par le globe terrestre, ce qui nous ramène encore à une dimension bassement matérielle...

Sinon, autre curiosité, on retrouve la figure de Pinocchio, qui pourrait bien être une représentation du président Macron, car son visage n'en est pas si éloigné... Et il est indéniable que ce dernier à passer son temps à mentir effrontément au peuple français depuis le début de l'épidémie...

D'autre part, il y est aussi évoqué la reconnaissance faciale qui tend justement à se généraliser de par le monde (Elle bat son plein en Chine, où les citoyens sont notés selon des critères édictés par le parti, bienvenue dans 1984 !) et sera sans doute imposée à la sortie de cette crise sanitaire, tout comme une probable vaccination, accompagnée en primd d'une puce RFID qui regroupera toutes les informations de l'individu, son identité numérique et servira de moyen de paiement vie une monnaie entièrement dématérialisée.

En outre, on peut aussi voir une allusion à la marchandisation des bébés, avec le développement de la reproduction artificielle et de la GPA, puisqu'une cigogne vient apporter un bébé dans un colis qui figure un code barre.
Une pure abomination... Un monde qui n'aura rien décidément rien à envier au "Meilleur des mondes" de Aldous Huxley...

Le brin d'ADN qui figure sur le bras gauche de l'homme de Vitruve suggère aussi un homme trafiqué, dénaturé, voire augmenté. Peut-être est-ce là une allusion au courant Transhumaniste que ces élites "bienfaisantes" appellent de leurs vœux. Tout cela symbolise sans doute la fin de l'ancien monde et l'avènement du nouveau, le basculement de l'homme naturel traditionnel, vers un homme artificiel. Une autre abomination
D'ailleurs, on pourra au passage noter que Westworld, une série datant de 2016 portant sur le Transhumanisme, utilise aussi la figure de l'homme de Vitruve comme emblème même de la série.

Mais ce n'est pas tout, puisque l'édition 2020 de "The Economist" figure un citoyen lambda qui promène son chien en laisse pendant la pandémie et qui est lui même tenu en laisse et surveillé par une main invisible... En somme, il est désormais placé sous le contrôle et la botte des puissants, comme un bon toutou à son maître...

Sur cette même couverture, il est aussi précisé que "Tout est sous contrôle", le gouvernement globalisé mondial, les libertés et même le virus, alors que nous sommes plongés en pleine panique avec cette épidémie et que la situation nous est décrite dans les médias comme de plus en plus tendue avec des morts qui s'amoncellent. Encore une fois de la part de ces élites, quelle audace et quel cynisme absolu !

Au bout d'un moment, je veux bien ne pas devenir un vilain complotiste, mais avouez tout de même qu'ils ne nous simplifient vraiment pas la tâche !
En fait, à bien y regarder de près, ils se comportent comme des pervers narcissiques, qui jouent avec jouissance avec leurs victimes.

Et Comme à chaque fois, des éléments obscurs, incompréhensibles ou mystérieux qui figurent sur ces couvertures viennent au fur et à mesure s'éclairer ou êtres confirmés de manière éclatante par l'actualité. Les pièces de ce puzzle viennent s'emboîter pour décrire une mécanique implacable.

Ces élites sont elles dotées de boules de cristal, lisent elles dans le marc de café, voyagent elles dans le temps, ou bien sont elles tout simplement initiées aux arcanes véritables de ce monde, capables d'en influencer directement le cours ?

Chose qui ne paraît pas si impensable, ou improbable, car ils possèdent et concentrent en leurs mains tous les leviers de pouvoir et d'action : les principaux grands groupes industriels, le système éducatif des grandes écoles, les médias, le système politique et bien sûr, le système financier, qui leur a permis de faire main basse sur tout le reste...

Cela dépasse les possibilités humaines ?

Et bien, peut-être que vu leur état d'esprit bien pervers, au regard de l'état de délabrement et de folie généralisé de ce monde, servent-ils des intérêts et un plan qui les dépasse eux-mêmes, guidés par une forme d'intelligence très supérieure.
Peut-être agissent ils comme comme les fourmis d'une fourmilière œuvrant laborieusement dans le même but, mais sans pourtant en connaître tous les tenants et aboutissants.
Car c'est bien une bataille d'ordre spirituelle qui semble se jouer sous nos yeux incrédules.

D'autres remarques, observations, analyses sont les bienvenues en commentaires.

 

À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...

Les couronnes... surtout la corona du milieu !
En plus on dirait qu'il porte un masque.

À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...

Le QR code

À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...

Le pangolin

À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...
À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...
À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...
À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...

Un ange noir qui dessine un carré contenu dans un cercle. C'est la quadrature du cercle. L'idéal des initiés, élever la matière au niveau du spirituel. On retrouve cette statue dans le musée, "La maison du chaos" !

À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...

Affiche de la série Westworld dont la thématique porte sur l'homme augmenté

À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...À propos de la couverture de the Economist 2019 et de la crise que nous traversons...

Commenter cet article

Phil 14/04/2020 16:16

Bravo pour l'analyse ! J'en suis venu également aux mêmes conclusions.
Certainement pas très loin de la vérité...
On est dans la ratière et si personne ne fait rien, c'est foutu.
Révolution révolution révolution!

Brujitafr 15/04/2020 10:41

Merci @Phil = article à partager au maximum

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs