Benjamin Cowling, épidémiologiste de l’université de Hong Kong, explique la situation de manière implacable :

Du fait que la majeure partie de la Chine n’a pas vraiment eu un nombre important d’infections au cours de la première vague, la population demeure très vulnérable et peut être touchée par une épidémie importante. Tôt ou tard, une seconde vague est inévitable. Totalement inévitable.”

Une propagation silencieuse

Benjamin Cowling évoque la possibilité d’une “propagation silencieuse” de la part de personnes ne présentant pas ou peu de symptômes et qui ne seraient détectés qu’au moment de l’émergence de suffisamment de cas, rendant tout à coup le virus difficile à contenir.

Si les autorités chinoises demeurent vigilantes, signale le Globe and Mail, elles rapportent que les mesures de quarantaine visant les dizaines de milliers de voyageurs revenant de l’étranger ne sont pas étanches et que des cas de coronavirus sont encore signalés.

“La lutte contre ce coronavirus sera une bataille à long terme”, a concédé au titre canadien Ma Jin, le directeur de l’École de santé publique de l’université Jiaotong de Shanghai :

Nous devons être préparés non seulement pour une deuxième vague, mais pour chaque jour et chaque mois jusqu’à ce qu’un vaccin soit produit avec succès et ait prouvé son efficacité.”