Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Pavlenski: «Je pensais que la France était le pays de la liberté d’expression» mais «c’est pas du tout» vrai -

Publié par Brujitafr sur 19 Février 2020, 06:24am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE

Pavlenski: «Je pensais que la France était le pays de la liberté d’expression» mais «c’est pas du tout» vrai -

Interrogé par Sputnik à la sortie du palais de justice, Piotr Pavlenski a déclaré que la diffusion des vidéos X était uniquement son projet en France, «le pays de la liberté d’expression» comme il le croyait mais qui ne s’est pas avéré l’être.

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Pavlenski: «Je pensais que la France était le pays de la liberté d’expression» mais «c’est pas du tout» vrai -

«Mon client a été entendu, a été mis en examen suite à la plainte de M.Griveaux» et a été «placé sous contrôle judiciaire», a confirmé à la sortie du palais de justice à Paris l’avocat de Piotr Pavlenski, Me Yassine Bouzrou. Son client, qui a été libéré dans la soirée, a remercié tous ceux qui le soutenaient et a affirmé aux journalistes que la liberté d’expression en France n’était pas comme il le pensait.

«Je ne fais que commencer mon nouveau projet porno-politique. C’est le premier site porno où participent des fonctionnaires, des politiciens et des représentants du pouvoir. Et j’espère que je pourrai continuer parce qu’après trois jours, ce projet, ce site porno, a été bloqué. C’est une monstrueuse situation parce que je pensais que la France était le pays de la liberté d’expression. Mais c’est pas du tout [vrai, ndlr]. Il n’y a aucune liberté d’expression, si déjà je ne peux rien faire contre un grand mensonge et contre une grande et monstrueuse hypocrisie», a-t-il affirmé.

Décision «bizarre»

Insistant sur le fait qu’il s’agissait d’un «acte politique» censé «ouvrir les yeux des gens», Pavlenski a déclaré à Sputnik qu’il était sûr qu’il irait en prison et pour lui «ça a été très bizarre, très surprenant lorsqu’un juge d’instruction a dit "Aujourd’hui, vous êtes libre, maintenant c’est le contrôle judiciaire"». La première convocation se tiendra le 3 mars.

Alors que ce réfugié politique annonce avoir beaucoup plus de vidéos sur d’autres personnalités, pourquoi a-t-il donc décidé de commencer par Benjamin Griveaux ?

«Parce que maintenant c’était le plus d’actualité, maintenant je participe à cette élection municipale. Parce que si l’on parle de la démocratie, elle dit que chaque citoyen peut prendre part à la vie politique. Maintenant, c’est l’élection et bien sûr cela me concerne aussi parce que je suis Parisien. Je n’ai vu que ces personnes… c’est foutu, ils font de graves hypocrisies, donc je voulais faire quelque chose», a-t-il expliqué sans donner de précision sur d’autres vidéos.

«Mon projet»

À la demande de préciser s’il avait été aidé, l’ «artiste» souligne: «C’était mon projet que j’ai créé, j’ai trouvé cette source, c’est seulement moi qui ai fait ça». Les forces de l’ordre «ont fait trois perquisitions, ont trouvé mes ordinateurs, ont pris beaucoup de choses et ces choses ont montré [que c’était bien mon projet, ndlr]».

Si Me Juan Branco s’est vu accusé par certains d’avoir manipuler Pavlenski, M.Bouzrou a mis en valeur:

Pavlenski: «Je pensais que la France était le pays de la liberté d’expression» mais «c’est pas du tout» vrai -

«Maître Branco n’est pas un manipulateur, c’est un avocat qui a été désigné dans cette procédure et donc dire qu’un avocat pourrait être un manipulateur, c’est diffamatoire.»

En même temps, son client lui a fait écho :

«C’est la première [chose, ndlr]. Deuxièmement, il ne connaît pas les détails du projet, c’est tout. Il ne connaît pas les détails du projet, quel type de vidéos, ce que je veux faire. Je n’ai fait que lui demander conseil sur [les moyens, ndlr] d’ouvrir un projet de porno en France, cela peut être fermé ou pas fermé. Je connais Juan Branco depuis seulement un mois ou deux mois. Deux mois. C’est tout.»

Deux informations judiciaires

Piotr Pavlenski a revendiqué la publication de messages et vidéos à caractère sexuel impliquant Benjamin Griveaux qui a par la suite retiré sa candidature à la mairie de Paris.

Deux informations judiciaires ont été ouvertes à l'encontre de Pavlenski, pour «atteinte à l'intimité de la vie privée par enregistrement ou transmission de l'image d'une personne présentant un caractère sexuel» et pour des «violences avec arme et sous l'emprise de l’alcool ayant entraîné une incapacité inférieure à huit jours».

 

source

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs