Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Grèves : le fiasco des navettes FlixBus du gouvernement

Publié par Brujitafr sur 8 Décembre 2019, 08:11am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE, #VIE QUOTIDIENNE

Le gouvernement a fait affréter deux cars FlixBus pour faire la navette entre Aulnay-sous-Bois et Massy via Paris. (Photo d'illustration) © Frederick M. Brown / GETTY IMAGES

Le gouvernement a fait affréter deux cars FlixBus pour faire la navette entre Aulnay-sous-Bois et Massy via Paris. (Photo d'illustration) © Frederick M. Brown / GETTY IMAGES

Bus introuvables, communication défaillante…Les navettes « spécial grève » lancées par le secrétaire d'État Jean-Bapiste Djebbari ont roulé à vide toute la journée
 
 
« C'est marrant, on n'a que des journalistes qui nous demandent où sont ces bus, mais aucun client », s'amuse un agent FlixBus à la gare routière de Paris-Bercy, quand on se renseigne pour savoir comment prendre les navettes par autocar mises en place par le gouvernement depuis ce vendredi matin. Jeudi soir, peu avant minuit, le secrétaire d'État chargé des Transports, Jean-Baptiste Dejbbari, était « ravi d'annoncer » sur Twitter le déploiement de ces lignes exploitées par FlixBus entre Aulnay-sous-Bois et Massy via Paris « pour répondre aux besoins des usagers franciliens et parisiens » au deuxième jour de grève.

En théorie, deux autocars ont donc été affrétés pour la journée par la compagnie sur demande du gouvernement. En pratique, c'est bien plus compliqué. Depuis ce tweet du secrétaire d'État à 23 h 55, personne n'a davantage communiqué sur leur existence ou leur fonctionnement.

Bus fantômes

À la gare routière de Bercy ce vendredi midi, aucune trace de l'existence de ces navettes, qui n'apparaissent même pas sur les écrans d'information. Les agents FlixBus eux-mêmes doivent se renseigner auprès de leur hiérarchie pour en savoir plus. On finit par nous conseiller de « guetter à l'entrée les bus qui arrivent ».

Des horaires existent bien – huit allers-retours sont prévus pour la journée – mais ils n'ont été communiqués nulle part par le gouvernement…si ce n'est sur le site de nos confrères du Parisien. « De toute façon, les premiers bus ont déjà pris du retard ce matin, donc toute la journée est décalée », nous annonce-t-on à la gare routière. Peu surprenant dans ces conditions que ces navettes aient fait un flop.
À la gare routière de Paris Bercy, beaucoup de bus, mais pas de trace des navettes du gouvernement. © Thibaut Déléaz / Le Point

« On a eu un petit souci sur la com »

Pourtant, chez FlixBus, on assure que tout était entre les mains du cabinet de Jean-Baptiste Djebbari dès 18 heures jeudi soir. « On leur a envoyé le dispositif et les horaires, en leur disant qu'il fallait communiquer, mais ils n'ont rien fait », raconte au Point le directeur général, Yvan Lefranc-Morin. « Clairement, on a eu un petit souci sur la communication », reconnaît-on au cabinet du secrétaire d'État.

Faire rouler ces cars Macron de substitution n'a d'ailleurs pas été une mince affaire. Jean-Baptiste Djebbari avait annoncé leur mise en place dès jeudi, mais une guéguerre administrative entre la Mairie de Paris et le gouvernement pour le stationnement des bus a retardé l'opération. Impossible de toute façon pour FlixBus de s'organiser du jour au lendemain.

Pour se passer de l'autorisation de la mairie, c'est finalement la gare routière de Bercy qui a été choisie comme point de passage dans Paris, quitte à s'éloigner du centre de la capitale. Autre obstacle : la loi, qui interdit de commercialiser une ligne d'autocar de moins de 40 kilomètres. « Le trajet a été arrêté hier [jeudi] après-midi, et le gouvernement a choisi de relier Aulnay-sous-Bois à Massy, soit plus de 40 kilomètres », explique FlixBus au Point. « On a ensuite dû trouver hier soir des partenaires avec des bus et chauffeurs disponibles, ce qui n'était pas gagné. »

Volte-face du ministère

Même si les bus n'ont pas trouvé leur public, la compagnie, qui se présente comme simple prestataire du gouvernement, estime « avoir fait le job ». « On nous a demandé de faire rouler des bus, on a rempli notre part du contrat. » Du côté du cabinet de Jean-Baptiste Djebbari, contrairement à ce que dit FlixBus, on réfute le terme de « prestataire » et affirme que c'est une initiative de la compagnie et « pas une demande de l'État ». « On ne s'attendait pas à ce qu'ils fassent quelque chose de gratuit, mais c'est très positif. »

Des déclarations qui laissent pantois chez FlixBus. « C'est le gouvernement qui est venu nous chercher, en nous demandant de manière très insistante de mettre des cars pendant la grève en Île-de-France ! » s'étrangle le directeur général. Un projet auquel le gouvernement réfléchissait déjà fin novembre, comme le rapportait Le Parisien, avant donc de faire volte-face devant le flop monumental de ce vendredi. « On a répondu présent à l'appel du gouvernement, on a bossé comme des dingues pour mettre ça en place, et on a même accepté de payer de notre poche pour que ça reste gratuit pour les usagers alors que le secrétaire d'État a finalement refusé de financer le service », se désole Yvan Lefranc-Morin. L'expérience d'un jour ne devrait donc pas être renouvelée de sitôt.
 

Commenter cet article

jijite 08/12/2019 08:26

Mouais c'est bien gentil de charger le gouvernement et flexibus mais les causes sont dus à tous ces privilégiés de la SNCF et de la RATP qui bloquent tout le monde et ça ne les dérangent pas le moins du monde , ils s'en foutent car eux savent que quoi qu'ils fassent ils ont la sécurité de l'emploi .. C'est sur eux qu'ils faudraient taper ...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs