Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Richard Ferrand accusé d’être passé en force lors d’un vote à l’Assemblée sur la PMA

Publié par Brujitafr sur 29 Septembre 2019, 07:41am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE, #SANTE, #Nouvel Ordre Mondial

Richard Ferrand accusé d’être passé en force lors d’un vote à l’Assemblée sur la PMA

Suite à la publication d’une vidéo, le président de l’Assemblée nationale est accusé d’avoir faussé le vote d’un amendement sur le projet de loi bioéthique. Richard Ferrand a en effet fait passer un amendement qui, d’après les images et les témoignages recueillis, avait été rejeté par une majorité de députés.

Le président de l’Assemblée nationale a décidé d’adopter le 25 septembre un amendement alors même que les députés ont semblé voter majoritairement contre. L’amendement en question, n°2123, proposé par le député La République en marche (LREM) de Charente-Maritime, Raphaël Gérard, visait à inscrire la notion de « projet parental » au cœur de la démarche de procréation médicalement assistée (PMA)

Dans sa lettre ouverte aux « LGBTI », Emmanuel Macron annonce vouloir « éduquer » les enfants aux problématiques du communautarisme gay, mais aussi une extension de la PMA et un premier pas vers la GPA.

Richard Ferrand accusé d’être passé en force lors d’un vote à l’Assemblée sur la PMA
 

Projet parental et PMA : L'amendement de @RaphaelGerard17 est adopté mais son vote est contesté par les @Republicains_An. Ils estiment qu'il y a un problème de calcul de voix comme l'explique @bretonxavier.

« Qui est pour ? », demande Richard Ferrand. Sur la vidéo, on aperçoit de rares mains se lever. « Qui est contre ? » : de nombreux bras se dressent, y compris au sein de la majorité. L’amendement semble clairement rejeté par les députés. « L’amendement est adopté », lance pourtant le président de l’Assemblée, à la surprise générale.

Non ! Il n’était pas adopté ! », lancent des députés du groupe Les Républicains. Des bras se lèvent et des huées sont entonnées. « Monsieur le président ! Il faut voter par ‘assis-debout’ !, demande le député LR Thibault Bazin pour clarifier la situation. C’est un scandale ! Si on commence comme ça, ce n’est pas possible ! »

Mais Richard Ferrand semble sûr de lui : « Pourquoi cette contestation ? Si je vous dis que l’amendement est adopté, c’est qu’il a été adopté. Le vote a eu lieu. Passons à la suite », répète-t-il.

Xavier Breton, député LR de l’Ain se saisit alors du micro et proteste : « C’est vraiment scandaleux. Sincèrement, il y avait à peine la majorité au sein du groupe majoritaire. Une autre moitié a voté contre. Et nous, très largement, on a voté contre. Donc sincèrement, il y a un vrai problème, c’est pour ça qu’il faut vraiment régler cette question du vote. »

Est-ce que les angles de la caméra n’englobent pas la totalité de l’hémicycle ?

Selon le compte Twitter du palais-Bourbon les angles de caméra fournis par l’Assemblée n’englobaient pas la totalité de l’hémicycle : « Le Président de séance est le seul à avoir une vision d’ensemble de l’hémicycle et n’a pas à justifier le décompte des voix. Ce n’est que lorsqu’il a un doute sur le résultat d’un vote à main levée qu’il pr

Cette justification a été démentie par les témoignages. D’après Xavier Breton, le groupe LREM était partagé en deux, et le groupe LR a voté quasiment intégralement contre l’amendement. « A vue d’œil, il y avait entre un tiers et 40% de votes pour et entre deux tiers et 60% de votes contre », nous rapporte le député de Bourg-en-Bresse au téléphone. « Richard Ferrand est clairement passé en force. Dans ces cas-là, on fait un assis-debout et on vérifie ».

Hervé Saulignac, député socialiste qui disposait lui aussi d’une vue d’ensemble sur le vote, « estime que l’amendement était rejeté. Parfois, il y a des votes à main levée où je suis incapable de dire où la balance pesait. Là, c’était clair ».

Selon Jean-Loup Adénor, journaliste de Franceinfo présent dans les tribunes au-dessus des députés. « De mémoire, la première chose que je me suis dit, c’est qu’il n’y avait pas de majorité évidente, même si de mon point de vue, il semblait y avoir plus de ‘contre' », explique-t-il.

suite et source

 

Commenter cet article

hydreugene 29/09/2019 15:18

On ne peut etre plus clair....Le gars ment ouvertement,et abuse de son autorité....

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs