Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Philippe Barbarin condamné : sa démission entre les mains du pape

Publié par Brujitafr sur 8 Mars 2019, 07:05am

Catégories : #RELIGIONS, #ACTUALITES

Philippe Barbarin condamné : sa démission entre les mains du pape

Que 6 mois avec sursis

pour avoir couvert des pédophiles

Philippe Barbarin condamné : sa démission entre les mains du pape

CARDINAL BARBARIN - Condamné par la justice des hommes, le cardinal Barbarin a annoncé qu'il proposerait sa démission au pape François. Sa prise de position est très attendue.

Le pape peut-il refuser la démission du cardinal Barbarin ? L'archevêque de Lyon a fait savoir, dans une brève élocution, qu'il allait discuter de sa condamnation, pour "non dénonciation de mauvais traitements" sur un mineur, entre 2014 et 2015 avec François. "Je prends acte de la décision du tribunal. Indépendamment de mon sort personnel, je redis ma compassion pour les victimes. J'ai décidé d'aller voir le Saint-Père pour lui remettre ma démission. Il me recevra dans quelques jours", a-t-il dit devant la presse.

Le pape François, qui connaît très le cardinal français, est face à une décision cruciale : s'il décide de conserver Philippe Barbarin aux fonctions qu'il occupe, il devra justifier ce choix, alors qu'un grand débat sur la pédo-criminalité au sein de l'Eglise vient de s'ouvrir, sous son impulsion. Quelle que soit la décision du pape, elle sera très commentée : accepter la démission de l'archevêque pourrait laisser entendre que le Vatican reconnaît sa faute. S'il la rejette, alors il laisserait entendre que l'Eglise a ses raisons pour aller contre la justice, qui donne une place nouvelle aux victimes de l'Eglise et participe à la prise de conscience sur le sujet.

Philippe Barbarin condamné

L'archevêque Barbarin a été reconnu coupable d'avoir fermé les yeux sur des faits d'agressions sexuelles survenues dans son diocèse. Sa peine ? 6 mois de prison avec sursis et le versement d'un euro symbolique. Cette décision est une vraie surprise : le 9 janvier, la procureure adjointe Charlotte Trabut n'avait requis aucune condamnation à l'encontre de Monseigneur Philippe Barbarin. "Je n'ai jamais, ô grand jamais, cherché à cacher ces faits horribles. Et encore moins à les couvrir. Qu'on parle d'une erreur d'appréciation, de jugement, discutons-en, mais couvrir de telles choses, non", avait déclaré Mgr Barbarin devant les juges durant son procès en janvier.

Les juges ont finalement considéré que l'archevêque s'était bien rendu coupable de "non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs commises par un prêtre". Les avocats de l'archevêque feront appel de cette décision. "La motivation du tribunal ne me convainc pas. Nous allons donc contester cette décision par toutes les voies de droit utiles", a insisté Jean-Félix Luciani, l'avocat de Philippe Barbarin, qui considère que les juges ont agi dans un contexte médiatique singulier. "Il était difficile pour le tribunal de résister à une telle pression avec des documentaires, un film... Ça pose de vraies questions sur le respect de la Justice", a-t-il estimé.

La démission de Philippe Barbarin attendue

La défense des victimes a également réagi ce jeudi matin : "La responsabilité et la culpabilité du cardinal ont été consacrées par ce jugement. C'est un symbole extraordinaire. Une grande émotion historique", a dit Me Yves Sauvayre. La condamnation de Philippe Barbarin est clairement un petit séisme. La question de sa démission était évoquée depuis ce matin, elle était même explicitement demandée par François Devaux et Pierre-Emmanuel Germain-Thill, de l'association La Parole Libérée, qui considèrent qu'il est désormais dans l'incapacité d'assurer sa charge. Les deux cofondateurs de cette association composée d'anciens scouts, sont à l'origine de la procédure engagée début 2016, pour mettre en lumière les agressions sexuelles présumées du père Bernard Preynat.

"L'Eglise fait ce qu'elle veut depuis toujours. On a beau lui dire les choses, elle ne les entend pas. Mais il semble évident, et on n'avait pas besoin de la décision de la justice pour le savoir, que le cardinal ne peut en aucun cas continuer à occuper son poste, car il est dans uns situation d'orateur, de directeur de conscience, et a priori absolument pas conscient de la gravité des faits qui lui sont reprochés", avait encore réagi François Devaux.

Gino Hoel, directeur de la revue religieuse Golias, considèrait lui-aussi que le cardinal Barbarin ne pouvait faire autrement que se mettre en retrait. "Si le cardinal Barbarin ne présente pas sa démission ce serait impensable. S'il ne le fait pas et que Rome n'agit pas, ce serait encore plus impensable. Il faut que Rome décharge le cardinal de sa charge d'archevêque de Lyon, et avance de son côté sur le sujet des abus sexuels", avait-il réagi au micro de France Info

source

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs