Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Brigitte Macron veut dépoussiérer la décoration de l’Elysée

Publié par Brujitafr sur 1 Décembre 2018, 06:19am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE, #ECONOMIE - FINANCE

Brigitte Macron veut dépoussiérer la décoration de l’Elysée

Tapis, chaises, tapisseries, tableaux… L’épouse du chef de l’Etat s’attelle à modifier et à épurer la décoration du palais depuis son arrivée en mai 2017.

Brigitte Macron veut dépoussiérer la décoration de l’Elysée
Brigitte Macron veut dépoussiérer la décoration de l’Elysée

Salle des Fêtes de l'Élysée : le couple Macron ....

Brigitte Macron veut dépoussiérer la décoration de l’Elysée

A son arrivée à l’Elysée, Emmanuel Macron a souhaité changer son bureau, situé dans le salon d’Angle, au premier étage de l’hôtel d’Evreux. Son choix ? Une pièce de béton signée Francesco Passaniti. Commandé par Renaud Donnedieu de Vabres lorsqu’il était ministre de la culture, le meuble dormait dans les réserves du Mobilier national. « Dès que je l’ai vu, j’ai su que c’était le bon, Emmanuel adore le béton », confie Brigitte Macron au Monde. Détail : le bureau avait été prêté à Jacques Chirac à son départ de l’Elysée. L’ancien président l’avait gardé plusieurs années dans l’appartement qu’il occupait quai Voltaire.

Non content de rénover une grande partie du 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré, Emmanuel Macron a décidé de bouleverser le mobilier du vénérable palais. Objectif : dépoussiérer les 365 pièces de l’hôtel d’Evreux, dont plusieurs tapisseries, meubles ou tableaux n’avaient pas bougé depuis des décennies. « On avait l’impression que l’Elysée était devenu une forteresse qui se protégeait de l’extérieur. On va alléger, épurer. Il faut que la lumière entre », explique Mme Macron, qui s’est attelée à la tâche dès son arrivée en mai 2017.

« Très pompidolien »

En dix-huit mois, l’ancienne enseignante s’est déjà rendue deux fois à la Manufacture des Gobelins, située à Paris, où elle a assisté à la « tombée de métier » d’un tapis du plasticien Christian Jaccard et d’une tapisserie du peintre Pierre Alechinsky. Elle a également visit

suite et source

Commenter cet article

zelectron 01/12/2018 13:24

Il n'y a rien de plus urgent à faire : fanfreluches et vieilles dentelles !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs