Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Normandie : jugé pour le viol d'une lycéenne, il est acquitté = "n'avait pas les codes culturels" pour prendre conscience qu'il imposait une relation par crainte ou par surprise."

Publié par Brujitafr sur 23 Novembre 2018, 06:43am

Catégories : #ACTUALITES, #VIE QUOTIDIENNE, #Nouvel Ordre Mondial

Un jeune homme originaire du Bangladesh, accusé de viol sur une lycéenne, a été acquitté par la cour d'Assises de la Manche. Egalement jugé pour agression sexuelle sur mineure, il a été condamné avec sursis.

 La cour a acquitté l'accusé du viol d'une lycéenne sans toutefois remettre en cause la sincérité de celle-ci. Le verdict a été rendu mercredi 21 novembre 2018 à Coutances (Manche). - Illustration

La cour a acquitté l'accusé du viol d'une lycéenne sans toutefois remettre en cause la sincérité de celle-ci. Le verdict a été rendu mercredi 21 novembre 2018 à Coutances (Manche). - Illustration

Un jeune homme jugé par la cour d'assises de la Manche a été acquitté pour le viol d'une lycéenne et condamné pour l'agression sexuelle d'une autre mineure. Le verdict a été rendu mercredi 21 novembre 2018.

Le verdict est tombé mercredi 21 novembre 2018 dans le procès en cour d'assises d'un jeune homme de 21 ans qui était accusé du viol et de l'agression sexuelle de deux lycéennes à Saint-Lô (Manche) fin 2015. L'avocat général avait requis six ans de réclusion criminelle.

Le mis en cause est acquitté du viol mais condamné pour l'agression sexuelle de la première victime à deux ans de prison avec sursis assortis d'une mise à l'épreuve. Il sera inscrit au fichier des délinquants sexuels. Il est donc ressorti libre du palais de justice de Coutances.

Pas les "codes culturels"

L'avocate de la défense a plaidé les difficultés d'interprétation qui, selon elle, sont le fil conducteur de ces affaires. Difficulté d'interprétation de la part de son client qui "n'avait pas les codes culturels" pour prendre conscience qu'il imposait une relation par crainte ou par surprise. Difficulté d'interprétation de la part de la victime qui a pu prendre un regard comme une menace et donc une contrainte. Difficulté d'interprétation des enquêteurs qui n'ont pas su mesurer le désarroi de la victime.

Après l'énoncé du verdict, le président a pris soin de préciser que"la décision de la cour n'est pas une remise en cause de la sincérité" de la plaignante. La cour a estimé que l'accusé n'avait pas conscience d'imposer un rapport sexuel. 

source

Commenter cet article

zelectron 24/11/2018 10:10

il faut violer les juges

zelectron 23/11/2018 11:03

les juges devraient prendre 2 ans ferme et + !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs