La rentrée des classes a sonné pour Sibyle Veil, la présidente de Radio France. Lors de la traditionnelle conférence de presse de rentrée, organisée mercredi 29 août, la nouvelle patronne de la radio publique a présenté les projets qu'elle compter mener. Développement de l'offre numérique, mutualisation avec les équipes de France Télevisions, efforts budgétaires... les actions de Sybile Veil seront scrutées de près par le gouvernement, qui a la réforme de l'audiovisuel public en vue. Un poste éxposé pour cette discrète énarque. Son arrivée à Radio france, son job pour Nicolas Sarkozy... voici 13 infos indiscrètes pour en savoir plus sur Sibyle Veil.

  • Naissance : le 26 septembre 1977 à Langres (Haute-Marne). Formation : Baccalauréat, Sciences po, ENA. Carrière : Conseil d’Etat, conseillère technique à la présidence de la République (2007-2010), directrice du pilotage de la transformation de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (2010-2015), directrice déléguée chargée des finances et des opérations de Radio France (2015-2018).

Effet Gallet-Saal

Pour éviter tout soupçon de conflit d’intérêts, l’ex-directrice des finances de Radio France a pris un congé sabbatique le jour de sa candidature à la présidence. "J’ai bien sûr arrêté les notes de frais, les taxis et j’ai remboursé les factures du téléphone pro que j’utilisais", jure-t-elle. Après Mathieu Gallet*** et Agnès Saal (INA), tombés pour des dépenses irrégulières, elle se sait observée.

------------------------------------------------------------------

>> À lire aussi - Mathieu Gallet écarté de Radio France : la fin brutale d'une ascension express

Dix-huit mois de prison avec sursis requis contre Mathieu Gallet

Qui est Mathieu Gallet*** ?

>> A lire aussi : Macron dément avec humour les rumeurs sur sa «double vie avec Mathieu Gallet»

----------------------------------------------

 

Reine du shopping

Vendeuse de prêt-à-porter au centre commercial de Dijon, voilà comment la jeune Bourguignonne a fait son entrée sur le marché du travail. Le temps d’un été. "C’est une bonne formation, vous apprenez à convaincre !", sourit l’apprentie.

Pas sûr que Sibyle Veil détaille son long passé de droite aux équipes d’Inter. Dès 2005, elle a rédigé des notes et a contribué aux discours du candidat Nicolas Sarkozy. "Un travail remarquable, se rappelle Emmanuelle Mignon, qui l’a recrutée. Sur la fin, elle était au QG soirs et week-ends…" Jusqu’à multiplier les nuits blanches pour préparer le débat contre Ségolène Royal. Il fallait des fiches sur quantité de sujets, elle s’est chargée des questions de famille et de santé. "Je n’ai pas l’âme politique", précise tout de même l’intéressée.

Ni carotte, ni bâton

"Je ne crois pas en un management par les menaces et les primes systématiques, mais plutôt par l’influence", confie la boss. Illustration à l’AP-HP, quand elle devait améliorer le ressenti des patients et l’efficacité des hôpitaux. "Les médecins sont en compétition toutes leurs études, explique-t-elle. Ils sont habitués à comparer leurs résultats, j’ai donc mis en place des indicateurs de performances très transparents." Malin. Chez Radio France, pour l’instant, les équipes apprécient son écoute.

 

Ses karaokés avec Macron