Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


FRANCE - Eaubonne : une simulation d'attaque terroriste au centre sportif

Publié par Brujitafr sur 12 Octobre 2018, 03:08am

Catégories : #ACTUALITES, #AIR DU TEMPS, #POLITIQUE, #Nouvel Ordre Mondial, #Révélations...

RAPPEL :

De très nombreux exercices antiterroristes ont été suivis de très près, dans les heures suivantes, par de véritables attentats !!!

 

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Attentats de Paris

Pierre Carli, médecin chef du SAMU de Paris, déclare sur France 5: "Cette soirée a commencé le matin. Le matin, nous répétions l'exercice, exactement le scénario du soir"
 

Un représentant de la police déclare devant divers médias que la police fédérale était en train de procéder à un exercice tout près du centre d'achat à Munich

Il dit qu'il y avait un "exercice de sauvetage" en cours impliquant la police fédérale tout près du centre d'achat au moment même où se déroulait la tuerie.

Tenez-vous bien ! Le Los Angeles Times rapporte le témoignage d'une infirmière qui travaille au centre où a eu lieu la tuerie de San Bernardino: "Il y a des exercices de simulation de tireurs actifs dans notre centre TOUS LES MOIS"
 
Le MÊME JOUR de la tuerie d'Aurora se déroulait un exercice de simulation d'un tueur dans un cinéma pour des étudiants en ostéopathie

 

suite ci dessous

 

Un exercice de grande ampleur a été organisé mardi 9 octobre au CDFAS, le centre départemental de formation et d'animation sportives d'Eaubonne (Val-d'Oise). Une attaque terroriste a été organisée pour exercer les forces de l'ordre et les secours à mieux se coordonner en cas d'attentat.

La simulation d'attentat a duré trois heures au CDFAS d'Eaubonne (Val-d'Oise). © Radio France - Marine Chailloux

La simulation d'attentat a duré trois heures au CDFAS d'Eaubonne (Val-d'Oise). © Radio France - Marine Chailloux

Il est 9 heures, un bus de sportifs entre dans le CDFAS, le centre départemental de formation et d'animation sportives d'Eaubonne (Val-d'Oise). Soudain, une voiture déboule juste derrière. A son bord, cinq terroristes, armés de kalachnikov et de fusils à pompe. Les assaillants tirent sur les passants et font sortir les passagers du bus. "Le bruit des balles, c'est quand même impressionnant, même si l'on sait que c'est un exercice", confie Lucie, une étudiante infirmière qui participe au scenario. Elle joue la conductrice du bus et reçoit un coup de crosse sur la tempe. C'est la première victime des terroristes. 

Plus de 400 forces de l'ordre et secours mobilisés

Mardi 9 octobre 2018, la préfecture du Val-d'Oise a organisé un exercice de sécurité de grande ampleur. Une tuerie de masse a été simulée au complexe sportif pour permettre aux différents métiers de se coordonner en cas d'attentat.

Les (faux) assaillants pénètrent ensuite dans le centre sportif, où se trouvent de nombreux jeunes, tirent des coups de feu, on entend des cris dehors, quelques participants s'échappent en criant du complexe. Le scenario est réaliste et la police débarque en temps réel : en moins de dix minutes, une patrouille qui circulait dans le secteur arrive sur place, aidée de la BAC (brigade anti-criminalité) qui est entraînée aux attaques par balles. 

Puis viennent en renfort les gendarmes, les militaires de la force sentinelle. Entre temps, les pompiers sont arrivés sur place et aménagent un "hôpital de campagne" pour soigner les nombreux blessés. Le Samu et les associations comme la Croix rouge et l'aide aux victimes d'attentat sont aussi sur place. En tout, 420 personnes ont participé à cette attaque de grande ampleur dont 130 policiers et plus de 120 pompiers. 

Pour le chef d'état major de la police du Val-d'Oise, Frédéric Laissy, qui coordonnait les opérations, ce nouvel exercice a permis d'affiner encore un peu plus les modes d'intervention des forces de l'ordre et des secours. "Avant on ne parlait pas le même langage, on ne se comprenait pas et on avait l'impression de parler un peu chinois. Aujourd'hui nous nous comprenons", conclut-il. Tout en reconnaissant qu'il reste encore des choses à améliorer, comme les communications radio ou le temps d'intervention des secours.

SOURCE

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs