Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Benalla en plein accès de mythomanie sur TF1

Publié par Brujitafr sur 29 Juillet 2018, 08:06am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE

Ce bonhomme n'est pas macroniste pour rien. Les bobards sortent comme si c'était une seconde nature. Pas gêné par les contradictions, celui qui reconnaissait encore hier avoir fait une "grosse bêtise", avoir "commis une faute" nous la joue aujourd'hui honnête citoyen qui vient prêter main forte aux CRS et qui n'a "pas commis d'actes répréhensibles par la loi": un héros en gros.

Benalla en plein accès de mythomanie sur TF1

Pire, il ose prétendre qu'il n'a jamais tapé le manifestant. Pourtant la vidéo est formelle, il a asséné un violent coup sur la tête puis à taper sur l'abdomen du jeune alors qu'il était au sol. De plus, les images montrent que les CRS avaient la situation sous contrôle. Ils étaient 5 ou 6 autour de Crase. Tous avaient compris qu'il n'avait pas besoin de leur aide. A ce moment là, ce sont plutôt les CRS qui sont en observation et Benalla qui vient jouer à Kickass sur un homme au sol et totalement passif. Clairement, il a pété un plomb.

Expédition punitive ?

Visiblement, la bande à  Benalla était venue en expédition punitive, ils étaient là  pour en découdre. Quelques heures avant cet épisode, ils avaient déjà agressé d'autres personnes qui partaient de la manifestation. Une fois encore des gens totalement inoffensifs.

:

 

"La séquence que nous publions est extraite d’une vidéo de six minutes, et se termine brusquement au moment de l’interpellation. Quand les images commencent, un petit groupe de manifestants est rassemblé près de policiers en tenue dans le Jardin des plantes. L’un des manifestants est contrôlé puis relâché. Noémie (1), 24 ans, fonctionnaire au ministère de la Justice et militante communiste, dit alors avoir commencé à filmer «parce qu’un policier a bousculé un manifestant». Les forces de l’ordre sont nombreuses, se mettent en ligne, et repoussent les quelques militants, contraints de suivre la direction indiquée.

 
«Les gens essayaient de partir par tous les moyens. Il y avait beaucoup de gaz lacrymogène, on voulait traverser le parc pour partir à l’opposé de la manifestation», raconte aujourd’hui Romain (1), 23 ans, étudiant en sciences politiques à l’université Paris-1. Sur la vidéo, Noémie s‘inquiète alors de la tension ambiante: «Ils nous suivent encore [les policiers, ndlr], je n’ose pas éteindre ma caméra». Portable à la main, elle continue de filmer, tandis que la ligne de forces de l’ordre avance dans leur dos. Un policier leur indique une nouvelle fois la direction à suivre pour sortir.
 
C’est alors que les manifestants empruntent un petit chemin, et tombent une minute plus tard nez à nez avec Alexandre Benalla, Vincent Crase et le major Mizerski. Noémie filme toujours et commente aujourd’hui : «A ce moment-là, j’ai le téléphone dans la main au niveau de mon torse.» Au premier plan, Vincent Crase, arborant un brassard «police», ordonne aux militants de quitter le Jardin des plantes par une sortie. Juste derrière lui, figurent Benalla et le major Mizerski. L’instant est fugace et ne permet pas de voir si Benalla est lui aussi porteur d’un brassard à cet instant. «On vient de nous dire qu’il fallait qu’on sorte rue Buffon», «faut se mettre d’accord», leur lancent les manifestants, pensant être face à des «policiers de la BAC».
 
«La face contre le sable»
 
De façon autoritaire, Vincent Crase rétorque : «Vous allez là-bas». Au même moment, à l’arrière-plan, on entend : «Elle filme, elle filme.» L’un des manifestants répond tout de suite : «Elle a le droit de filmer.» Puis les images deviennent floues. La jeune femme hurle, la séquence se coupe. Romain, qui commençait à s’éloigner, réagit : «Je vois que Noémie est ceinturée d’une façon très violente. Je ne sais pas quoi faire, je vais vers eux, je pose mes bras sur la personne qui ceinture Noémie et quelqu’un derrière moi me fait une balayette et me menotte.» Sous le choc, Romain ne se souvient plus qui le met au sol : «J’avais la face contre le sable, je n’ai pas vu la suite.»
 
Noémie poursuit : «Je me suis fait plaquer contre l’arbre le plus proche avec le téléphone dans la main. J’ai les deux bras écartés et mon corps tape l’arbre.» La jeune femme, qui était en état de choc à ce moment, n’est pas en mesure d’identifier la personne qui la plaque. Un peu en retrait, Elias, 22 ans, surveillant dans un lycée parisien et militant communiste lui aussi, assiste à la scène comme témoin. Il dit aujourd’hui se souvenir très bien que «la personne qui saute sur Noémie avait les cheveux rasés». Une description qui pourrait donc correspondre à Vincent Crase.
 
La scène se poursuit et, manifestement, l’existence de la vidéo inquiète leurs interlocuteurs. Noémie se souvient qu’on lui hurle alors distinctement : «Eteins [la vidéo] ! Eteins !» Quelqu’un lui demande ensuite sa carte d’identité, s’éloigne de 10 à 15 mètres, et la regarde longuement. «Je me souviens qu’à côté, un manifestant avait mal, il saignait, mais on m’a dit "regarde ailleurs", raconte Noémie, encore très choquée. Ce n’est d’ailleurs qu’à ce moment-là que je réalise que Romain aussi est interpellé.»
 
Numéro de matricule ? «007»
 
Celui qui est parti avec la carte d’identité est de retour. Un nouvel échange vif débute : «On n’a pas le droit de manifester en France le 1er mai ?» s’emporte la plaignante. Réponse de son interlocuteur selon son récit : «Non, t’as qu’à aller au Venezuela ou à Cuba». La jeune femme, «terrorisée», garde les mains en l’air depuis de longues minutes. Son interlocuteur la menace pour récupérer la vidéo, assure-t-elle : «Donne-moi ton téléphone, sinon on t’embarque». Noémie, hors d’elle : «Vous n’avez pas le droit de faire ça.» Selon la militante, l’homme examine alors les photos et les vidéos, et en supprime plusieurs. Puis lui rend l’appareil et leur ordonne de «dégager». «Est-ce que je peux savoir votre numéro de matricule», s’énerve Noémie. Toujours selon elle, l’homme répond «007». Le soir, Noémie parvient à récupérer la vidéo effacée."
 
 
Le retour des bleus
 
Dans un autre genre, cette vidéo montre comment il se comportait avec les membres de la sécurité lors du retour de l'équipe de France à l'aéroport de Roissy. On croit entendre: « Si la sortie elle se repasse comme ça, ça va péter ... et maintenant dégage de ma vue. »
 

 

 
Avec ses manières de dictateur on reconnait bien là la patte macronienne et on comprend mieux pourquoi il est devenu le minion du monarque.

Curieusement, on apprend aujourd'hui que Le garde du corps du président de la République s'est rendu vendredi à la mi-journée à la fourrière pour y retirer un véhicule de la flotte présidentielle donc la question se pose: a-t-il vraiment été mis à pied ?

Commenter cet article

trop 07/08/2018 03:11

cette histoire dure trop , be...qu'on lui mette une balle dans la nuque au barbouze benalla et on passe à autre chose

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs