Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


La Destruction de Paris

Publié par Brujitafr sur 18 Avril 2018, 12:43pm

Catégories : #Nouvel Ordre Mondial

La Destruction de Paris
La Destruction de Paris

Le Grand Coup frappé de Dieu :

La Destruction de Paris

 

Meurtres, crimes, complots, blasphèmes, scandales, sectes, lois infâmes et corruptions qui s’amplifient et gangrènent la capitale, sont une abomination pour le Ciel. Maintes fois la destruction de cette grande ville de péché a été prophétisée… car tout doit commencer par la France; et plus particulièrement par Paris. Bien des points permettent de penser que ce moment est proche et que la destruction viendra du ciel.

Tout commence par Paris…

« … L’orage va éclater sur la France où j’ai voulu manifester les prodiges de mon divin Cœur et dévoiler ses secrets. Mes enfants, c’est la France qui, la première, sera meurtrie, déchirée, persécutée. »
La Fraudais: 15 juin 1882

« A cette époque, le monde et l’enfer auront épuisé toute leur rage. Il n’y a pas loin à attendre l’heure qui marquera le renversement et le fatal châtiment de la France, ou plutôt, pour bien m’expliquer, dit la voix, l’heure de cette grande révolution universelle. Le commencement en sortira d’abord de la France : c’est elle qui, la première, marchera à l’abîme et aussi à la résurrection».
La Fraudais : 9 mai 1882

Les prophéties nous disent que cette ville, cette « maudite Babylone », doit, tout particulièrement, être frappée de nombreux maux. Il est non seulement question d’une guerre civile, d’une dictature révolutionnaire, accompagnée d’innombrables meurtres et pillages, mais également d’une destruction par le feu; suivi d’une « pestilence ».

Pour Nostradamus, cette « pestilence » mondiale (physique et spirituelle) est clairement liée à la persécution de l’Eglise:
Alors sera faite plus de persécution aux Eglises, que ne fut jamais. Et sur ces entrefaites naistra la pestilence si grande, que des trois parts du monde plus que les deux defaudront. Tellement qu’on ne se sçaura ne cognoistre les appartenans des champs et maisons, et naistra l’herbe par les rues des citez plus haute que les genoulx.

 

Mais quel sera l’origine de ce feu toxique s’abattant sur Paris ?

 

Jusqu’ici, je privilégiais plutôt une destruction d’origine nucléaire avant de considérer un feu d’origine céleste; de type météoritique. Voici quelques éléments allant en ce sens:

Marie des Terreaux:
«Paris sera détruit comme Sodome et Gomorrhe; et ce qui restera de ses habitants se réfugiera en grande partie à Lyon. Quand on verra leur fuite, le grand évènement sera proche.»

Mélanie, de la Salette, écrivait, en 1896:
«Voyez-vous la Seine ? Si vous saviez combien de gens y seront jetés ! Mais le plus grand nombre viendront s’y jeter, tout affolés, fuyant le feu qui sera comme suspendu au-dessus de la ville. Ils s’y jetteront comme fous de terreur, croyant éviter ainsi le feu menaçant».

Elle apporta ces précisions:

…. Le feu du ciel s’ajoutera aux autres.
«Oui, précisa une autre fois Mélanie, il foudroiera certains points, le Palais Bourbon quatre vingt fois en une seconde»
«Et les députés, s’écria l’abbé Rigaux, seront-ils dans l’enceinte ? »
«Vous êtes bien curieux ! Eh bien oui, ils seront suffoqués, morts, grillés».

« Le Palais Bourbon quatre vingt fois en une seconde »: cela n’accrédite-t-il pas une chute de nombreux météorites ?

Décrivant la fuite de la population dans un désordre inexprimable, elle ajouta:

«On sortira le premier jour, le deuxième jour avec grand’peine, le troisième jour on ne pourra plus».
Même les conducteurs de voitures qui «s’insulteront, blasphèmeront, seront pris dans la même souricière; Le tout dans «une fumée asphyxiante»

Marie Martel:
Le 7 juillet 1901, après la vision d’une chute de « boules multicolores », le Sacré Cœur lui révéla qu’il s’agissait du feu du ciel pour Paris et d’autres endroits.

Ces « boules multicolores » et la « fumée asphyxiante » évoquent bien évidemment des chutes d’objets célestes; dont la composition chimique serait susceptible de générer de telles variations.

Marie-Julie nous donne une vision synoptique des évènements:

«Ils arriveront à attirer sur la France des châtiments de feu… Le ciel s’ouvrira par trois ouvertures épouvantables… Ce sera un effondrement de feux de différentes couleurs. Et ces trois effondrements épouvantables seront aperçus de tout le peuple… Il y aura des cris épouvantables, des pleurs, des gémissements, des tortures du corps… L’œil apercevra des figures difformes, des traits, mais des traits qui ne ressembleront pas aux enfants du Ciel… Dans ces trois effondrements de feu, il y aura un son lugubre… Et c’est à ce moment, où l’air deviendra une peste insupportable à l’odorat humain, mais surtout presque insupportable à l’odorat des élus… Ce sera à ce moment le grand déluge et le jugement de la Sodome coupable (Paris), le jugement des crimes accomplis… Le sol ne sera plus qu’un tombeau effondré; et, gisant sur ses pierres brûlantes, des cadavres inanimés…

L’un des points les plus intéressants est sans nul doute cette conversation entre Mélanie Calvat (la Salette) et l’abbé Rigaux:

Revenant de La Salette, ils traversaient Paris en voiture, de la gare de Lyon à la gare du Nord, lorsqu’elle lui dit, en désignant la rive droite :
«Tout ce que vous voyez de ce côté là-bas sera rouge. Tout cela brûlera. Les flammes s’arrêteront à peu près là». Elle montra le canal Saint-Martin.
L’abbé Rigaux réagit:
«Mais pourtant, c’est un mauvais quartier celui-ci».
Mélanie répondit:
«Ces maisons seront vides car les habitants seront partis dans les quartiers riches pour piller, avec des draps».

Les pillages… Cela ne laisse-t-il pas entendre que la guerre civile parisienne battra son plein à ce moment-là ? Il serait bien sûr tentant de rattacher cette destruction à la Première Crise qui approche mais le manque de repère chronologique doit nous inciter à la prudence. La seule chose dont nous pouvons aujourd’hui être certain est que la faillite mondiale, initiatrice des guerres civiles, est là.

Pour ce qui est de la destruction de Paris, il nous faut, pour l’instant, nous limiter à ces quelques textes décrivant le « pendant » et « l’après »:

Le R.P. Nectou écrivait en 1760 :
«Durant ce bouleversement épouvantable qui, parait-il, sera général, et non pour la France seulement, Paris sera entièrement détruit, non sans qu’il y paraisse des signes qui mettront les bons à même de s’enfuir; et sa destruction sera si complète, que vingt ans après, les pères se promenant avec leurs enfants sur les ruines et répondant à leurs enfants leur diront : il y avait là une grande ville mais à cause de ses crimes, Dieu l’a détruite.».

La religieuse trappistine de Chemillé :

«Le tonnerre grondait toujours dans les airs d’une manière effrayante lorsque j’entendis une voix qui me dit : «Ne crains pas ! Mon courroux tombera sur ceux qui ont allumé ma colère; ils disparaîtront dans un moment. Tout l’univers sera étonné d’apprendre la destruction de la plus belle, de la plus superbe ville ! Je dis: superbe, par ses crimes; car je l’ai en abomination; c’est cette maudite Babylone qui s’est enivrée du sang de mes saints; elle veut encore le verser… Elle mettra le comble à ses horribles forfaits; et moi je lui ferai boire le vin de ma colère; tous les maux tomberont à la fois sur elle dans un seul instant… Je n’entendis plus la voix mais un bruit effroyable; le gros nuage se divisa en quatre parties qui tombèrent à la fois sur la grande ville, et en un instant elle fut tout en feu. Les flammes qui la dévoraient s’élevèrent dans les airs; et de suite je ne vis plus rien qu’une vaste terre, noire comme du charbon».

« …cette maudite Babylone qui s’est enivrée du sang de mes saints; elle veut encore le verser »; encore un indice indiquant que celui-ci n’a pas encore été répandu; ou que cela est en cours. Cela situerait cet évènement au début du chaos; au commencement du trouble civil et avant la révolution italienne.

Quant aux conséquences ultérieures, Sœur Catherine Filljung (1848-1915) nous dit qu’il y avait sur Paris «comme le feu du ciel qui tombait». C’était la vengeance divine. La grande ville était assiégée. Tandis que l’ennemi la pressait du dehors, elle était en proie aux fureurs de la révolution, et à une famine si horrible que les mères dévoraient leurs enfants».
Elle ajouta, le 30 août 1853, à l’intention de Monseigneur Baillès:
« J’ai vu, depuis, un orage à faire mourir de frayeur. C’est un tonnerre comme jamais on n’en a entendu; il semble tenir toute la terre et gronde sans relâche. Une pluie de feu tombe du ciel, comme quand il neige en grande abondance; et il y a des morceaux de fer de différentes grosseurs, dont certains de la grosseur et de deux fois la longueur d’un chapeau d’homme. Ce feu du ciel embrase les contrées les plus coupables et brûle les malheureux habitants. Les maux seront si grands qu’on se croira à la fin du monde».

Lors d’une extase, elle déclara que, préalablement: « Il y aura des guerres et des révolutions. La France sera ruinée sans s’en apercevoir ! »

Ses visions, où des « Les émeutiers saccageaient, incendiaient Paris, principalement les beaux quartiers », sont conformes à celles d’autres mystiques. Elle vit également des évènements plus lointains, annonça, qu’après la guerre, Paris perdrait sa primauté ; qu’une une autre ville du « centre » – s’il s’agit du même « Centre » dont parle Marie-Julie, ce pourrait être un endroit proche de Paris; par exemple, et très symboliquement, Saint-Denis – devenait la capitale.

Qu’ajouter de plus ? … Si ce n’est que…

Connaître la présence d’un danger ne permet pas toujours de l’éviter; mais au moins de s’y préparer de son mieux. Priez, aimez votre Prochain et observez les signes car nous sommes entrés dans cette période de fléaux et de surnaturel annoncée par les prophètes. Priez ! Travaillez sans repos au salut de vôtre âme.

source

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs