Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Des satellites « sensibles » français approchés par des engins aux intentions parfois « inamicales »

Publié par Brujitafr sur 6 Avril 2018, 08:48am

Catégories : #ACTUALITES, #CIEL et ESPACE

Des satellites « sensibles » français approchés par des engins aux intentions parfois « inamicales »

C’est une information assez « énorme » et qui concerne la sécurité nationale puisque nos capacités satellites sont en train de s’avérer très vulnérables, et nous pourrions en être privés en quelques secondes au moment même où nos armées pourraient en avoir le plus besoin.

 

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail,

faites un don.

 

Les satellites sont ce que l’on appelle des outils à capacité de multiplication de forces… Ils sont devenus totalement indispensables à nos armées.

En cas de conflit, ils sont une cible privilégiée et prioritaire car cela couperait toute visibilité et transmission à nos armées, nous rendant aveugles, sourds et muets… Pas réjouissant donc.

L’un des grands principes de toute défense est la redondance. Nous ne pouvons pas miser la sécurité du peuple français uniquement sur les satellites. Nous en serions certainement privés dans les toutes premières heures d’un conflit majeur.

Charles SANNAT

Voici ce qu’en dit cet article du site Opex.

« En mai 2016, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le général Jean-Daniel Testé, alors à la tête du Commandement interarmées de l’espace, révéla qu’un satellite militaire de télécommunications Syracuse [SYstème de RAdioCommunication Utilisant un SatellitE] avait été approché par un «autre objet» dont il ne précisa pas l’origine.

«Mais nous avons la certitude que les Russes, les Chinois et les Américains ont mis au point des systèmes destinés à aller observer et écouter au plus près les systèmes spatiaux d’autres pays, ce qui pose de graves questions en termes de sécurité», avait ensuite expliqué le général Testé.

Moins de deux ans plus tard, son successeur, le général Jean-Pascal Breton, aborda également cette question. «Les stratégies de contestation ou de déni d’accès prennent des formes nouvelles. Outre le développement d’armes à effet dirigé, capables de dégrader les performances de nos moyens, la maîtrise de la technique de rendez-vous dans l’espace permet de venir à proximité de capacités spatiales d’autres pays sur l’ensemble des orbites. Plusieurs de nos satellites ont ainsi été approchés par des objets de type satellites inspecteurs», avait-il dit.

«Grâce à des capteurs qui permettent de surveiller assez finement l’espace, nous savons qu’il s’y passe quelque chose. Aujourd’hui, pour vous donner un exemple très concret, des microsatellites gravitent autour de nos satellites les plus sensibles», a expliqué le général Ferlet aux députés. Et ces engins sont potentiellement hostiles. «Nous voyons bien que leur cinématique n’est absolument pas normale et qu’elle est suspecte, voire inamicale, de la part de certains pays», a-t-il en effet ajouté, sans toutefois donner de précision sur lesdits «pays».

Étant donné que les forces armées sont dépendantes de l’espace, que ce soit pour les transmissions, l’observation, le renseignement et la navigation, rendre inopérants les satellites qu’elles utilisent (destruction physique, dommages sur leur électronique, cyberattaque, etc.) aurait évidemment de fâcheuses conséquences sur leurs capacités.

«Les satellites sont vulnérables par nature : il est plus facile de les attaquer que de les défendre, car on ne va pas les blinder – sinon, le coût serait considérable, la mise en orbite se payant au poids», a relevé le général Ferlet. Aussi, a-t-il ajouté, «un des moyens de contournement auxquels nous réfléchissons, comme les Américains, consiste à envoyer des essaims de satellites, beaucoup plus petits et orbitant plus bas, au lieu d’utiliser seulement deux ou trois satellites de taille plus importante pour assurer la même couverture. On obtiendrait un résultat plus résilient car l’ensemble serait plus difficile à neutraliser.» »

Source Opex ici

Commenter cet article

zelectron 06/04/2018 14:38

renforcer

zelectron 06/04/2018 14:37

En France il vaut mieux entretenir l'armée innombrable de ponxionnaires et la renforce encorer plutôt que d'investir dans les domaines de l'innovation autres que du ressort de la gadgetologie

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs