Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


MAJ Violences à l'université de Montpellier : l'ex-doyen et le professeur vont être suspendus

Publié par Brujitafr sur 29 Mars 2018, 13:01pm

Catégories : #ACTUALITES

MAJ le 29/03/2018 à 14h

À la suite des violences de la semaine dernière, les deux hommes ont été placés mercredi en garde à vue. Selon nos informations, 40 auditions sont programmées.

 

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Quel rôle a joué Philipe Pétel, l'ex-doyen de la fac de droit de Montpellier, dans l'agression d'étudiants occupant un amphithéâtre le soir du jeudi 22 mars ?

Qui sont les individus cagoulés armés de bâtons de bois venus frapper et repousser ces jeunes principalement issus de l'université Paul-Valéry ?

Autant de questions auxquelles doit répondre l'enquête en flagrance pour violences avec circonstances aggravantes ouverte par le parquet dès le lendemain des incidents. Mercredi en début d'après-midi, Philipe Pétel ainsi qu'un enseignant d'histoire du droit ont été placés en garde à vue. Sur Franceinfo, la ministre de l'Enseignement supérieur a fait savoir que les deux hommes allaient être « suspendus (...) à la suite des premières conclusions de l'enquête administrative » de l'inspection générale, diligentée en fin de semaine dernière. « La suspension d'un professeur d'université, ce n'est pas quelque chose qui se produit tous les jours, mais c'était nécessaire dans ce cas-là au regard des faits », a précisé Frédérique Vidal, qui veut que « toutes les responsabilités » soient « établies » et que « toutes les sanctions » puissent être prises. Les conclusions de l'enquête de l'inspection générale lui seront rendues à la fin de la semaine.

La garde à vue des deux hommes était fortement attendue par les neuf plaignants victimes de blessures ainsi que par leurs nombreux soutiens. En fin de semaine dernière, Philipe Pétel avait assumé à demi-mot ses responsabilités. « Quand l'État démissionne, il y a des gens qui se prennent en charge, et moi, je suis assez fier de mes étudiants », a-t-il déclaré devant les caméras de France Télévisions. « Il faut ce qu'il faut, on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs, il fallait absolument évacuer cet amphithéâtre. » De son côté, Jean-Luc Coronel de Boissezon, enseignant d'histoire du droit, considéré par plusieurs de ses confrères comme « très conservateur », expliquait dans Libération, le 28 mars, ne pas avoir « l'habitude, lorsque [il était] agressé, de rester passif ». Des propos qui ont mis le feu aux poudres dans la communauté universitaire. La fac de droit restera fermée jusqu'au mardi 3 avril. Selon nos informations, une quarantaine d'auditions seraient programmées pour l'enquête. L'instruction serait suivie de près au plus haut sommet de l'État.

 

 

Bloquée ©  Jean-Marc Lallemand / BELGA MAG / BELGA/AFP
La fac de droit de Montpellier restera fermée jusqu’au mardi 3 avril. © Jean-Marc Lallemand / BELGA MAG / BELGA/AFP

 

 

Rassemblement d'étudiants

L'annonce de ces deux gardes à vue est intervenue un petit peu avant le rassemblement d'étudiants opposés à la réforme de l'accès à l'université devant la préfecture de l'Hérault. Un peu moins d'un millier de jeunes ont alors applaudi l'annonce. Ils ont ensuite déambulé dans les rues du centre-ville pour manifester leur colère contre l'ex-doyen.

Ils ont circulé pendant quasiment deux heures, sans incident majeur, s'introduisant dans la gare Saint-Roch, appelant les cheminots à rejoindre leur mouvement. Puis ils se sont dirigés vers le centre commercial du Polygone, dont l'entrée principale a été condamnée. Le mouvement s'est ensuite déplacé vers la place de la Comédie, puis de nouveau vers la préfecture, sous l'œil vigilant des CRS.

source

Episode de violences à l'université de Montpellier : le doyen de la faculté démissionne

une vidéo fait surface qui

impliquerait l'administration

 

Après les violences à l'université de droit de Montpellier, une vidéo a été diffusée par Mediapart qui semble accréditer la thèse selon laquelle l'administration soutenait les violences. Le doyen et un professeur ont été placés en garde à vue.

Ces images renforceraient la thèse selon laquelle le doyen de l'université aurait laissé les individus cagoulés pénétrer dans l'amphithéâtre. «C'est le doyen qui a ouvert la porte. Je l'ai vu de mes propres yeux», avait ainsi assuré un témoin interrogé par Libération.

 

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

 

Par ailleurs, s'ils nient toute implication, certains enseignants ont été pointés du doigt par des étudiants qui pensent les avoir reconnus parmi les individus masqués qui ont participé à ces violences, selon les informations du journal Sud Ouest.

En tout état de cause, le 28 mars en fin d'après-midi, selon le procureur de la République de Montpellier, le doyen de la faculté Philippe Pétel ainsi qu'un professeur étaient entendus en garde à vue dans le cadre de l'enquête ouverte après l'expulsion violente d'étudiants grévistes d'un amphithéâtre la semaine dernière.

source

Commenter cet article

zelectron 29/03/2018 16:33

ceux du mur des cons sont requis à charge exclusive y compris témoignages . . .

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs