Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


USA. Mémo FISA publié = Voici ce qu'il dit....

Publié par Brujitafr sur 3 Février 2018, 18:38pm

Catégories : #ACTUALITES, #USA, #POLITIQUE

Le mémo FISA [1] vient d'accuser les hauts fonctionnaires du ministère de la Justice d'utiliser de manière inappropriée des recherches partiales sur le candidat Trump pour obtenir des mandats de surveillance sur les membres de l'équipe de transition dans le cadre de l'enquête fédérale sur Trump et la Russie.

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Selon le document, les informations tirées du soi-disant dossier Steele étaient «essentielles» à l'acquisition de mandats de surveillance à l'encontre de Carter Page, l'assistant de la campagne Trump. Il affirme que le directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe, a déclaré au comité en décembre que sans les informations du dossier Steele, aucun mandat de surveillance n'aurait été demandé pour Page.

 

La note allègue que les origines politiques du dossier - payées par Hillary Clinton et le Comité national démocrate (DNC) - n'ont pas été révélées au tribunal secret qui a signé la demande de mandat de surveillance.

 

Le document affirme que bien que le FBI ait eu des «preuves évidentes» que l'auteur du dossier, l'ancien espion britannique Christopher Steele, était partial contre Trump, il n'a pas transmis cela à la cour de surveillance lors des demandes de mandat. Steele a déclaré au sous-procureur général adjoint de l'époque, Bruce Ohr, qu'il était "désespéré que Donald Trump puisse être élu et qu'il était passionné par le fait qu'il ne soit pas président", indique le mémo.
Les conservateurs de la Chambre ont insisté sur le fait que les révélations de la note étaient "pires que Watergate" et ont laissé entendre que cela pourrait prouver la nullité de l'enquête fédérale sur la campagne de Trump. Pendant ce temps, les Démocrates disent qu'il s'agit d'un ensemble d'accusations inexactes pour tacler méchamment le conseiller spécial Robert Mueller. Ils ont rédigé leur propre contre-mémoire pour réfuter le document rédigé par les républicains, mais la majorité a voté contre la publication immédiate de ce document plus tôt cette semaine.
La note est basée sur une liste de documents hautement classifiés fournis au comité par le ministère de la Justice (MJ ou DOJ) lui-même, dans le cadre d'une entente à huis clos négociée par le président de la Chambre, Paul Ryan (R-Wis.).
Naturellement, le DOJ a affirmé que la publication de la note est une abrogation des termes de cet accord, une affirmation que les porte-parole de Ryan et de Nunes ont rejetée.
 
Possibles Poursuites pénales d'officiels du DOJ et du FBI
Dans une lettre publiée vendredi, le représentant et législateur du Parti Républicain, Paul Gosar (Arizona) demande la poursuite en justice des fonctionnaires du FBI et du ministère de la Justice en réponse à la trahison décrite dans le mémo.
"Le FBI a sciemment pris de fausses informations du Comité national démocrate et de la campagne d'Hillary Clinton et les a ensuite utilisées pour calomnier Donald Trump afin de saboter sa campagne", a écrit Gosar.
"L'adoption à fond de cette inconduite illégale et de cet abus de la FISA par James Comey, Andrew McCabe, Sally Yates et Rod Rosenstein n'est pas seulement criminelle mais elle constitue une trahison", a poursuivi Gosar.
USA. Mémo FISA publié = Voici ce qu'il dit....
Gosar a révélé qu'il réclamerait "des poursuites pénales contre ces traîtres à notre nation."
En vertu de la constitution américaine, les fonctionnaires du FBI et du ministère de la Justice pourraient être condamnés à mort s'ils étaient reconnus coupables de trahison.
 
-------------------------
Voici l’analyse qu’en fait Moon of Alabama :
Au cours du dernier mois, les ennemis politiques du président étatsunien Trump ainsi que le FBI et le ministère de la Justice (MJ) ont tenté désespérément d'empêcher la publication d'une note de service rédigée par la House Intelligence Committee contrôlé par les Républicains.
La note de service (pdf) décrit certaines parties du processus qui permettent aux tribunaux de sanctionner l'espionnage de la campagne Trump. Voici les points clés du mémo qui vient d'être publié :
    *Le dossier Steele a constitué une partie essentielle du dossier initial et des trois dossiers de renouvellement de la FISA contre Carter Page.
    "Andrew McCabe a confirmé qu'aucun mandat de la FISA n'aurait été demandé au tribunal de la FISA sans les informations du dossier Steele.
    *Les origines politiques du dossier Steele étaient connues des hauts fonctionnaires du ministère de la Justice et du FBI, mais exclues des demandes de la FISA.
    *Bruce Ohr, représentant officiel du Ministère de la Justice (MJ), a rencontré Steele à compter de l'été 2016 et a transmis au MJ l'information sur les biais affectant Steele. Steele a déclaré à Ohr que lui, Steele, était inquiet à l'idée que Donald Trump soit élu président et qu'il était particulièrement désireux qu'il ne le devienne pas.
Si le mémo ci-dessus s'avère juste, on peut conclure qu'une organisation de front démocrate a créé des "preuves" qui ont ensuite été utilisées par le FBI et le Ministère de la Justice d'Obama pour obtenir des mandats de la FISA pour espionner quelqu'un (Carter Page) ayant des contacts intimes dans la campagne Trump.
Les démocrates et le FBI ont fait tout leur possible pour garder cela secret.
Carter Page était un conseiller bénévole relativement peu important dans la campagne de Trump avec quelques contacts d'affaires en Russie. Il avait officiellement quitté la campagne peu de temps avant que le mandat de la FISA susmentionné ne soit demandé.
Andrew McCabe était directeur adjoint du FBI. Quelques mois plus tôt, sa femme s'était présentée pour un siège au Sénat de Virginie avec l'aide de 700.000 $ qu'elle avait reçue des alliés de Clinton.
L'épouse du fonctionnaire du ministère de la Justice, Bruce Ohr, travaillait pour Fusion GPS [2], l'atout trouvé par les démocrates pour salir Trump. Fusion GPS a engagé l'ancien agent britannique Steele.
L'ancien espion britannique Steele avait été engagé par le parti démocrate via Fusion GPS pour trouver des charges contre Donald Trump. Il est revenu avec un paquet de "rapports" qui allègue que Trump était en "collusion" avec la Russie ou même une marionnette de Poutine. Le contenu des rapports est tellement hilarant qu'on se demande comment on aurait pu le prendre au sérieux.
L'obtention d'un mandat de la FISA contre Carter Page signifiait que toutes ses communications avec la campagne Trump étaient effectivement sous la surveillance de l'administration Obama. Même si Page n'était plus un membre officiel de la campagne au moment du mandat, il est probable qu'il avait gardé le contact. Toute la communication interne à laquelle Page avait accès était ainsi également accessible à au moins quelques personnes qui essayaient d'empêcher une victoire électorale de Trump.
Il faut se demander si le mandat de la FISA et l'écoute clandestine sur Page étaient les seuls à avoir un lien avec la campagne Trump.
Cela ressemble à un jeu extrêmement sale de la part des Démocrates et de l'administration Obama, loin de toute décence et équité. Le dossier Steele est évidemment fait d'absurdités partisanes. L'utiliser pour un tel mandat de la FISA était contraire aux règles les plus élémentaires d'un système démocratique. Il a probablement enfreint plusieurs lois.
Il reste encore beaucoup de questions à se poser : quel a été exactement le résultat de la surveillance de Carter Page sur la campagne Trump ? Qui obtenait ces résultats - officiellement et officieusement ?  Comment les a-t-on été utilisés ?
Je suis presque certain maintenant que d'autres chefs de file vont être découverts. Certaines des personnes qui ont organisé cette manipulation, et celles qui ont essayé de la dissimuler, peuvent aller en prison.
Si Trump et les républicains jouent cette carte, ils ont pratiquement gagné les prochaines élections.
-------------------------------------
Conclusion
En fin de compte, si l'on découvre que le lancement de la surveillance contre l'équipe de Trump présentait clairement un biais non divulgué, l'enquête de Mueller - dont les conclusions seraient le résultat d'un mandat défectueux de la FISA - serait nulle et non avenue. Trump pourra congédier le procureur spécial Mueller ou Rod Rosenstein.
Incidemment, s'adressant aux journalistes dans le bureau ovale, Trump a suggéré que le document montre un parti pris politique du FBI, ce qui a pollué l'enquête destinée à savoir s’il y a eu une ingérence russe dans sa campagne électorale.
"Je pense que c'est une honte", a déclaré Trump à propos de ces manigances. "Beaucoup de gens devraient avoir honte d'eux-mêmes."
 
NOTES
 [1] Le Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA) est une loi du Congrès des États-Unis de 1978 décrivant les procédures des surveillances physiques et électronique, ainsi que la collecte d'information sur des puissances étrangères soit directement, soit par l'échange d'informations avec d'autres puissances étrangères.
 
 Le 14 mai 2008, lors de la campagne présidentielle américaine de 2008 où Obama a débuté, les propriétaires de GPS Fusion Glenn Simpson et son épouse Mary Jacoby ont coécrit un autre article pour The Wall Street Journal intitulé "McCain Consultant est lié au travail". pour le parti ukrainien "- et dans lequel ils allèguent que le sénateur républicain John McCain était "en collusion avec la Russie "pour avoir embauché comme l'un de ses conseillers l'homme de longue date réputé du Parti républicain Paul Manafort.

 

On constate donc que Fusion GPS a fait au Sénateur McCain (lors de la campagne présidentielle de 2008 en le reliant à la Russie) est exactement identique à ce qu’elle  fait maintenant (près de dix ans plus tard) au président Trump. En effet, lorsque la victoire de Trump approchait, les propriétaires de GPS Fusion, Glenn Simpson et sa femme Mary Jacoby, ont dépoussiéré leur livre de diffamation de 2008 contre McCain et ont commencé à tendre la main à tous ceux qui voulaient payer pour le réutiliser contre Trump. .

 

La première à sauter sur cette occasion fut, naturellement, Hillary Clinton, pour créer et propager le fake news du RussiaGate. Et, dans la plus grande parodie de justice dans l'histoire américaine, elle a été rejointe dans cet effort criminel de diffamation par le département de la Justice du régime Obama et par le FBI. 
 
Il s'avère aujourd'hui que notre analyse ci-dessus est correcte, et que les organes de la presstituée qui nous taxaient alors de complotiste, sont bien des menteurs et des propagandistes au service de qui-vous-savez. Il en fut de même lorsque nous étions parmi les rares à prédire une victoire nette et sans bavures de Donald Trump. Cela ne signifie nullement que nous soyons un fan de Trump. Nous ne faisons que rechercher la vérité, même si elle est amère.
 

Commenter cet article

ummite 04/02/2018 11:43

les états unis sont dirigés par des individus très dangereux , névrosés , penchant psychopathes . et malheureusement la population n'a d'autre choix que de les subir , si ce n'est copier !

Jean-Luc 04/02/2018 08:47

Rien d'étonnant dans ces manipulations, les intérêts en jeu motivent toutes les absences de scrupules, serions-nous de plus en plus gouvernés par des malfrats ?
Heureusement, en France, les mêmes ont supprimé le délit de haute trahison et celui de complot contre la sûreté de l'état, délinquants mais pas fous !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs