Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


MIGRANTS: l'Etat français veut former les "réfugiés", 450h de formations avec diplôme

Publié par Brujitafr sur 7 Février 2018, 08:34am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE, #Nouvel Ordre Mondial

France: l'Etat veut former les réfugiés pour mieux les aider à s'intégrer

1...Tant mieux pour eux 
 
 
MAIS
2...C'est le contribuable qui paie
3...450h de formations que n'ont pas ni nos chômeurs ni nos  RSA, ni certains écoliers/lycéens/étudiants
4...logé, nourri, formé, indemnisé, à ce tarif tout le monde va venir
5...en remerciant ils accepteront les jobs à 500€/mois, venant en concurrence avec les nationaux, même le patronat du Danemark le dit qu'il veut des migrants pas cher
via Maître Confucius
Vingt-deux réfugiés ont bénéficé du programme Hope en Île-de-France. RFI/David Baché

Vingt-deux réfugiés ont bénéficé du programme Hope en Île-de-France. RFI/David Baché

Intégrer des réfugiés, des migrants qui ont donc obtenu le droit d'asile, en les aidant à apprendre le français et surtout à trouver un travail : c'est l'objectif de l'accord-cadre signé ce mardi 6 février par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, avec la Fédération nationale des travaux publics. L'initiative, baptisée « Hope », a été lancée par la préfecture d'Ile-de-France. Elle concerne essentiellement des réfugiés Afghans, Soudanais et Erythréens, qui ont pu intégrer une formation en alternance.

Il ne se plaint que d'une chose : la neige qui tombe sur son chantier. Pour le reste, Mahamad Alhass Alhassan, réfugié soudanais du Darfour arrivé en France il y a quatre ans, sait qu'il a de la chance. L'année dernière, plus de 100 000 demandes d'asile ont été déposées en France, 43 000 ont été accordées.

Le programme « Hope », dont il est bénéficiaire, ne concerne que 22 réfugiés en Ile-de-France, un millier dans l'Hexagone. Mais il a permis à ce trentenaire, qui avait dû arrêter ses études au lycée à cause d'une guerre qui a décimé sa famille, de suivre des cours de français et une formation de coffreur-brancheur.

« Avant pendant quatre ans, je ne travaillais pas, je ne parlais pas bien français, maintenant je parle un peu français, explique-t-il. Maintenant que j’ai fait la formation, je gagne un peu d’argent. »

L'entreprise qui l'a pris en contrat de professionnalisation, c'est Vinci. « Nous avons accueilli deux réfugiés sur notre chantier, détaille Christophe Moignet, le conducteur des travaux. Il a fallu leur montrer ce qu’on fait et ils ont vite compris donc ça s’est bien passé. Ils se sont bien incorporés dans le groupe et c’est très bien pour nous ».

 

A l'issue de leur formation en alternance de 450 heures, les stagiaires seront diplômés. Ils espèrent surtout qu'ils seront embauchés.

source

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Commenter cet article

zelectron 07/02/2018 07:19

Ça coûterait bien moins cher de construire des robots ... mais l'intelligence chez les politiques !

zelectron 07/02/2018 07:21

Quand en France cessera-t-on de se caresser le nombril en louant Marx le matin, le midi et le soir ?

parmi des dizaines de milliers d'exemples
BMW a besoin de plus en plus de spécialistes en robotique
Anna Wells 6 févr. 2018,( traduit de Thomasnet.)

Selon Greenville Online, un point de vente couvrant la région métropolitaine de Greenville-Spartanburg en Caroline du Sud, BMW a annoncé encore plus d'investissements dans son usine locale. Mais même si cette usine fabrique de nombreux modèles de la série X est automatisée à 98%, BMW investit - cette fois-ci - dans l'humain.

La société basée en Allemagne a annoncé récemment que BMW Spartanburg a besoin d'un plus grand nombre de techniciens et ingénieurs en robotique - beaucoup plus, en fait, que dans l'usine de 240 robots de son atelier de peinture et elle doublera la taille d'un programme communautaire qu'elle utilise pour enseigner l'automatisation à de nouveaux apprentis.

Le programme BMW Scholars ajoutera un quatrième collège technique à ses partenariats académiques, où les étudiants poursuivant un domaine spécifique de fabrication peuvent équilibrer les classes avec le travail à temps partiel chez BMW et apprendre diverses disciplines dans l'usine automobile haut de gamme du constructeur. Ces étudiants, qui bénéficient également d'une assistance en matière de frais de scolarité et de soins de santé, peuvent être embauchés pour des contrats de location directe avec BMW, où le travail à temps plein et les heures supplémentaires peuvent générer des salaires à six chiffres.

BMW affirme qu'un atelier de carrosserie de 12 hectares est en voie d'achèvement et qu'il comprend environ 2 000 robots. Ajoutez à cela des kilomètres et des kilomètres de convoyeurs, et du coup l'établissement a désespérément besoin du genre de personnes dont l'objectif principal est la disponibilité. Le programme Scholars améliorera sa petite équipe de diplômés - 130, dans le cadre du programme qui vient de se terminer et qui a duré ces sept dernières années - et cherchera à augmenter le nombre total d'étudiants dans le programme "court" de deux ans à 200.

......................................................................................
Je précise que votre serviteur a été dans l'industrie pendant les 30 dernières années.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs