Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


La France toxicomane : médicaments psychotropes, héroïnes et opiacés

Publié par Brujitafr sur 17 Février 2018, 06:38am

Catégories : #ACTUALITES

Peinture Erik Rémès DR

Peinture Erik Rémès DR

Les ventes d’anxiolytiques, somnifères et antidépresseurs sont en légère baisse depuis 5 ans, avec 3,5 boîtes de ces médicaments remboursées en moyenne par habitant âgé de 20 ans ou plus en 2016. Les ventes de méthylphénidate (Ritaline® ou autres) ont augmenté de 84 % entre 2012 et 2014, puis ont baissé de 21 % entre 2014 et 2016 (pour s’établir à 745 000 boîtes remboursées).

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Médicaments psychotropes

En 2015, 13 % de la population française a eu au moins un remboursement de benzodiazépines (principe actif de la majorité des anxiolytiques et des somnifères) dans l’année, 10 % pour un anxiolytique et 6 % un hypnotique. Les femmes représentent 65 % des utilisateurs de benzodiazépines. Le nombre de consommateurs de benzodiazépines a baissé de 6 % entre 2012 et 2015. Cette baisse est plus prononcée pour les hypnotiques que pour les anxiolytiques. La consommation de médicaments psychotropes concerne également les adolescents. En 2014, 16 % des jeunes de 17 ans déclarent avoir déjà pris des anxiolytiques au cours de leur vie, 13 % des hypnotiques et 6 % des antidépresseurs.

 

Consommations intégrées dans un polyusage

Les usagers de drogues consomment de plus en plus fréquemment des médicaments psychotropes non opiacés. Il s’agit en premier lieu des benzodiazépines (ou apparentés). Près de quatre usagers sur dix des centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD) en ont pris au cours du mois (trois sur dix en 2012). S’ils les reçoivent souvent dans le cadre d’un traitement, la précarité accrue des usagers ces dernières années peut les amener à privilégier ces substances financièrement plus accessibles. Ces dernières donnent d’autant plus lieu à un mésusage que l’usager est jeune, de sexe masculin, que son degré d’abus/addiction est élevé (polyusage important, injection), qu’il souffre de pathologie(s) psychiatrique(s) et qu’il est dans une situation de précarité sociale importante. (….)

gaytapant.blogs.liberation.fr via FDS

VIA SOURCE

Commenter cet article

zelectron 17/02/2018 09:41

A quant le vote de la loi pour rendre obligatoire pour certaines professions la prise de substances "hal-ussi-no-gênes" :pilotes de lignes, conducteurs de TGV, bus scolaires, touristes, contrôleurs aériens, forces de l'ordre ...etc...etc...

zelectron 17/02/2018 09:36

les grands laboratoires vous disent merci Messieurs et Mesdames* les députés



*à moins qu'il ne faille oublier la notion d'homme/femme ?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs