Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Trump veut libérer Julian Assange, alors que les Russes effacent une importante base de la CIA en Syrie !

Publié par Brujitafr sur 16 Janvier 2018, 06:30am

Catégories : #ACTUALITES, #USA, #Nouvel Ordre Mondial

Trump veut libérer Julian Assange, alors que les Russes effacent une importante base de la CIA en Syrie !

  Une fuite nous avez dit, il y a plus de 2 semaines, que Julian Assange avait été sorti de l'Ambassade Équatoriale (et nous l'avions répercuté !), mais il semble qu'il y ai eu des problèmes de dernière minute et cette fuite a peut-être compliqué l'opération !  Attendons la suite ! 

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.



Un nouveau rapport du Service russe de renseignement étranger (SVR) indique que quelques heures après que les forces spéciales Spetsnaz russes aient effacé une importante base de la CIA en Syrie, à partir de laquelle un complot était organisé visant à assassiner le président Donald Trump. 
Par ailleurs, Julian Assange, le patron de Wikileaks, a posté sur son compte Twitter le message "Marshall Attack" tant attendu, qui marque son acceptation des "termes de sa libération" par Trump, ce qui pourrait provoquer une réponse violente de l'État Profond ("Deep State"). 

 

Message de Julian Assange "Marshall Attack"
posté sur Twitter à 20h34 (20h34 / Londres / GMT + 0) le 12 janvier 2018

 

 



Selon ce rapport, Julian Assange est un agent de renseignement américain de longue date dont le site internet de dénonciation Wikileaks est une organisation sous couverture créée et dirigée par la CIA. 
Mais Wikileaks s’est séparée du "Deep State" et la guerre des factions qui s’en est suivi, a brouillé l'élection présidentielle américaine de 2016, car Wikileaks a publié des dizaines de milliers de courriels d'Hillary Clinton et du Parti Démocrate, et Wikileaks, après la victoire de Trump, a commencé à divulguer certains des secrets les plus cachés de la CIA.
Craignant que Julian Assange ne commence à publier d'autres secrets de la CIA, le président Trump a commencé à planifier de le libérer de son confinement forcé (à cause de Deep State qui veut sa peau) à l'ambassade d’Équateur à Londres.
Mais ce plan sembla échouer lorsque, le 25 décembre 2017, l’ONI (US Office of Naval Intelligence l'Office du Renseignement Naval des États-Unis,) a posté sur le compte Twitter de la Navy les mots "Julian Assange", signalant ainsi que les agents de l’ONI du Deep State, se préparaient, à tout prix, à empêcher Trump de libérer Assange.
Craignant que le président Trump ne revienne sur sa parole pour le libérer après les menaces à peine voilées de l’ONI, Julian Assange a posté, le 1er janvier 2018, un tweet cryptique comportant un code de 60 caractères avec un lien vers la vidéo musicale "Paper Planes" (un code se référant à un "interrupteur de l’homme mort" destiné à déclencher la publication de documents secrets en cas de décès) et dont les paroles exactes disent : "Si tu m'attrapes à la frontière, j'ai des visas en mon nom ... et ... j'ai plus d’enregistrements que le KGB ... Alors, pas de coups tordus".


En réponse à cet avertissement de Julian Assange, le Président Trump a révélé une information explosive qui a alarmé le "Deep State", disant qu'il venait d’autoriser ses avocats à déposer une requête devant la Cour fédérale américaine afin laver Assange de toute accusation de crime contre les États-Unis.
L’étape suivante de ce plan pour accomplir cette libération, est que l'Équateur accorde sa citoyenneté à Assange ainsi que l'immunité diplomatique. 

La voiture officielle de Trump étant couverte par l'immunité diplomatique, Trump comptait sortir Assange de l’Ambassade Équatorienne dans cette voiture pour le faire embarquer sur Air Force One - ce qui impliquerait qu'Assange ne soit jamais obligé de marcher sur le sol britannique ou européen au risque d’être arrêté. 


 



Ce transfert de haut niveau de Julian Assange aux États-Unis, devait avoir lieu lors de la visite du président Trump à Londres la semaine prochaine, mais Trump a dû l’annuler brusquement après que la Russie l’ait averti car elle a découvert que le "Deep State" comptait l’assassiner à Londres en utilisant des drones de combat chargé de bombes que l’ONI (l'Office américain du renseignement naval) et la CIA ont perfectionné et testé en réel en Syrie en les lançant contre les bases russes de Tartous et de Hmeimine. 
Ces drones sophistiqués sont conçus et maquillés par la CIA afin de prétendre qu’ils sont fabriqués et lancés par les terroristes islamistes, afin que l’attentat contre Trump soit attribué à ces harkis islamistes. 
C’est la méthode classique des attentats sous faux drapeau concoctés par la CIA et le Deep State. 


 

Drones de combat de l'ONI-CIA capturés en Syrie le 6 janvier 2018


 
Connaissant parfaitement les plans de l'ONI et de la CIA, le président Poutine a publiquement déclaré : "Nous savons qui vous êtes !"
Il a fait envoyer des soldats d'élite de la 3e Brigade Spetsnaz (les tueurs les plus efficaces du monde) immédiatement en Syrie. 
Dans les 72 heures, ils ont localisé la base principale de la CIA que ces terroristes utilisaient et l'ont détruite en tuant tous ses occupants et en détruisant leur dépôt de drones de combat. 


 

Les Spetsnaz retournent à la base après avoir détruit la base terroriste de la CIA en Syrie le 12 janvier 2018


Quelques heures après que le président Trump a reçu la confirmation que cette base de l'ONI-CIA en Syrie a été détruite, d'autres communications ont été faites entre les États-Unis et Julian Assange. 
Suite à cela, Assange a répondu en publiant sur son compte Twitter une photographie contenant un échiquier montrant un mouvement du jeu d'échec de Capablanca contre Marshall datant de 1918 [1] - considéré comme l'une des plus belles parties de jeux défensifs de tous les temps - connu sous le nom de “Marshall Attack”— et suggérant qu'Assange prépare un "échec et mat" .
En effet, l'agent des services de renseignement américain Julian Assange représente actuellement la menace la plus grave contre le Deep state et la CIA, car il dispose des preuves écrites et vidéo prouvant que c’est l’analyste des données démocrates Seth Rich, et non pas la Russie, qui a donné tous les courriels à Wikileaks. 

Suite à cela, Rich a été liquidé immédiatement après sa rencontre avec la principale adjointe du chef du Parti démocrate, Debbie Wasserman-Schulz , et, à ce jour, le Parti démocrate refuse toujours de divulguer les liens qu'ils ont découverts entre Rich et WikiLeaks.

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.


 

[1] The Marshall Gambit

Frank James Marshall

 

Nous vous proposons quelques notes historiques sur le Marshall Gambit dans le Ruy López (1 e4 e5 2 Nf3 Nc6 3 Bb5 a6 4 Ba4 Nf6 5 O-O Be7 6 Re1 b5 7 Bb3 O-O 8 c3 d5). 

 



Le champion américain de l'époque, Frank James Marshall, a joué 8... d5 contre Capablanca dans le premier tour du tournoi de New York, 1918, et certains écrivains perpétuent encore le mythe selon lequel Marshall a tenu le gambit en réserve pendant de nombreuses années pour le faire jaillir sur le Cubain. 
Par exemple, C. N. 3097 cité à la page 20 de Every Move Must Have a Purpose par Bruce Pandolfini (New York, 2003) :
Humilié par la défaite[de son match contre Capablanca en 1909], Marshall s'entraîna avec diligence pour affronter le Cubain. 

Il a développé un curieux gambit qui semblait lui offrir de magnifiques chances, quelle que soit la façon dont Capablanca a répondu, et il a pratiqué en privé pour garder son plan un secret.
Sept ans se sont écoulés avant que Marshall ne saisisse l'occasion. 

Il a dévoilé sa nouvelle configuration au Manhattan Chess Club Masters Tournament à New York[en 1918]".

Source :
http://numidia-liberum.blogspot.fr/2018/01/trump-veut-liberer-julian-assange-alors.html

VIA SOURCE

Trump veut libérer Julian Assange, alors que les Russes effacent une importante base de la CIA en Syrie !

Commenter cet article

Dubnc 15/01/2018 20:49

C'est digne de SAS!!
Je n'ai que peu de moyen de vérifier le fond de l'article, mais en tous cas c'est plaisant à lire!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs