Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

L'esprit est comme un parapluie = il ne sert que s'il est ouvert ....Faire face à la désinformation


41 millions d’Américains passeront Noël dans la pauvreté

Publié par Brujitafr sur 25 Décembre 2017, 05:18am

Catégories : #ACTUALITES, #USA, #ECONOMIE - FINANCE

41 millions d’Américains passeront Noël dans la pauvreté

Même si Wall Street continue d’inscrire de nouveaux records, la pauvreté explose à travers les Etats-Unis.

En ce dimanche 24 Décembre 2017, nous venons d’apprendre que 41 millions d’américains vivent actuellement dans la pauvreté, et que 9 millions d’entre eux ne perçoivent aucun revenu. Si vous êtes chômeur de longue durée, vous ne percevez plus les allocations chômage, et une fois que vous êtes à la rue, l’état ne vous verse plus rien. J’ai déjà publié sur l’envolée du nombre de sans-abri aux Etats-Unis et sur le fait que cela atteint des niveaux jamais observés « depuis la Grande Dépression », mais la plupart des gens ne veulent pas en entendre parler actuellement. Même si la ville de New York n’a jamais eu autant de sans-abri depuis la Grande Dépression, et même si le nombre de SDF à Los Angeles vient d’atteindre un record, la plupart des gens veulent encore croire que tout va bien.

Mais ce n’est malheureusement pas le cas.

USA: EFFRAYANT: Au 30 Nov 2017, plus de 102 MILLIONS d’américains sont toujours sans emploi Les familles Américaines sont économiquement ruinées. 19 points clés

Un journaliste du Guardian a récemment voyagé avec un envoyé spécial de l’ONU dans certaines des régions américaines les plus pauvres. Son exposé est édifiant, et je voulais en partager avec vous un court extrait. La partie en question de son article parle de Ressy Finley, une femme âgée de 41 ans qui essaie de survivre dans les rues de Skid Row à Los Angeles…

 

Ressy Finley, 41 ans, était occupée à stériliser le seau blanc hygiénique qu’elle utilise dans son abri où elle vit depuis plus d’une décennie. Dans son tout petit espace de vie, elle conserve une masse de matelas et de couvertures usés ainsi que quelques objets plutôt hétéroclites, qu’elle essaie de conserver aussi propre que possible face aux rats et aux cafards. Autant dire que c’est peine perdue. Elle est également confrontée à une vague de punaises de lit, et cela se vérifie lorsque l’on regarde son épaule couverte de marques.

Elle ne reçoit aucun revenu officiel, et ce qu’elle fait pour recycler les bouteilles et les canettes ne suffit pas à payer les 1 400 $ de loyer par mois pour une minuscule chambre à coucher. Un ami lui apporte sa nourriture tous les deux jours, et le reste du temps, elle compte sur l’aide des missions locales.

Elle a pleuré deux fois au cours de notre court entretien, une fois lorsqu’elle s’est rappelée comment son fils lui avait été arraché de ses bras par les travailleurs sociaux du fait se son addiction à la drogue (il a maintenant 14 ans, elle ne l’a jamais revu). La seconde fois, c’est lorsqu’elle a fait allusion à l’agression sexuelle qui l’avait ensuite fait plonger dans la drogue et dans une vie de sans-abri.

En réalité, au cours des deux dernières années, «pas moins de 10 villes ou municipalités de Californie, d’Oregon et de Washington» ont déclaré l’état d’urgence tant le nombre de sans-abri s’accroît très rapidement. Si vous souhaitez obtenir encore plus d’informations, veuillez consulter mon article précédent intitulé «USA: Le nombre de sans-abri s’envole et atteint des niveaux jamais observés « depuis la Grande Dépression ».

Le plus triste, c’est que qu’il y a plus d’un million de maisons vides actuellement aux Etats-Unis. Alors que les opportunités économiques se tarissent, de nombreux coins en Amérique deviennent de véritables «villes fantômes», et plus les jours passent, plus la situation se détériore

Il y a près d’1,4 million de propriétés résidentielles qui sont abandonnées, principalement inoccupées et qui ne sont pas à vendre. Avec un nombre d’habitations inoccupées qui représentent près de 30% des propriétés résidentielles, certains quartiers d’Amérique commencent à ressembler à des villes fantômes.

Beaucoup pensent que la réponse au déclin de la classe moyenne américaine et à l’augmentation de la pauvreté aux Etats-unis est encore plus de socialisme.

Mais si vous voulez voir où mène cette solution, alors regardez ce qui se passe au Venezuela. Les gens en sont rendus à manger des chats, des chiens, et aujourd’hui, il y avait tout un tas d’articles expliquant que les enfants meurent littéralement de faim.

 

Non, la vraie réponse est de reproduire ce qui avait rendu si puissante l’économie américaine. Entre 1872 et 1913, Il n’y avait ni impôt sur le revenu ni réserve fédérale, et pourtant ce fût la plus grande période de croissance économique de l’histoire des Etats-Unis.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans un capitalisme de libre marché. Nous sommes allés très loin dans le socialisme contrôlé par le gouvernement, et cela a engendré un gigantesque gâchis.

Si nous voulons à nouveau avoir une classe moyenne dynamique, nous devons avoir une société qui favorise les entrepreneurs et la création de petites entreprises. Aujourd’hui, l’Amérique est littéralement en train d’étouffer financièrement les entrepreneurs et les petites entreprises, et lorsque je serai élu au Congrès, j’y mettrai tout mon poids pour que cela change.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseGoldBroker, pour un stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

Source: theeconomiccollapseblog

via source

 

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Commenter cet article

zelectron 25/12/2017 13:59

une situation qui émeut avec aucune (ou si peu) d'action pour parer aux cas les plus graves ...

"Non, la vraie réponse est de reproduire ce qui avait rendu si puissante l’économie américaine. Entre 1872 et 1913, Il n’y avait ni impôt sur le revenu ni réserve fédérale, et pourtant ce fût la plus grande période de croissance économique de l’histoire des États-Unis"

rares sont les articles qui proposent une solution, même si celle-ci n'a pas l'heur de plaire à d'aucuns.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

weblogs