Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Italie : Des bombes contre les migrants, nous risquons actuellement la guerre civile

Publié par Brujitafr sur 11 Août 2017, 08:08am

Catégories : #ACTUALITES

Italie : Des bombes contre les migrants, nous risquons actuellement la guerre civile

De Turin à Tarante, en passant par les régions « rouges » (ndt les régions politiquement à gauche) et le Latium, de plus en plus de bombes explosent près des centres d’accueil et des hôtels qui logent les migrants

Par Francesco Curridori

Du nord au sud, en passant par les îles, la révolte contre le business de l’accueil des migrants envahit toute la botte. Les bombes ou les cocktails molotov, mais également des armes plus rudimentaires sont les moyens les plus utilisés par les citoyens pour stopper l’arrivée des migrants dans leurs villages.

La Sardaigne, l’île où la crise économique favorise la révolte

 

Le cas le plus récent et le plus marquant s’est passé jeudi de la semaine passée devant le centre de premier accueil de Dorgali, dans la province de Nuoro. Par chance les 64 occupants ne furent pas blessés même si l'explosion a fait un grand trou à l'extérieur du bâtiment.  Ce n'est pas le premier cas en Sardaigne, en fait cette aversion envers les réfugiés a déjà connu deux précédents. Le 11 octobre passé, l'ex caserne de Monastir, dans la province de Cagliari, a subi un attentat incendiaire suite à la décision du préfet de mettre à disposition ce bâtiment pour en faire un centre d'accueil. La même chose s'est produite à Burcei, également dans la province de Cagliari, aux premiers jours de septembre, quand une maison privée qui devait accueillir 25 migrants a été dévastée. En novembre, à Buddusò, un village de 4.000 habitants, un complexe de tourisme rural qui devait héberger des réfugiés, a été pris pour cible et dévasté par une bombe artisanale.

Les Sardes ont dépassé le seuil de tolérance. Ils considèrent cet afflux de migrants comme une invasion en bonne et due forme, et ceci dans une région qui a un des plus haut taux de chômage d'Italie. Le seuil de tolérance est dépassé et a eu une répercussion telle sur le Partito Democratico (ndt, le PD est le parti gouvernemental), autant au niveau national que régional, que le 4 décembre dernier, la Sardaigne a enregistré le taux le plus élevé de Non au référendum constitutionel.

La majorité du président PD Francesco Pigliaru, toujours plus fragile s'est effondrée le 26 juillet à l'occasion d'un vote sur le tourisme, grâce à un amendement qui avait été proposé par Forza Italia. Cet amendement refusait que des fonds régionaux aillent aux hôtels qui, plutôt que recevoir les touristes, accueillent des migrants.

Devant une telle règle de bon sens, et grâce au vote secret, même des conseillers de la majorité ont pu voter conformément à leur sentiment d'apartenance sarde. Mais cela n'a pas suffit à calmer les esprits.

Le 30 juillet, à Sassari, une villa, qui devait devenir un centre d'accueil pour migrants, a été attaquée par quelques individus qui ont mis le feu aux matelas qu'on avait amené quelques jours plus tôt.

La colère des citoyens du Latium et du Nord de l'Italie

Et pourtant, la Sardaigne n'est pas un cas isolé. Le 25 juillet, à Rocca di Papa, aux porte de Rome, une bombe a été lancée contre le mur d'enceinte d'une structure d'accueil destinée à héberger 500 Nord-Africains. En mai 2015,  toujours dans la province de Rome, des habitants de Marino, avaient fait irruption dans un immeuble qui, sur décision de la préfecture, avait été choisi pour loger 78 réfugiés.

D'autres faits similaires se produisent aussi dans le Nord. En Vénétie, il y a environ une semaine, des jeunes gens ont lancé trois feux de bengale contre le centre d'accueil extraordinaire "La Verdiana di San Vito di Legnago" dans la province de Vérone. Le 17 février de cette année, à Aselogna di Cerea, toujours près de Vérone, une bombe a explosé contre le portail d'une structure qui abrite une vingtaine de requérants d'asile. A la fin octobre 2016, à Prada di San Zeno di Montagnaun, un ancien hôtel a été touché par deux bombes artisanales. En décembre de la même année, au Frioul, une lettre de menace a été envoyée au syndic de Turriaco et une bombe incendiaire a été retrouvée dans les jardins de la rue du 5 Juin, à côté de l'ancienne caserne des carabiniers où devaient être accueillis 12 migrants.

Et, beaucoup plus récemment, des actes similaires se sont produits en Lombardie. Une attaque à coup de cocktails Molotov contre l'hôtel Eureka à Vobarno, (province de Brescia). Ces évènements ont eu lieu début juillet et ont provoqué un incendie qui a détruit le rez-de-chaussée de cet hôtel qui devait recevoir des requérants d'asile. La même méthode a été utilisée fin mars pour endommager une petite villa à Cumignano sul Naviglio (province de Cremona).

Même au Piémont il y a eu des conflits entre Italiens et migrants. En novembre 2016 des Turinois, exaspérés par une situation qui se dégrade de plus en plus, on lancé deux engins explosifs contre les bâtiment ex Moi, occupé depuis des années par des centaines de nord-africains lesquels sont tout de suite descendus dans la rue où il y a eu de très violents affrontements. En septembre, une enveloppe contenant un engin explosif a été envoyé à l'agence de Voyage 747 qui s'occupe d'organiser le rapatriements de migrants.

Dans les régions gouvernées par la gauche, la colère contre les migrants monte au son d'engins explosifs

La "rouge Emilie" elle aussi a prouvé qu'elle n'en peut plus de cette arivée continue de migrants. Le 19 juillet, à Forli, deux bouteilles incendiaires ont été lancées sur le Cas (centre d'accueil extraordinaire), géré par la Croix Rouge qui hébergeait un seul migrant. En février, au centre d'accueil de Spadarolo, à Rimini, on a lancé des bouteilles : une vitre a été cassée et les ordures ont été éparpillées ce qui a sali les murs du bâtiment et le jardin. En mai 2016, à Parme, le siège d'un centre d'accueil pour réfugiés où vivaient une vingtaine de personnes, avait aussi été pris pour cible.

Dans les Marches, la plupart des agressions ont eu lieu en 2016, l'année où, à Fermo, Emmanuel Chidi a été tué suite à une dispute. Avant cet épisode, déjà une certaine intolérance montait face à l'arrivée continuelle de migrants. Cela s'est vérifié dans les premiers jours de mai avec un incendie volontaire contre l'hôtel Mark à Frontignano, qui était fermé depuis 10 ans et devait accueillir des réfugiés.

A Montottone, un petit village de la province de Fermo, une bombe a explosé devant l'église Santa Maria à l'endroit où sont accueilli les réfugiés. L'auteur de ce geste avait déjà sévi en avril à San Marco alle Paludi di Fermo.

Au Sud de l'Italie

Si on descend dans le sud de l'Italie, la situation n'est pas différente. En Calabre, à San Fernadino, un incendie probablement volontaire s'est déclaré début juillet dans un village de tentes. Toujours à San Fernandino, entre le 10 décembre et le 3 janvier 2016, 6 nord africains ont été agressés aux alentours de la date anniversaire de la révolte de Rosarno.

Dans les Pouilles, le dernier épisode de violence a eu lieu début juin quand une bombe a explosé près d'un centre d'accueil extraordinaire à Ginosa (province de Tarente).

 

Source : ilgiornale.it 

Traduction D. Borer pour les observateurs.ch

Commenter cet article

leventduchaos 14/08/2017 14:51

"Forza Italia" ?
Il est marqué quoi sur votre carte d'identité? République Française? ou italia de merde!

Encore un gars que l'on a accueilli et qui encense un pays étranger...
Pôvre France, on est mal barré avec ces immigrés...

Itou 16/08/2017 10:42

L’ingénieur Vent du chaos, je me marre....

Pour un bonhomme qui a deux diplômes d'ingénieur, ce n’est pas la classe au niveau des fautes d'orthographe. C’est que l’ingénieur n’est pas très en phase avec la langue de Molière….

Je te cite : "Nous nous retrouvons minoritaire".
En langue française, je te rappelle que dans ce cas le mot minoritaire est un adjectif et doit s'accorder avec le sujet qui est dans la phrase "nous" donc pluriel. Même chose pour "des gens comme vous qui était des paysans, incapable d'avoir une compréhension...."


Et oui, mon gars, la critique est facile mais l’art est difficile. Avant de se réclamer d’être un français, il faudrait au moins savoir l’écrire correctement. Tu te donnes du genre en utilisant des expressions comme « impressives » ou « je conchie » mais tu es incapable d’appliquer une règle élémentaire de la langue française. Il n’y en aurait eu qu’une, je me serais dit que c’était une faute d’inattention mais là, tu as récidivé grave ce qui prouve ton niveau lamentable. Décidément, tu n’es pas de taille…

Quant à appréhender ta culture, permets moi de douter que tu en aies une car à mon avis, tu ferais bien de repotasser tes livres d’école pour pouvoir le prétendre.

Oui, mes grand-parents étaient issus de paysans et je n’en ai pas honte. C’étaient de braves gens, honnêtes et courageux. Cela ne m’a pas empêché de naître à Versailles dans la Clinique Jeanne d'Arc juste à côté de la demeure du Roi Soleil. Pas si mal pour des macaronis, non ? De plus, bien qu’issu de « ritals », je sais manier la langue française aussi bien que toi si ce n’est mieux et surtout je l'écris sans faire de fautes ce qui n'est pas ton cas.

Con et ignare de surcroît. Avec des ingénieurs comme toi, on comprend mieux pourquoi la France pédale aujourd’hui dans la semoule. Des gens qui pètent plus haut que leur cul mais incultes, ils sont légion malheureusement dans notre pays et c’est bien ta caste qui est à l’origine de son déclin. D’ailleurs, la France est souvent représentée comme un coq qui chante les deux pieds dans la merde et tu en es l’exemple flagrant. Autrefois, la France avait des raisons d'être fière mais il y a longtemps que ce n'est plus le cas donc pas la peine de montrer du doigt les autres car au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

Heureusement que le ridicule ne tue plus car comme bouffon tu décroches la timbale. Dis, tu n’aurais pas voté Macron par hasard ?

leventduchaos 16/08/2017 09:24

Encore vos analyses impressives à côté de la plaque...

Si la France est aussi mal, c'est notamment que l'on a accueilli des gens comme vous, qui était des paysans, incapable d'avoir une compréhension de texte de 4 lignes. Nous nous retrouvons minoritaire dans notre propre pays, pas que je conchie les arrivants de l'après guerre, je suis prêt à les accueillir, si et seulement si, ils oublient leurs pays d'origine et dans votre cas, même au bout de deux générations né sur le sol Français. Comment pouvez vous appréhender pleinement ma culture, si vous pensez encore comme un italien. Donc comment pouvez vous être Français, je le redis vous êtes un Français en devenir!

Vous pouvez me parler de la Normandie, dont je n'ai jamais mis les pieds et je vous rappelle c'était au 15e siècles, parlez moi plutôt de Lyon. Nous appartenons à la région et pays, d'où nous vivons. Un mohamed, un giuseppe ou un paco ont autant de valeur pour moi, si il participe à la nation et ne sortent pas un drapeau d'un pays qu'il ne connaissent pas, par exemple lors de match de foot ou sortent un forza italia à la moindre occasion, à l'instar d'un valls 1er ministre qui dit devant les caméra qu'il soutiendra le barça. Vous parlez d'une région sinistré de France, je vous l'accorde c'est scandaleux que l'Etat ai pu laisser faire cela, mais monsieur forza italia, votre italie est le tiers monde de l'Europe, donc on a pas de leçon a recevoir d'un italien!

Les ennemis de mon pays, ce sont les gens comme vous qui ne ce sont pas assimilés.
Vous pouvez apporter votre soutien, sans lancer un slogan nationaliste étranger. Et si c'est trop pesant de vivre en France, à priori vous ne l'aimez pas, il faut partir, je ne vous retiens pas, ça en fera un de moins. Et là bas, vous pourrez hurler forza italia.

Une petite précision, j'ai deux diplômes d'ingénieurs et inventé deux produits qui sont restés des références dans mon domaine d'activité. Je ne le précise pas par vanité, mais pour mettre les points sur les i.
Conclusion: Faites une introspection ou partez...

Ceci est mon dernier post sur ce sujet, je vous laisse à votre médiocrité...

Itou 16/08/2017 08:02

Nez de boeuf sans aucun doute et con à bouffer sa merde.

Un petit rappel d'histoire : http://www.respectmag.com/24924-italiens-immigres-devenus-desirables

Origine normande ? Parlons en. J'y ai habité, 8 ans dans l'Orne. Région complètement sous équipée, sinistrée économiquement et médicalement, mais aussi polluée

https://fr-fr.facebook.com/STOP-%C3%A0-la-pollution-dans-lORNE-847557798620858/

avec une population importante d'illettrés

https://actu.fr/societe/journees-contre-lillettrisme-les-chiffres-en-normandie_579807.html

et d'importants cas d'incestes mais apparemment, c'est devenu un "sport" national en France.

https://www.francebleu.fr/infos/societe/quatre-millions-de-francais-victimes-d-inceste-en-france-selon-un-sondage-1450263385

En effet, pôvre France mais certains français qui se disent "de souche" toujours prêts à donner des leçons et tu en es l'exemple type, le vrai crétin de service qui a fait de la France ce qu'elle est devenue aujourd'hui. Fier de tes origines, soit c’est ton droit mais j’ai aussi le droit d'être fier des miennes qui sont à la fois française et italienne. Les italiens eux au moins ont le courage de se battre contre l'invasion alors que les français viennent de se faire encore une fois sodomiser toujours sans rien dire par Macron après l'avoir été pendant 10 ans par Sarkozy et Hollande. Tu es un fort en gueule comme tous ceux de ton espèce mais quand il s'agit de se remonter les manches il n'y a plus personne. Un couard, rien d'autre. Forza Italia ! Et vive la France mais celle des courageux, sûrement pas des mange-merde dans ton genre. Quant à vouvoyer, je ne le fais qu'avec les gens respectables ce qui n'est pas ton cas. Tu n'es surement pas le vent du chaos mais tout bêtement celui de ton intestin. Un pauvre abruti qui crache sa haine aveuglément sur tout ce qui bouge parce qu'incapable de réfléchir un temps soit peu et de distinguer qui sont vraiment les ennemis de son pays. Elle est mal barrée la France avec un ringuard de ton accabit. Et sache que je n'encense pas l'Italie, je lui apporte seulement mon soutien car elle vit l'enfer à cause de cette union européenne qui j'en suis sûr tu as appelé de tes voeux.

Con à bouffer sa merde, je vous dis. Et bien gave toi à t'en faire péter la panse et puisses tu en faire une indigestion afin de te fermer une bonne fois pour toutes ton claque-merde.

leventduchaos 16/08/2017 00:12

Alors je vais être beaucoup plus explicite!
je ne vois rien dans mon commentaire qui spécifie que je pense que cela se trouve en France (problème de maitrise de langue?).
un enfant d'immigré ayant la carte d'identité Française donc un Français en devenir qui me sort "Forza Italia"
je vous le dis tout de go, ça me fait gerber, alors que vous me dites, qu'il y a au moins 3 générations. Ce n'est qu'une preuve de plus de l’échec de notre politique migratoire.

Et si ce n'était que de mon bon vouloir, je vous raccompagnerai à la frontière avec suppression de la carte d'identité Française.
Monsieur, vous êtes un Français de papier, comme tant d'autres...
car je vous le redis "
Encore un gars que l'on a accueilli et qui encense un pays étranger...
Pôvre France, on est mal barré avec ces immigrés..."

Ma lignée est Lyonnaise, des deux côtés avec du côté de ma mère des ancêtres normand au 15-16e siècles puis sont allés à Lyon.

Vous avez la mémoire courte, quand notamment les italiens et les personnes d'europe du sud sont venus, vous étiez vecteur de criminalité comme beaucoup de primo arrivant mais ça vous l'avez oublié et il faut être Français pour s'en souvenir.
Honnête comme un italien, oui....

Alors vos analyses impressives qui se révèlent toutes fausses, vous les gardez pour vous!

Sachez qu'en France, on ne tutoie pas une personne que l'on ne connait pas, chez les bouffeurs de pâtes chinoise peut être mais pas en France!

Itou 15/08/2017 09:04

Ca se passe en Italie pas en France, nez de boeuf ! Donc je ne vois pas le rapport. Je suis né en France, mes parents aussi et mes grand-parents en Italie. Ils sont arrivés en France début des années 1900 mais n'ont pas foutu le bordel, n'ont touché aucune aide de l'Etat, ont travaillé dur et ont payé leurs impôts en France toute leur vie. Comme tant d'autres italiens et immigrés européens, ils ont contribué à la richesse de la France, que ça te plaise ou non. Et toi tu viens d'où, babouin sans queue ? Le vent du chaos, ça me fait bien rigoler ! Le chaos est surtout dans ta tête !

leventduchaos 14/08/2017 14:52

oups *étrangé

Itou 11/08/2017 14:17

A force de pousser les gens à bout et bien ça finit par péter ! Forza Italia !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<