Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Poutine et Trump aux "élites" du G20 : votre Nouvel Ordre Mondial est mort !

Publié par Brujitafr sur 12 Juillet 2017, 06:56am

Catégories : #ACTUALITES, #Nouvel Ordre Mondial

Début de la fausse paix .....

Au cours de la photo-op ci-dessous entre le président russe Vladimir Poutine et le président américain Donald Trump, Poutine ne pouvait pas aider à faire connaître ses sentiments sur les leaders mondialistes réunis au G20. Une femme de la foule a demandé à Poutine s'il souriait parce qu'il appréciait vraiment Donald Trump; Poutine resta souriant mais a dit: «Je souris parce que le Nouvel Ordre Mondial (NOM) est agonisant».

Poutine et Trump aux "élites" du G20 : votre Nouvel Ordre Mondial est mort !
Poutine et Trump étaient censés se réunir pendant 35 minutes à Hambourg vendredi. Mais leur première réunion en face-à-face s'est étendue bien au-delà de cela, à deux heures et 16 minutes. Les deux fiers leaders nationalistes et défenseurs de leur peuple ont trouvé qu'ils avaient beaucoup de sujets dont il fallait parler.
Ce n'est pas une surprise. Poutine, qui combat la cause mondialiste depuis si longtemps, a finalement trouvé en Trump un leader mondial qui veut mener le même combat, en parallèle à sa détermination à faire le bien de son peuple. Le reste des dirigeants du G20 proviennent de l'école de pensée mondialiste, des marionnettes corrompues de l'élite, œuvrant uniquement pour les grosses entreprises, les banques et les sociétés secrètes, sans se soucier du futur de leur pays.
Mais Poutine et Trump sont différents. 
Trump a refusé de porter le "pins" du G20, symbole du modialisme

Trump a refusé de porter le "pins" du G20, symbole du modialisme

Poutine a trouvé, dans le président américain, l'allié dont il a besoin pour détruire le NOM une fois pour toutes.
Mais, bien que l'élection de Trump en novembre ait été un  knock-down pour le NOM, les grands projets des globalistes n'ont pas été complètement démantelés.
Le carnage d’hier soir et de ce matin dans les rues de Hambourg témoigne de ce fait incontestable. Les mercenaires de George Soros - Antifa et Black Bloc - étaient au travail, incendiaient les voitures et terrorisaient les innocents, essayant de transformer la ville en enfer sur terre.
Tout comme DAECH et les Islamistes causent la mort et la destruction dans les points chauds du monde entier grâce aux  dollars des mondialistes, les terroristes domestiques comme Antifa provoquent également le chaos dans les grandes villes occidentales. Tout cela fait partie du plan visant à déstabiliser les États-Unis et l'Europe, et à supprimer les libertés civiles, la vie privée et le droit à une vie décente.
Angela Merkel, l'animatrice du G20, gloussant et trottinant toute la journée, refuse de reconnaître  que ses désastreuses frontières ouvertes ont fourni à l'élite mondialiste les terroristes, idiots-utiles, nécessaires pour faire leur sale travail pour eux.

Voici ce qu'ils se sont dit lors de leur face-à-face

Le président américain a rencontré son homologue russe pour la première fois lors du sommet du G20. Une "alchimie positive" mais aussi un échange "vigoureux".
Lors d'un premier tête-à-tête de près deux heures et demie, Donald Trump et Vladimir Poutine ont abordé la question de l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine mais sont convenus de passer outre des crispations pour se concentrer sur l'amélioration de leurs relations.
Donald Trump, qui s'est dit "honoré" de rencontrer le président russe à l'occasion du sommet du G20 à Hambourg, a suscité les critiques de ses adversaires démocrates, qui jugent que le nouveau démenti apporté vendredi par Vladimir Poutine dans cette affaire a été trop bien accueilli.
Les présidents américain et russe, qui avaient échangé une poignée de main et des sourires à l'ouverture du sommet en fin de matinée, ont entamé leur entretien vers 16h, aidés de traducteurs.
"Désaccord insoluble à ce stade"
 A l'issue de la rencontre, le secrétaire d'État Rex Tillerson a évoqué devant des journalistes une "alchimie positive" entre les deux dirigeants. Donald Trump a ouvert les discussions sur les "inquiétudes du peuple américain quant à l'ingérence russe dans l'élection de 2016" et un "échange vigoureux et long" s'est ensuivi, a déclaré Rex Tillerson. "Le président a interpellé le président Poutine à plusieurs reprises sur la question de l'implication de la Russie. Le président Poutine a réfuté toute implication comme il l'a déjà fait auparavant."
Son homologue russe, Sergueï Lavrov, a pour sa part indiqué que Donald Trump avait accepté les explications de Vladimir Poutine. "Le président américain Trump a dit avoir entendu les démentis du président russe Poutine (...). Il les a acceptés", a-t-il dit. Tillerson a précisé que les deux chefs d'État ont cherché à surmonter la question. "Les présidents se sont concentrés sur les moyens d'avancer, partant de ce qui pourrait bien être un désaccord insoluble à ce stade", a déclaré Tillerson, évoquant un engagement russe à "ne pas interférer dans les affaires des États-Unis et notre processus démocratique".
Cette explication a été mal accueillie au sein des démocrates à Washington. "Travailler à compromettre l'intégrité de notre processus électoral ne peut et ne doit pas être un domaine où 's'accorder sur un désaccord' est une conclusion recevable", a déclaré dans un communiqué le chef de file des démocrates au Sénat, Chuck Schumer.
Amabilités en tous genres devant la presse
Donald Trump et Vladimir Poutine ont rivalisé d'amabilités lors d'une courte pause devant la presse, avant de poursuivre leurs discussions. "Le président Poutine et moi-même avons parlé de divers sujets et je crois que cela s'est très bien passé", a déclaré à la presse Donald Trump, assis aux côtés de son homologue russe. "Nous avons eu de très, très bons échanges. Nous espérons que cela entraînera de bonnes choses pour la Russie, les États-Unis et toutes les personnes concernées. Et c'est un honneur d'être à vos côtés", a-t-il dit à Vladimir Poutine.
"Nous avons discuté à de nombreuses reprises au téléphone (...) mais une conversation téléphonique ne suffit pas", lui a répondu le président russe, par l'intermédiaire de son traducteur. "Je suis très heureux de pouvoir vous rencontrer en personne, monsieur le président", a-t-il poursuivi.
Le tête-à-tête aurait pu se poursuivre encore longtemps si Melania Trump, l'épouse du président américain, ne les avait pas pressés de mettre un terme à la rencontre, a raconté Rex Tillerson, le secrétaire d'État américain.
Avant la rencontre, Donald Trump avait dit qu'il souhaitait trouver des moyens de travailler avec son homologue russe, un objectif rendu difficile par les camps adverses soutenus par les deux pays dans les conflits ukrainien et syrien, et les accusations d'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016.
Trêve en Syrie
Les deux hommes ont exposé leurs divergences sur l'approche du dossier nord-coréen, a ajouté le chef de la diplomatie américaine. "Les Russes l'abordent un peu différemment de nous et nous allons donc poursuivre ces discussions et leur demander d'en faire davantage. La Russie a des échanges économiques avec la Corée du Nord", a-t-il dit à la presse.
Sur le dossier syrien, largement évoqué, les États-Unis, la Russie et la Jordanie ont conclu une trêve dans le sud-ouest syrien, a déclaré Rex Tillerson après la rencontre. Ils se sont également accordés sur la création dans la région d'une zone de "désescalade", a-t-il ajouté.

Le président US pris de court par la Russie

DEBKAfile, site proche du milieu du renseignement de l’armée israélienne, revient sur le feu vert russe à l’Iran pour qu’il accueille le sixième round des pourparlers syro-syriens : « Le fait que la Russie ait donné son aval à ce que l’Iran accueille Astana 6 prive de facto les États-Unis, la Jordanie et l’opposition syrienne de la possibilité d’y assister. Moscou vient ainsi d’éliminer les États unis, un véritable choc pour la partie américaine. »
Et le site de poursuivre : « En effet les Russes sont sur le point de faire passer un message aux Américains : ils sont prêts à soutenir jusqu’au bout la présence militaire iranienne en Syrie ».
DEBKAfile n’y apporte aucun commentaire, mais ce message est aussi adressé à Israël, dont les officiels ne cessent de réclamer ces derniers temps le « départ de Assad, de l’Iran et du Hezbollah » de Syrie.
Mais le choix de Téhéran pour accueillir les pourparlers syro-syriens n’est pas le seul « choc infligé » par Poutine aux États-Unis et à Israël. La Russie vient de doter la DCA syrienne de canons électromagnétiques qui paralysent les radars des avions israéliens et provoquent leur crash [Voir . Cyclone sur le Pentagone. Les Russes paralysent toutes les défenses de l'Alaska ].
Un premier drone israélien a d’ailleurs été abattu mardi dans le sud de la Syrie. À Tel-Aviv, le message a été reçu 5 sur 5 : les Israéliens ont arrêté net leurs frappes contre les positions de l’armée syrienne à Quneïtra.

VOIR AUSSI:
 

Commenter cet article

azerty 12/07/2017 11:51

«Je souris parce que le Nouvel Ordre Mondial (NOM) est agonisant».
Un article d'une profonde naïveté. Si Poutine avait affirmé une telle chose, ça se saurait.
Quand allez-vous comprendre que Your News Wire est un site satirique qui raconte n'importe quoi? Et Numidia lui emboite le pas...

Faut arrêter de faire dire n'importe quoi à ce pauvre Poutine.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<