Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


La simplification de la carte des départements sera lancée en juillet

Publié par Brujitafr sur 3 Juillet 2017, 09:19am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE

Ok, donc le mec sort la muleta pour nous distraire pendant que les lois sérieuses et contre les «riens» vont passer !

Emmanuel Macron va-t-il réussir son projet de simplification de la carte départementale, là où Manuel Valls s'était cassé les dents ? C'est l'un des nombreux sujets que l'exécutif confirme vouloir aborder mi-juillet, lors de la grand-messe qui doit déboucher sur un pacte crucial avec les élus locaux. Mais la réforme risque de semer la zizanie entre les présidents de département et les patrons de métropole. Ces derniers défendent désormais l'intérêt du modèle lyonnais promu par l'actuel ministre de l'Intérieur et des Collectivités, Gérard Collomb. L'ancien maire PS de Lyon et patron du Grand Lyon s'était accordé, en 2012, avec le président centriste du Rhône, Michel Mercier, pour doter à partir de 2015 la métropole des pouvoirs du département sur le périmètre des 59 communes du Grand Lyon, via un compromis financier. L'enjeu : concentrer les compétences dans les mains des collectivités les plus créatrices de richesses, réaliser des économies de structure et combiner le levier des aides sociales et de l'insertion économique.

De nombreux obstacles

Christian Estrosi, maire LR de Nice et président de la métropole, est le premier à revendiquer ouvertement son intérêt pour une telle opération avec les Alpes-Maritimes : « Nous avons été la première métropole créée, puis nous avons récupéré la responsabilité des routes départementales sur le territoire ainsi que le transport scolaire. C'est la suite logique. » Il assure que sa rivalité avec Eric Ciotti, le président LR des Alpes-Maritimes, n'est pas en jeu : réélu député, ce dernier doit rapi­dement quitter la présidence du département pour céder son poste à un proche des deux hommes.

D'autres territoires sont pressentis. Dans son manifeste pour la présidentielle, l'association des grandes villes France urbaine réclame « la possibilité, pour les métropoles qui le souhaitent, de fusionner avec leur département sur leur territoire et permettre aux communautés urbaines d'appeler, sur la base du volontariat, des compétences sociales des départements ». L'intercommunalité d'Aix-Marseille pourra avancer une géographie favorable : elle concentre plus de 90 % de la population du département. Ailleurs, d'autres arguments jouent. La métropole de Toulouse explique, par exemple, prendre en charge ses habitants bénéficiaires du RSA pour le compte du département, comme à Strasbourg (information par la suite démentie par les deux parties prenantes NDLR).

Les obstacles restent néanmoins très nombreux. A Rennes, Lille ou à Nantes, par exemple, le département est largement plus important que la métropole. Comment désolidariser des départements très ruraux de leur agglomération phare ? Politiquement, rares sont aussi les exécutifs d'une même couleur, comme à Nantes ou à Nice.

 

La réforme territoriale a-t-elle changé le visage de la France ?

 

Face à ces risques de barrage, France urbaine assure chercher un terrain d'entente avec l'Assemblée des départements de France (ADF). Son président LR, Dominique ­Bussereau, exclut lui-même tout passage en force : « Nous avons eu des engagements du candidat Macron. » Un autre membre de l'ADF, à gauche, nuance cette position : « Dominique Bussereau temporise vis-à-vis de Macron, mais d'autres présidents de département, surtout à gauche, sont inquiets. » En Ille-et-Vilaine, le socialiste Jean-Luc Chenut est de ceux-là. « Le département représente 85 % de la superficie et 60 % de la population. Et le modèle lyonnais ne nous convainc pas, la fusion n'a pas fait d'économies, au contraire, la métropole a reconstitué des équipes, doublant, par exemple, la direction des affaires sociales. "

 

En Ile-de-France, le projet de fusionner les trois départements entourant Paris avec la métropole est une poudrière. Début juin, Christian Favier, qui préside le dernier fief des communistes en France, le Val-de-Marne, s'alarmait de la préparation d'une ordonnance sur le sujet. Patrick Devedjian, baron LR des Hauts-de-Seine, prépare depuis plus d'un an une contre-mesure. Certains interprètent dans le même sens la fusion en cours de la commune et du département de Paris par Anne Hidalgo.

Nombre d'observateurs s'attendent à voir le gouvernement sortir des incitations financières pour favoriser les mariages. Un négociateur témoigne : « Gérard Collomb veut aller vite. Il vaut mieux faire ces rapprochements avant l'élection au suffrage universel des présidents de métropole prévue en 2020. »

@MQuiret Suivre @MQuiret

Commenter cet article

Itou 03/07/2017 22:33

Dommage que vous n'ayez pas avec un tel sujet fait référence à Pierre Hillard qui fut un des premiers à tirer la sonnette d'alarme et explique fort bien pourquoi ce redécoupage de la France mais aussi de l'Europe est tant voulu par les européistes mondialistes....

https://www.youtube.com/watch?v=LWQL7xApwZ8

https://www.amazon.fr/Pierre-Hillard/e/B001JOS3L4

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<