Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Face à la stratégie anti-islamiste de Trump, Macron s’allie aux états musulmans radicaux

Publié par Brujitafr sur 25 Juin 2017, 19:19pm

Catégories : #ACTUALITES

Face à la stratégie anti-islamiste de Trump, Macron s’allie aux états musulmans radicaux

La situation géopolitique au Moyen-Orient évolue assez rapidement sous l’influence de la nouvelle administration Trump. Washington est occupée à organiser un nouveau bloc israélo-arabe avec comme préalable la neutralisation des forces islamistes sunnites. La France continue de soutenir les puissances islamistes.

L’Arabie Saoudite rompt avec le djihadisme

Le nouveau directeur de la CIA, Mike Pompeo, a souligné cette évolution impulsée par Donald Trump dans une interview à MSNBC (source).

Abordant l’attitude des Saoudiens, le chef de l’agence de renseignement a indiqué « qu’ils avaient accueilli un Américain qui ne venait pas les visiter en tant qu’ami des Iraniens. Ils ont compris que l’Amérique les soutiendra lorsqu’ils repousseront les ennemis que nous avons en commun ».

« Les Saoudiens ont pris la décision fondamentale de ne pas s’engager dans le genre d’activités qui a mené à toutes sortes de problèmes durant les décennies passées… Je pense qu’ils comprennent que ce n’est pas le meilleur intérêt de l’Arabie Saoudite de soutenir le terrorisme » a ajouté le directeur de la CIA.

La nomination récente Mohammad Ben Salman, perçu comme un réformiste, comme prince héritier d’Arabie Saoudite traduit cette nouvelle donne politique.

La fin du soutien de l’Arabie Saoudite aux groupes politico-religieux musulmans de par le monde est un tournant majeur. Il explique aussi les très fortes tensions entre Riyad et le Qatar, une pétromonarchie salafiste qui soutient activement le djihadisme et diverses organisations radicales, dont les Frères Musulmans.

L’Arabie Saoudite vient à cet effet de soumettre un ultimatum au Qatar, ce dernier devant respecter 13 exigences essentiellement centrées sur la fin du soutien au djihadisme et aux Frères Musulmans (lire ici). Un ultimatum qui a été rejeté par le Qatar, augurant d’une escalade des tensions dans la région (source).

Fait révélateur, le journal pro-gouvernemental « Le Monde » qualifiait ces demandes contre les organisations djihadistes et islamistes « d’exorbitantes » (voir ici).

Le plan américain inclut également l’isolement du Hamas à Gaza, la branche locale des Frères Musulmans. Ce qui suppose de contraindre l’Autorité Palestinienne, dirigée par l’OLP, à signer la paix avec Israël. Jared Kushner, le beau-fils du président américain, a rencontré Mahmoud Abbas à cet effet (source).

La Turquie islamiste soutient le Qatar

Outre l’Iran, la Turquie s’est portée au secours du Qatar (source). Et pour cause : les Frères Musulmans sont au pouvoir à Ankara et la capitulation du Qatar face à l’Arabie Saoudite serait un coup très dur porté à l’axe islamiste sunnite.

Nul ne sera donc surpris de voir la France coordonner ses efforts avec la Turquie pour contrer les efforts du bloc américano-saoudien (source).

La France opte pour le bloc islamiste

Cette stratégie visant la destruction des Frères Musulmans et à l’isolement des états qui les soutiennent (Turquie, Qatar) a suscité la colère, en France, des relais politiques liés à la confrérie et à la pétromonarchie qatarie. Comme Pascal Boniface, actif au sein de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS).

Ce dernier, dans sa plus récente vidéo, ose qualifier Donald Trump de « pyromane » en raison de sa stratégie anti-islamiste et veut croire qu’Emmanuel Macron protégera la base arrière de l’islamisme qu’est le Qatar :

 » Qatar Ban : le pyromane Trump / le pompier Macron ?  » @YouTube https://t.co/3NcQscNnGJ
S’abonner à ma chaîne ICI : https://t.co/jx5j0FzrDA

Quelle est la position de ce dernier ?

En apparence, Macron tente de maintenir une « neutralité » entre Saoudiens et Qataris. Notamment en raison des relations commerciales qu’entretient Paris avec ces deux états.

La presse d’état française se met à louer le nouveau « réalisme » d’Emmanuel Macron, à l’instar de Georges Malbrunot :

Mais en réalité, cette nouvelle « neutralité » est à analyser par rapport à la nouvelle politique des USA.

Ce nouveau « réalisme » est un simple effet d’optique. Le recentrage français, notamment vis-à-vis des USA et de l’Arabie Saoudite, n’a pas lieu : ce sont ces états qui se distancient de facto de Paris en rompant avec la politique suivie sous la présidence Obama. Une politique interventionniste couplée à un soutien absolu aux forces islamistes dans le monde arabo-musulman (Libye, Syrie).

Certes, Macron a admis l’échec français en Libye et en Syrie, mais il s’agit davantage d’acter de la nouvelle réalité syrienne ou libyenne plutôt que d’une révision fondamentale de la diplomatie française. Laquelle suppose de s’appuyer sur les Frères Musulmans dans ces pays.

La France demeure fondamentalement alignée sur une ligne politique favorisant l’islam politique sunnite – mais aussi chiite – tandis que les USA optent désormais, sur l’impulsion de Donald Trump, pour une politique pro-israélienne, pro-arabe  -mais anti-islamiste – et anti-iranienne.

Menacés par les USA, les Frères Musulmans et leurs alliés – Turquie, Qatar – recherchent à présent un arrangement avec l’Iran. Ces deux forces ayant en commun de défendre le principe des révolutions islamiques, sunnite ou chiite.

C’est donc sans surprise que le président français cherche à se rapprocher de ce bloc qui, bien que hétérogène, est bien en voie formation.

La France poursuit donc sa politique d’alliance avec l’islam en tant que tel et tente de trouver un point d’équilibre entre les islamistes chiites et leurs équivalents sunnites. Sa pseudo « neutralité » retrouvée n’est que la manifestation d’une hostilité de principe à l’égard des USA dès lors que ces derniers entrent en conflit avec les forces politiques musulmanes précitées.

Cette fausse neutralité est d’une certaine façon identique à celle qu’affichait De Gaulle face à l’URSS durant la Guerre Froide.

Le ton avait d’ailleurs été donné par Macron, soutenu par la gauche financière occidentale, lorsqu’il a prétendu défier le président américain au sujet de l’accord de Paris en lançant son slogan, « Make our planet great again ».

Un jeu dangereux compte tenu du faible poids de la France au plan stratégique.

source

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<