Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


État d'urgence: comment l'Élysée justifie sa demande de prolongation

Publié par Brujitafr sur 26 Mai 2017, 21:14pm

Catégories : #ACTUALITES

Au nom de la sécurité,

vous en perdrez la Liberté.

État d'urgence: comment l'Élysée justifie sa demande de prolongation

Le président de la République a par ailleurs demandé "des mesures de renforcement de la sécurité" afin qu'un texte législatif soit préparé dans les prochaines semaines.

Emmanuel Macron a réuni ce matin le Conseil de défense et de sécurité nationale. L'Élysée compte demander la prolongation de l'état d'urgence au Parlement, jusqu'au 1er novembre prochain. Il devait arriver à échéance le 15 juillet.  

Macron veut "sortir" de l'état d'urgence, mais pas tout de suite

Durant sa campagne, le président de la République avait exprimé son envie de sortir de ce dispositif, en précisant toutefois que cela n'était pas une priorité, et que l'actualité de l'époque, marquée notamment par l'attentat de Londres, ne le permettait pas encore. Un discours aujourd'hui repris par son premier ministre, Édouard Philippe. Devant la presse, il a rappelé que "la menace terroriste portée par Daech et Al-Qaeda demeurait en Europe et particulièrement [en France et au Royaume-Uni] à un très haut niveau". 

L'Elysée va demander la prolongation de l'Etat d'urgence jusqu'en novembre prochain.

 

Le président de la République a par ailleurs demandé "des mesures de renforcement de la sécurité" afin qu'un texte législatif soit préparé dans les prochaines semaines.

Emmanuel Macron a réuni ce matin le Conseil de défense et de sécurité nationale. L'Élysée compte demander la prolongation de l'état d'urgence au Parlement, jusqu'au 1er novembre prochain. Il devait arriver à échéance le 15 juillet.  

Macron veut "sortir" de l'état d'urgence, mais pas tout de suite

Durant sa campagne, le président de la République avait exprimé son envie de sortir de ce dispositif, en précisant toutefois que cela n'était pas une priorité, et que l'actualité de l'époque, marquée notamment par l'attentat de Londres, ne le permettait pas encore. Un discours aujourd'hui repris par son premier ministre, Édouard Philippe. Devant la presse, il a rappelé que "la menace terroriste portée par Daech et Al-Qaeda demeurait en Europe et particulièrement [en France et au Royaume-Uni] à un très haut niveau".  

 

"L'attentat de Manchester doit renforcer notre vigilance", a-t-il poursuivi, avant de détailler: "Sur le territoire national, nous sommes au deuxième niveau de vigilance terrorisme, sur une échelle qui en contient trois. 7000 militaires de Sentinelle appuient les efforts des forces de l'ordre. Cela peut aller jusqu'à 10.000. Il y a 66.000 réservistes possiblement mobilisables". Quant au contrôle des frontières, il resterait "justifié et opérationnel". 

Pour rappel, l'état d'urgence permet aussi à l'exécutif et à la police de prendre de nombreuses mesures, allant de l'instauration d'un couvre-feu dans certains lieux pouvant être exposés à des troubles publics, à la restriction de la circulation des personnes, en passant par l'assignation à résidence d'individus "dangereux" et l'autorisation de perquisitions à domicile, de jour comme de nuit. 

D'autres mesures hors de l'état d'urgence

Le président de la République a par ailleurs demandé " des mesures de renforcement de la sécurité face à la menace terroriste", hors de l'état d'urgence, "afin qu'un texte législatif soit préparé dans les prochaines semaines". Parmi elles, a été évoquée la mise en place d'un centre de coordination des services de lutte contre le terrorisme. Son organisation devrait être arrêtée par le Conseil de défense et de sécurité d'ici le 7 juin. 

Lors de la réunion, Emmanuel Macron a également tenu à rappeler son soutien au Royaume-Uni. Quelques heures après l'attentat, il s'était dit "effaré" et "consterné" de la situation.

source

Commenter cet article

zelectron 26/05/2017 11:02

depuis que les hommes politiques renforcent la vigilance (des dizaines et des dizaines de fois), ça fait belle lurette qu'ils ne devrait plus y avoir d'attentats, tout au contraire les djihadistes lanceraient des fleurs et danseraient pour nous, et pour les petits enfants des berceuses ! de qui se moque-t-on ? La seule stratégie qui vaille consiste à être silencieux afin de ne pas alerter ces déchets humains.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<