Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


La tendance vers un refroidissement devrait s'accentuer dès 2019

Publié par Brujitafr sur 27 Avril 2017, 18:05pm

Catégories : #ACTUALITES, #NATURE - ECOLOGIE

La tendance vers un refroidissement devrait s'accentuer dès 2019

En 2007 l'IPCC a reconnu qu'il était illusoire d'assigner des grandeurs physiques aux modèles d'évolution du climat pour tester leur validité. Plus simplement énoncé cela revient à dire qu'il est impossible d'avoir une quelconque idée des températures futures et qu'il est donc tout aussi impossible de calculer la sensibilité du climat au CO2. Malgré cela l'IPCC a encouragé et financé indirectement via les institutions gouvernementales de nombreux universitaires pour persévérer dans la mise au point de modèles décrivant l'évolution future du climat et rassembler, parfois au mépris des principes fondamentaux de l'honnêteté scientifique de base, toutes sortes d'arguments confortant l'hypothèse du réchauffement d'origine anthropique, depuis la disparition supposée des ours blancs et des banquises polaires jusqu'à l'acidification des océans provoquant la mort des coraux. Il en reste la conclusion à l'emporte-pièce qu'il faut se résigner malgré tout à contrôler les émissions de CO2 comme cela fut présenté à la COP21. Cette dissonance dans les connaissances est tellement extrême qu'elle en est irrationnelle car il n'y a encore aujourd'hui aucune évidence que le CO2 joue un quelconque rôle dans l'évolution globale des températures.

Un deuxième point tout à fait troublant est l'ignorance systématique par les scientifiques appointés par l'IPCC de ce qui est appelé par les paléoclimatologues l'optimum climatique médiéval ainsi que les variations climatiques périodiques d'une durée d'environ 60 années. Les modélisateurs, à la limite, se sont contentés d'effectuer des calculs basés sur des systèmes d'équations différentielles qui de toutes les façons n'ont aucune validité tant le nombre de paramètres est élevé. On se trouve donc devant un cas d' « arme mathématique de destruction massive » comme l'a écrit C. O'Neil dans son ouvrage « Weapon of math destruction » (Crown Publishers, 2016) car il est impossible dans de telles conditions d'attribuer une quelconque signification à ces modélisations. Et puisqu'il était difficile voire impossible d'intégrer dans leurs simulations ces variations climatiques périodiques de 1000 et 60 années parfaitement bien identifiées par diverses approches expérimentales, que ce soit avec les carottages des calottes glaciaires, la dendrochronologie ou encore l'étude isotopique (carbone-13) des concrétions calcaires des grottes ou des dépôts de squelettes de plancton, les modélisateurs les ont tout simplement et soigneusement ignorées.

L'illustration ci-dessous rapproche la variation de la température de l'atmosphère telle que déduite des études des carottages glaciaires en regard de la teneur en CO2 atmosphérique depuis 10000 ans.
 


Il est facile de remarquer des épisodes de réchauffement tous les 1000 ans et ceci depuis la fin de la grande glaciation qui prit fin il y a environ 14000 ans (Dryas récent). Il est également intéressant de remarquer que depuis 4000 ans la planète s'est refroidie de manière continue avec cependant 4 épisodes « chauds » parfaitement bien identifiés par toutes sortes de proxys comme ceux mentionnés ci-dessus, les optima minoen, romain, médiéval et moderne. Ces optima se sont succédé à 1000 ans d'intervalle avec une régularité surprenante. De plus chacun de ces cycles de 1000 ans comporte une phase de 650 ans durant laquelle la température se refroidit suivie d'une phase de 364 ans durant laquelle cette température moyenne globale augmente. La Terre se trouve aujourd'hui à l'aube - en réalité depuis le printemps de l'année 2003 - d'un nouveau cycle de 1000 ans qui va donc voir les températures baisser de manière significative et continue durant 650 années. Il faut néanmoins remarquer que la tendance au refroidissement depuis 2003 a été perturbée par deux phénomènes El Niňo intenses, en 2011 et 2016, mais cette tendance vers un refroidissement devrait s'accentuer dès 2019. À cette périodicité de 1000 ans des variations du climat se superposent des cycles de 60 ans dont j'ai mentionné l'existence dans un précédent billet et dont voici à nouveau l'illustration (voir la source dans le lien en fin de billet) :
 

Reste enfin la décroissance de l'activité solaire depuis le début du XXe siècle, nonobstant la période récente de puissante activité solaire (« Golden Spike ») reconstruite à partir de la présence de béryllium-10 (voir note) dans les carottages glaciaires. Si on la rapproche des prévisions alarmantes des astrophysiciens relatives à la sorte de torpeur magnétique du Soleil qui va avoir lieu lors du prochain cycle solaire, il y a tout lieu de s'alarmer.
 

Tous ces éléments combinés et jamais pris en compte par l'IPCC dans un quelconque de ses rapports font qu'il est impossible d'imaginer un commencement d'effet direct et quantifiable du CO2 sur le climat. Ce qui a été observé est un arrêt brutal de l'augmentation des températures des basses couches de l'atmosphère depuis 1998 et comme il existe un temps de latence d'une douzaine d'années entre la baisse de l'activité magnétique solaire et l'augmentation du rayonnement cosmique il est donc hautement probable que dans les toutes prochaines années nous assistions à une chute d'autant plus rapide des températures que tous ces phénomènes périodiques se conjuguent en ce moment même : cycle de 1000 ans, cycle de 60 ans et effondrement de l'activité solaire.


Fini le « Golden Spike » solaire des années 2000, finis les printemps fleuris, les moissons abondantes et les vins corsés ... Nous sommes déjà entrés dans un « petit » âge glaciaire qui durera au moins jusqu'en 2070. Mais les tenants du réchauffement climatique feront toujours la sourde oreille car ils n'accepteront jamais de reconnaître leurs erreurs, trop de centaines de milliards de dollars sont en jeu, trop de gouvernements, trop d'ONGs, de laboratoire universitaires et d'entreprises gourmandes de subventions étatiques se sont engouffrées les yeux fermés dans cette supercherie tellement vaste et devenue en quelque sorte un dogme qu'elle paraît incontournable bien que scientifiquement caricaturale. On compte plus de mille institutions publiques et semi-publiques de par le monde impliquées par exemple dans les énergies alternatives supposées « sauver » le climat ... Où vont donc nos impôts ? Pour conclure cette série de billets relatifs au climat il est opportun de citer Francis Bacon (1561-1626) citant les fraudes intellectuelles :

« Les idoles du théâtre sont celles qui sont liées au sophisme et aux faux enseignements. Ces idoles sont façonnées dans les domaines de la théologie, de la philosophie et de la science, et parce qu'elles sont défendues par des groupes de savants elles sont acceptées sans contestation par les masses. Lorsque de fausses philosophies ont été construites et ont atteint une large sphère de domination dans le monde intellectuel, elles ne sont plus remises en question. De faux édifices sont construits sur de fausses fondations et au final ces systèmes stériles et sans mérite montrent toute leur grandeur sur la scène mondiale » .

Notes :

Plus l'activité magnétique solaire est élevée moins on retrouve de béryllium-10 dans les carottes glaciaires ou les concrétions calcaires. Le béryllium-10 se forme dans l'atmosphère par bombardement cosmique des noyaux d'azote. Plus le Soleil est magnétiquement actif plus les rayons cosmiques sont déviés et moins de béryllium-10 est produit par spallation. La modélisation d'Akasofu ne tient pas compte du cycle millénaire.

Source

Commenter cet article

ummite 27/04/2017 11:24

TOUTES CES DONNÉES PSEUDO SCIENTIFIQUES SONT EN FAIT PLANIFIER PAR LE CONGLOMERAT PRO FINANCIER ET LEURS COMPLICES LES ÉCOLOGISTES ET LES PSEUDO VERTS !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<