Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Hahahahahaha, hahahahahaha, hahahahahaha…

Je dois vous avouer que hier fut une sacrée journée. Peut-être la journée où tout a basculé pour le jeune Macron et ses commanditaires.

Bon, ce n’est pas bien de se moquer, pourtant, cette élection était imperdable pour Fillon et la droite. Elle devrait être tout aussi imperdable pour Macron.

Hélas, les tensions qui tiraillent notre pays sont considérables et notre jeune homme, bobo beau gosse au programme d’un vide intersidéral, ne propose aucune vision pour notre pays. Pire, il se balladurise à très grande vitesse, une vitesse vertigineuse qui risque de le faire échouer à quelques centimètres de la ligne d’arrivée.

La France sera sans doute au mieux ingouvernable avec ce jeune homme inexpérimenté, mais encore cela pourrait passer ; le problème, le vrai, c’est que Macron, comme Balladur en son temps, n’aime pas les gens. Il ne les aime pas du tout.

Or nous, les Français, nous avons envie d’être aimés, ou au moins de croire que ceux qui nous dirigent nous aiment.

Ils peuvent être nuls, pas terribles, incompétents même, mais le minimum syndical c’est qu’ils aiment les gens.

Macron n’aime pas les gens et cela se voit. Terriblement.

Le jeune prince de Lu est nu.

Le poids des mots, le choc des photos, et l’arrogance d’une caste insupportable !

Terrible journée donc pour Macron après la soirée « people » dans une France qui souffre à la Rotonde, que je ne lui reproche pas, mais bon sang, le tact et la finesse comme la sobriété sont d’usage.

Terribles images d’une Marine Le Pen accueillie sous les vivats, offrant les croissants aux ouvriers alors que Macron est enfermé à la CCI avec quelques « collabos » utiles du système triés sur le volet.

Terribles ces images de suffisance de classe et de mépris des vrais gens et de notre peuple où Macron monte dans sa voiture, commente sa visite dans une entreprise tout en désinfectant les mains et en se nettoyant les chaussures après avoir côtoyé le peuple de notre pays. Nos concitoyens.

Mais comme disait Chirac, « les emmerdes volent en escadrilles ». Terribles les propos tenus par Attali, l’éminence grise du gamin qui sera président dans « 13 dodos » comme le dit de manière si drôle Nicolas Canteloup, et qui a dit que les 300 ouvriers d’Amiens étaient « anecdotiques ».

Terrible fin de campagne où les masques tombent, rendant de plus en plus difficile un ralliement des insoumises et des insoumis qui risquent de faire leur le slogan des antifas « ni patron, ni patrie »… Vaste programme.

Je vous propose donc de voir ces 4 vidéos terribles.

La première, celle de Macron sous les huées et les « Marine présidente » à Amiens, sa propre ville dont il est l’enfant.

La deuxième où Macron se lave et se désinfecte après contact avec le peuple, une chose immonde dont nous faisons partie.

La troisième, celle d’Attali et de son mépris le plus total pour les 300 femmes et hommes qui se battent pour sauver leur travail et qui sont anecdotiques, le jour où nous apprenons que 43 900 de nos concitoyens de plus viennent de perdre leur travail. Anecdotique. Nous sommes des anecdotes.

Alors je conclurais par cette vidéo tout aussi terrible. C’est la bande-annonce du film 300. Vous y verrez ce que 300 gus, ce que 300 anecdotes ont pu faire. Ce film retrace la bataille des Thermopyles, où quand 300 hommes font vaciller l’Empire le plus puissant du monde…

Macron est un homme cultivé. Et Whirlpool c’est un peu sa bataille des Thermopyles à lui. La mission des 300 spartiates, guerriers et soldats d’élite fut de retarder l’avancée de l’armée perse de l’empereur Xerxès.

Quelques dizaines de siècles après, on sait encore ce que peuvent accomplir 300 gars face à des milliers et des nuées. À la tête de ces 300 hommes, le roi Léonidas entré dans la légende.

Mon cher Macron, je crois que ces 300 « anecdotes » vont te botter le postérieur comme les 300 bottèrent celui de Xerxès et de son armée monumentale.

La morale de l’histoire ? Xerxès a gagné, sans honneur et sans gloire. Le sacrifice des 300 a galvanisé les nations grecques…

La Grèce, déjà ! J’ai comme l’impression que nous ne sommes pas au bout de l’histoire. Elle ne fait en réalité que commencer. Comme aux Thermopyles.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Tag(s) : #Présidentielles 2017, #ACTUALITES

Partager cet article

Repost 0