Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les révélations de WikiLeaks montrent que l'espionnage et le piratage effectué par les agences de renseignement menacent la sécurité mondiale. Pour l'ancien agent du MI5 Annie Machon, ces agences ne contrôlent même plus leurs logiciels malveillants.

Wikileaks Vault 7 : « Nous sommes dans 1984 de George Orwell », estime un ex-agent du MI5

La CIA nous surveilleRT : L'une des allégations de WikiLeaks concerne l'utilisation par la CIA de programmes malveillants, volés à d'autres Etats, dont la Russie. Ils laissent donc, par exemple, des traces « russes » lors des cyberattaques et on observe alors une sorte d'hystérie autour d'une présumée « ingérence russe » dans les élections américaines, françaises ou allemandes. Que peut-on en déduire ?

Annie Machon (A. M.) : Je crois que le timing des événements est très intéressant. N'oubliez pas qu'Edward Snowden a fourni, il y a quelques années, un grand nombre de preuves sur la surveillance et les piratages illégaux opérés par la NSA, le GCHQ (Government Communications Headquarters) britannique, ainsi que par le service de renseignement allemand, le BND. Ils ont espionné tout le monde en Europe. Et tout cela a été éclipsé par ce soi-disant « Russia-gate », l'ingérence de la Russie dans les élections américaines, suivi de déclarations dans toute l'Europe selon lesquelles la Russie essaierait d'intervenir dans le processus démocratique de plusieurs pays, avec des moyens de guerre informatique. Moscou tenterait d'intervenir dans les élections aux Pays-Bas, en France et en Allemagne. On dit même que Moscou aurait influencé le Brexit. C'est absurde et ça n'a jamais été étayé de preuves.

En revanche, Edward Snowden a révélé les activités de la NSA et du GCHQ en Europe. Il est donc très intéressant de voir, finalement, que des preuves d'agissements similaires de la part de la CIA ont été transmises à WikiLeaks. Je suis particulièrement préoccupée par le rôle du MI5 dans ce processus car il pourrait y avoir un « Etat secret » au sein du « Deep State » [Etat dans l'Etat au sein de l'administration des Etats-Unis] qui s'est attaqué au Brexit, à l'élection de Donald Trump et à tout le reste. Il semble donc que la NSA et le GCHQ, les deux organisations officielles de surveillance électronique des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, aient pu être induites en erreur par le travail de la CIA, qui dispose d'un énorme budget secret pour développer sa surveillance électronique... Et ce avec le concours du MI5, par dessus le marché, qui a pourtant vocation à protéger la démocratie et la sécurité nationale au Royaume-Uni !

RT : Selon Wikileaks, le consulat américain à Francfort a été utilisé en tant que base éloignée de piratage. Compte tenu du scandale impliquant la NSA, comment l'Allemagne et l'Europe en général vont-elles réagir à ces révélations ?

A. M. : De toute évidence, l'Allemagne va simuler l'indignation, exactement comme cela avait été le cas après la révélation de la mise sur écoute du téléphone d'Angela Merkel. Ils ont déployé des logiciels pirates, tels que le XKeyscore et tous les autres programmes dont Edward Snowden a révélé l'existence en 2013. Néanmoins, l'Allemagne a récemment élaboré une nouvelle loi qui permettra au BND d'espionner à une échelle beaucoup plus large en Allemagne et dans d'autres pays européens.

Nous venons de faire passer une loi au Royaume-Uni qui donne aux GCHQ et aux autres agences d'espionnage des pouvoirs de surveillance considérablement élargis, jusqu'à la possibilité d'opérer des piratage massifs. C'est exactement ce que les fuites de WikiLeaks semblent avoir confirmé.

Je me souviens aussi que l'année dernière, il y a eu la plus grande attaque de botnet (réseau de logiciels qui communiquent entre eux comme des robots) de l'histoire. Elle a engendré une coupure d'internet dans l'ouest des Etats-Unis, puis dans une partie de l'Est du pays et dans certains pays d'Europe occidentale. Et ce botnet a opéré depuis des appareils intelligents situés dans les maisons de simples citoyens, pas depuis leurs ordinateurs ni leurs téléphones mais sur des choses comme des réfrigérateurs ou des téléviseurs intelligents. Il est donc évident que ces appareils ont déjà été piratés et qu'ils sont utilisés pour nous espionner.

RT : Il semble que la CIA ait perdu le contrôle de ses logiciels malveillants, qui, de fait, peuvent tomber entre n'importe quelles mains. Est-ce une grave menace en termes de sécurité ?

A. M. : C'est une menace énorme, et nous l'avons tous déjà observé par le passé. Il y a quelques années, une cyberattaque a été lancée contre une installation nucléaire iranienne. C'était un virus Stuxnet. Il aurait été développé par la NSA et par les services de renseignement israéliens pour cibler spécifiquement les sites nucléaires de l'Iran

 


Néanmoins, une fois qu'il est lancé, il est hors de contrôle. Alors, il peut alors être récupéré par des individus qui ont d'encore plus mauvaises intentions. Ils peuvent être militarisés et causer des dommages à toutes nos infrastructures : l'aviation, le contrôle aérien, les systèmes énergétiques... Tout pourrait devenir vulnérable à cause d'un seul virus militaire destiné à attaquer les Iraniens. Les dégâts potentiels pour notre démocratie sont innombrables. On peut comparer cela à un nouveau virus, génétiquement modifié, qui deviendrait incontrôlable.

RT : Estimez-vous que cette perte de contrôle puisse être dangereuse pour les gouvernements et, par conséquent, pour les leaders mondiaux ?

A. M. : Cela présente un danger pour nous tous. Aujourd'hui, tous nos pays sont très dépendants d'internet - les avions dans le ciel aussi bien que les réseaux électriques. Internet est une nouvelle ligne de front dans la cyberguerre du 21e siècle.

RT : Il existe apparemment un logiciel malveillant créé par la CIA et le MI5 destiné à pirater les téléviseurs connectés en les transformant en appareils d'enregistrement. Comment peut-il être l'utilisé et où pourrait-il être déployé ?

A. M. : Ce sera déployé partout. Nous sommes face à la mise en pratique de ce qu'on voit dans le roman de George Orwell, 1984 :des écrans qui nous regardent. Je me souviens que, dans les années 1990, on était capable d'implanter un logiciel de ce type dans des téléphones portables et dans des ordinateurs de base. Il pouvait les activer pour nous filmer et enregistrer nos frappes sur le clavier.

Cependant, à cette époque, il y avait une notion de supervision, et il y avait une idée de surveillance ciblée. Et c'est de cela dont on a besoin pour empêcher toute dérive. Cela exigeait beaucoup de travail. En raison de la propagation d'internet et de la technologie, on peut désormais procéder à un espionnage à échelle industrielle. C'est ce qu'ils semblent avoir développé.

Tout cela est très dangereux pour la démocratie. Car dès lors que vous perdez toute intimité pour parler, écrire, regarder, lire, vous pouvez tout à coup commencer à vous auto-censurer. Et vous n'êtes donc plus un citoyen qui participe au bon fonctionnement de la démocratie. C'est une voie très dangereuse à suivre.


Commentaire : Est-ce qu'on essaie de nous faire comprendre que nous ne sommes plus en démocratie ?


RT
via SOTT

Tag(s) : #ACTUALITES, #USA, #INTERNET - COMMUNICATION

Partager cet article

Repost 0