Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


Pays-Bas : les libéraux de Mark Rutte battent largement Wilders

Publié par Brujitafr sur 16 Mars 2017, 09:16am

Catégories : #ACTUALITES

Pays-Bas : les libéraux de Mark Rutte battent largement Wilders

À l'issue du scrutin législatif, le parti du premier ministre sortant raflerait environ 30 sièges. Le parti du populiste anti-islam PVV ne gagnerait que 19 sièges, soit 4 de plus qu'aujourd'hui.

Déception pour le leader anti-islam et anti-immigration d'extrême droite Geert Wilders qui espérait créer la surprise ce mercredi lors des législatives, et incarner la troisième rébellion antisystème réussie d'Occident après le Brexit et la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine. Loin d'arriver en tête selon les sondages de sortie des urnes, il serait battu nettement par le Parti populaire libéral et démocrate (VVD, droite) du premier ministre Mark Rutte, qui a emporté haut la main, mercredi, les élections législatives aux Pays-Bas, restant le premier parti à la Chambre basse avec 31 sièges sur 150. Il avait jusque-là une quarantaine de sièges.

Le Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders n'en a pas moins connu une progression, gagnant 4 sièges, selon ce sondage publié par la radio-télévision NOS. Il se retrouve à égalité, à 19 sièges, avec deux autres partis, le CDA (Appel chrétien-démocrate) et le D66. Chiffre intéressant et plutôt rassurant pour la démocratie hollandaise. Les Néerlandais se sont massivement rendus aux urnes. Le taux de participation est estimé à 81 %, contre 74,6 % lors de la dernière élection en 2012, selon la NOS.

S'ils sont confirmés, les résultats des législatives seront un grand soulagement pour les partis traditionnels en Europe, et notamment en France, qui s'interrogent sur les limites potentielles de la montée du vote Marine le Pen. Les résultats officiels devraient être publiés vers minuit.

Campagne électrique

Le premier ministre semble avoir obtenu un soutien de dernière minute avec la crise diplomatique avec la Turquie, qui lui a permis d'adopter une ligne de fermeté, avec un timing favorable pour lui face au dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan.

Ces résultats clôturent une campagne électrique, lors de laquelle les thèmes de l'islam et de l'immigration ont été mis au centre du débat. Révélant un clair virage à droite des Pays-Bas sur la question de l'identité, les idées du tribun anti-islam hollandais, surnommé «Mozart» en raison de son casque de cheveux blond blanc, avaient dominé tout le débat politique des derniers mois, une réalité qui exprime une révolte populaire occidentale plus large contre la globalisation, les frontières ouvertes et le multiculturalisme, mouvement de fond révélé notamment lors du Brexit et de la présidentielle américaine de novembre. Malgré la bonne santé économique du pays, les Néerlandais placent clairement l'immigration, la défense de l'État néerlandais et la question de la place de l'islam dans leur société au cœur de leurs préoccupations, même s'ils apportent des réponses différentes aux difficultés de l'intégration. Une tendance qui a été magnifiée par la bataille frontale et furieuse qui a opposé le pays à la Turquie d'Erdogan dans les derniers jours.

Mais les propositions très radicales de Wilders, qui proposait d'interdire le Coran, de fermer toutes les mosquées et de sortir de l'Union européenne, qualifiée d'État nazi, ont visiblement fini par faire peur à une société hollandaise jusqu'ici connue pour sa tempérance, et le profit économique qu'elle tire de sa position dans l'Union européenne. Dès l'annonce des résultats, la chancellerie fédérale allemande a félicité mercredi les Pays-Bas pour le résultat «fantastique» des élections législatives où le parti du premier ministre sortant Mark Rutte ressort nettement en tête devant l'extrême droite. «Pays-Bas, ô Pays-Bas, vous êtes des champions», a déclaré en néerlandais Peter Altmaier, chef de la chancellerie fédérale, sur Twitter. «Félicitations pour ce résultat fantastique.» Cet enthousiasme en dit long sur la nervosité qui régnait en Europe à l'approche du scrutin néerlandais. Les Allemands se préparent eux aussi à voter en septembre, et leur pays est lui aussi traversé par une grogne populiste liée aux problèmes posés par l'immigration, l'afflux de réfugié syriens et les récents attentats terroristes.

Geert Wilders avait été l'étoile de la campagne. Ce mercredi, il avait été pressé de questions par une myriade de journalistes, alors qu'il votait dans une école de La Haye, une occasion rare de l'interroger, vu son mode de campagne discret dû aux mesures de sécurité drastiques dont il est entouré. Plusieurs fatwas d'imams radicaux appelant à le décapiter ont en effet été édictées au fil des ans.

Observateurs et instituts de sondage ont noté ces derniers jours que le Parti pour la liberté PVV de Wilders avait chuté dans les intentions de vote, passant derrière le parti libéral de centre droit VVD de Mark Rutte, qui domine aujourd'hui la coalition gouvernementale formée avec le parti travailliste PVdA. Mais les fans de Wilders se disaient persuadés qu'il serait en tête. Le premier ministre Mark Rutte va maintenant devoir engager des négociations avec les autres partis, pour former un gouvernement.

source

Commenter cet article

zelectron 16/03/2017 15:22

A vociférer on ne gagne aucun cœur

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<