Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UN POLICIER ACCUSE DE BLANCHIMENT PAR LA BANQUE POSTALE (fou)

 

Les clowns de la Banque Postale se prennent maintenant pour des flics. Lisez bien le courrier que je vous résume ainsi: "Veuillez vous présenter à la Kommandatur Postale avec votre pièce d'identité pour un interrogatoire sur la manière dont vous blanchissez les fonds". Pas de chance, le suspect est aussi policier dans le civil, et il nous raconte son arrestation par la Banque Postale:

"En pièces-jointes ... le contenu des articles du code monétaire pour aider à la compréhension des lecteurs. Ces articles font référence aux risque de blanchiment et/ou au financement du terrorisme. Je vous lis sa déposition que les services de recherches de la Banque Postale m'ont transmis: 

"Je suis client de la banque postale depuis 1985 (CCP à l'époque!). Mon compte n'a jamais fait l'objet de découverts abyssaux ni d'incidents notoires. A une époque, j'ai même souscrit de nombreux produits financiers dans cet établissement. 

En mars 2015, je reçois en héritage un appartement. En juin le notaire fait verser sur mon compte le prix de la vente. A l'arrivée des fonds, la Banque Postale ne s'est pas manifestée pour demander l'origine de ces derniers. Pour qu'une partie de ce capital ne reste pas sur mon compte, à la merci d'une possible faillite, j'ai procédé à des retraits chaque semaine ( soit un total de 30.000 euros).

Pour concrétiser un achat immobilier (immeuble en construction), j'ai dû répondre en juin 2016 à un premier appel de fonds (environ 52.000 euros). L'argent a été directement prélevé sur mon compte. C'est à partir de cet instant que la Banque Postale a commencé à bouger.

On m'a demandé l'origine des fonds prélevés pour l'appel (cela faisait quand même un an que l'argent était sur mon compte, sans la moindre enquête !). J'ai fourni l'attestation de vente délivrée par le notaire.

Quand l'argent sort, ça les affole... En septembre 2016, 2e appel de fonds (30.000 euros). J'ai déposé cette somme en cash au guichet du bureau gérant mon compte pour qu'il puisse faire immédiatement le virement au bénéfice du promoteur immobilier. Mince ! l'argent ne reste pas !

 

J'ai reçu un mail peu de temps après, pour me demander de justifier de l'origine des fonds. J'ai précisé par retour de mail qu'ils provenaient toujours de la vente de l'appartement et que l'attestation figurait dans mon dossier. Et là je reçois (en AR s'il vous plait) la lettre type signée par ma "conseillère financière"! Comble de l'ironie, elle m'a téléphoné pour une banalité la veille de la réception et s'est bien gardée de m'en parler!

Je suis donc joignable contrairement aux allégations de ce courrier-type. En revanche, quand j'ai essayé de la rappeler pour en parler, je suis tombé sur une messagerie où on ne peut pas laisser de message: "bonjour, vous êtes sur ma messagerie, je suis absente, au revoir!".

C'est qui l'injoignable dans l'histoire ?

Le responsable du bureau m'a ensuite appelé un samedi midi pour me préciser que tous les mouvements de fonds (dépôts et retraits) jugés importants (voire suspects) devaient être justifiés. "C'est la loi " m'a t-il dit et de rajouter: "Je voulais entendre de vive voix votre version sur l'origine des fonds! J'avais bien vu au préalable l'attestation du notaire, je transmets à la direction !".

Je constate que ces gens ne font aucune preuve de discernement dans la gestion de leur clientèle. Ils devraient vérifier leur métier avant de leur adresser des courriers faisant référence à un risque de "blanchiment de fonds" ou de "financement du terrorisme", car dans mon cas (autre comble de l'ironie), je précise que je suis fonctionnaire de police.

Donc, vêtu de mon San Benito, j'attends le verdict de la sainte inquisition financière ! Vont-ils trouver un délit là où il n'y en a pas ? Vous avez pleinement raison Pierre de parler de dictature financière ! Il est en effet désormais fait interdiction aux Sans-Dents et aux classes moyennes d'avoir des liquidités! L'argent doit rester sur le compte, à la merci des faillites!

Rassurez-vous chers lecteurs de ce blog : cette façon de procéder ne s'applique pas (ou si peu) aux partis politiques, aux "élites" et à la plupart de la voyoucratie. Pour plagier Charles Perrault, la morale pourrait être : "Pourquoi ne puis-je pas retirer de mon compte l'argent? Pour que nous puissions, le moment venu, mieux te spolier mon enfant!".

Pour résumer, la Banque Postale embauche des "chargés de comptes" avec un QI qui ne doit pas dépasser celui d'un tapir. Il faut bien des gens sans cervelle et sans émotion pour empêcher les clients de disposer de leur argent. Et ça se trouve, notre policier est membre d'une brigade anti-terroriste : - )

Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©www.jovanovic.com 2008-2016

Tag(s) : #ACTUALITES, #VIE QUOTIDIENNE, #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article

Repost 0