Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un zèbre entre dans la jungle.....

  Alexandre Jardin a annoncé ce samedi matin sa décision de se présenter à la prochaine élection présidentielle.  ÉRIC GARAULT POUR L'EXPANSION

Alexandre Jardin a annoncé ce samedi matin sa décision de se présenter à la prochaine élection présidentielle. ÉRIC GARAULT POUR L'EXPANSION

L'écrivain et cinéaste, fondateur du mouvement citoyen Bleu blanc zèbre, a annoncé ce samedi matin sa décision de se présenter à la prochaine présidentielle. Il promet de "redonner du pouvoir aux gens".

Il se veut le porte-parole des citoyens révoltés contre le "système". L'écrivain et cinéaste Alexandre Jardin a fait connaître son intention ce samedi matin de se présenter à la prochaine élection présidentielle, sur Franceinfo.

Fondateur il y a trois ans du mouvement Bleu blanc zèbre, Alexandre Jardin a récemment renforcé son engagement politique par l'intermédiaire de La maison des citoyens, censée servir sa cause, basée sur une "révolte" citoyenne, qui servirait d'alternative à la tentation des extrêmes. "Les partis sont des machines à faire exister des candidats, et non pas à faire exister les gens", a-t-il notamment déclaré ce samedi matin. 

Selon lui, "les gens qui nous écoutent ne supportent plus ce cirque". "Ils ne supportent plus qu'on réduise le discours sur la politique aux discours entre les hommes politiques. Ce qui est important, c'est que les gens qui nous écoutent existent", a-t-il estimé. 

Depuis des mois, Alexandre Jardin se dit en colère. En juin dernier, il clamait dans L'Express son désir de changement, de bouleversement, pour mettre fin à une politique centralisée et centralisatrice et redonner aux territoires un pouvoir perdu. Il exposait sa colère de voir la France "être plongée dans une dépression sans fin et tentée par des malveillants qui giflent nos valeurs, celles que défend notre drapeau". 

"Une révolte de gens bienveillants"

Alexandre Jardin s'ajoute à la longue liste des prétendants à l'Elysée pour 2017, qui compte déjà plusieurs personnalités de la société civile. "Je serais très surpris que l'on n'ait pas" les 500 parrainages d'élus permettant de concourir au scrutin, assure-t-il. "Volontairement, je ne suis pas allé les chercher parce qu'il faut que cela soit une oeuvre commune", précise-t-il. "Il faut que l'on soit cohérent. Ce sont les citoyens qui doivent aller voir leurs maires pour obtenir ces parrainages. Sinon c'est une aventure personnelle". 

Lancée via Facebook le 8 septembre dernier, "la Maison des citoyens" vise à rassembler plus largement des personnes qui "font confiance à ceux qui agissent". Elle n'a pas de murs mais elle revendique le soutien de plus de 60 000 personnes et se décline localement. "C'est une révolte de gens bienveillants, porteurs de valeurs altruistes, qui veulent que le citoyen compte, qu'il soit replacé au coeur de la décision et que les 'Faizeux' aient des moyens sérieux pour réparer les grandes fractures du pays", a-t-il ajouté. "S'il n'y a pas de révolte positive, il y aura une révolte négative", déclare l'écrivain. "Tout le monde a à l'oeil le contexte, avec l'impressionnante montée des colères" qui peuvent se tourner vers le Front national. 

Né en avril 1965 à Neuilly-sur-Seine, Alexandre est le fils de l'écrivain et scénariste Pascal Jardin. Ancien élève de l'Ecole Alsacienne, diplômé de Sciences-Po, il écrit son premier roman "Bille en tête" pendant ses études. Il reçoit le Prix Femina en 1988 pour son roman "Le Zèbre". Il est aussi l'auteur de "Fanfan" qu'il a adapté pour le cinéma, en 1993, avec Sophie Marceau dans le rôle principal. Depuis une quinzaine d'années, Alexandre Jardin a créé plusieurs associations. Il est notamment l'un des initiateurs de "Lire et faire lire", association lancée en 1999.

source

Tag(s) : #ACTUALITES, #Présidentielles 2017

Partager cet article

Repost 0