Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


USA : Menace de Trump sur le droit à l'avortement

Publié par Brujitafr sur 15 Novembre 2016, 06:32am

Catégories : #USA, #ACTUALITES, #SANTE

Régulièrement remis en cause aux Etats-Unis, le droit à l'avortement apparaît plus que jamais menacé avec l'élection de Donald Trump.

Le nouveau président américain élu a de fait affirmé, lors d'une interview accordée à la chaîne CBS ce dimanche 13 novembre, vouloir revenir sur la loi ayant permis en 1973 de légaliser l'IVG partout dans le pays.

By Bryant Arnold

By Bryant Arnold

L’avortement est-il menacé aux Etats-Unis ?

La première interview accordée par Donald Trump, ce dimanche 13 novembre à la chaîne CBS, a confirmé cette crainte. "Je suis pro-life [anti-avortement] et les juges [prochainement nommés à la Cour suprême] seront pro-life", a en effet affirmé élu des Etats-Unis. Chaque Etat devrait cependant pouvoir choisir sa législation, a-t-il préciser, sans que ce soit plus rassurant.

Comment une remise en cause de l'IVG à l'échelle fédérale pourrait-elle se produire ? Via la Cour Suprême, plus haute juridiction américaine, dont les décisions dictent l’application de la loi : celle-ci pourrait être saisie par un citoyen et être amenée à casser l’arrêt "Roe vs Wade" de 1973 qui a légalisé l’avortement partout dans le pays. Pourquoi maintenant ? Parce que la majorité conservatrice de la puissante institution s’apprête de fait, sauf coup de théâtre, à être renforcée…

L’enjeu de la Cour Suprême

Donald Trump a effectivement non seulement la charge de nommer le remplaçant de l’ultra-conservateur Antonin Scalia, l’un des neuf juges de la Cour suprême nommés à vie et décédé en février dernier, mais il pourrait également avoir à trouver au cours de ses quatre ans de mandat les successeurs de deux juges progressistes aujourd'hui âgés de 78 à 83 ans.

Une composition qui pourrait radicalement modifier la teneur des décisions rendues jusqu’ici par la Cour, d’autant que le Parti républicain a conservé la majorité au Sénat, l’organe chargé de ratifier les nominations des nouveaux juges. Et ce, dans un contexte où le droit à l’avortement paraît de plus en plus remis en cause outre-Atlantique. Quelque 17 Etats ont d’ores et déjà passé des lois restreignant le droit à l’IVG en 2016, rappelle

Parmi ces derniers, le Texas s’est illustré en 2013 pour avoir voté une loi visant à restreindre implicitement le doit à l’avortement à travers la mise en place d’une série de mesures contraignantes, dont l’obligation pour les cliniques qui pratiquent l’IVG de disposer d’un "plateau chirurgical" semblable à ceux que l’on trouve en milieu hospitalier. Mesure qui avait alors conduit à la fermeture de nombreuses cliniques avant que ladite loi ne soit en juin 2016… par la Cour Suprême.

Promesse de campagne

Trois mois plus tôt, au mois de mars, le candidat républicain Donald Trump s’était quant à lui illustré sur le sujet à travers des propos polémiques, notamment lorsqu’il avait souhaité "punir" les femmes ayant recours à l’IVG. "Il doit y avoir une certaine forme de punition", avait-il ainsi asséné sur la chaîne MSNBC.

S’il était ensuite rapidement revenu sur ses propos - "seuls les médecins pratiquant l’avortement, et non les femmes, seraient légalement responsables" -, il a néanmoins choisi de garder la question ouverte. Assurant par exemple, face à Hillary Clinton lors de leur dernier débat télévisé, que la Cour suprême reviendrait "automatiquement" sur la loi de 1973, "puisqu’[il] mettra des juges 'pro-life'" à la Cour et que "ce sera ensuite aux Etats d’en décider"…

Une position que son vice-président, , évangélique notoire et grand opposant à l'avortement, ne manquera pas de lui rappeler, lui-même ayant tenté dans son Etat, l'Indiana, de contraindre l'IVG ou encore de couper les subventions du Planning familial...

Source

 

 

Commenter cet article

Torsade de Pointes 16/11/2016 22:04

Je suis incapable de vous répondre. Ce n’est sans doute pas au stade du merula (si c’est bien ainsi qu’on appelle l’une des formes les plus précoces de l’embryon), ni à huit mois et demi. C’est quelque part entre les deux. Il appartient au législateur de fixer le délai au-delà duquel avorter devient un délit. Des exceptions peuvent être prévues pour certaines situations (viol, avortement médical…), et il faut éviter toute rigidité excessive. Il reste que l’avortement est et demeure un grave problème ethique, parfois un casse-tête moral, que l’on ne peut pas liquider simplement par l’affirmation un peu courte que la mère aurait le droit de décider souverainement de ce qui se passe dans son ventre.

Merci à Torsade 18/11/2016 10:15

Merci Brujitafr pour votre réponse. Hélas si je crois que la peine de mort peut revenir, et évidemment pour des motifs injustes, pour pouvoir faire taire des voix qui devraient avoir le droit de parler. Mais à mon sens cela n'est pas étonnant, puisque la peine de mort est déjà appliquée sur des innocents par centaines de milliers, qui sont les plus faibles d'entre nous, n'ont absolument aucune voix pour se défendre, et auxquels on n'a retiré tout droit à la vie dans un consensus intellectuel national et international bien-pensant.

Brujitafr 17/11/2016 10:46

@Merci à Torsade = je reprends vos propos " N'a-t-on pas annuler la peine de mort pour éviter de tuer des innocents?"

peut être ne le savez vous pas mais Réintroduction de la peine de mort en Europe, devinez qui y aura droit http://www.brujitafr.fr/article-reintroduction-de-la-peine-de-mort-en-europe-devinez-qui-y-aura-droit-79955651.html ’Union européenne a décidé de réintroduire la peine de mort pour les insurgés.
Vous ne le croyez pas ?
Les médias ne vous l’ont pas appris ?
Alors asseyez-vous et attachez vos ceintures.

Merci à Torsade 17/11/2016 10:36

J'ajouterai que le droit à la vie de l'enfant à naître (donc déjà une personne au moins en devenir dès sa conception) doit aussi être pris en compte, et que le doute sur le moment où il devient une personne devrait agir en sa faveur. N'a-t-on pas annuler la peine de mort pour éviter de tuer des innocents? Un embryon n'est-il pas le premier innocent?

Merci à Torsade 17/11/2016 10:32

Je tiens à remercier Torsade de Pointes pour son intervention et sa réponse auxquelles je souscris.

Paul 15/11/2016 03:44

S'il revient sur l'avortement, c'est un mauvais point pour lui... Brutalement, c'est le droit d'une femme de disposer de son corps..au delà des religions.. ou de politiques démographiques d'un pays.

Mais...

Brujitafr 16/11/2016 02:46

"L'ingénierie génétique des bébés est une obligation morale", dit un professeur d'Oxford
http://www.brujitafr.fr/article-l-ingenierie-genetique-des-bebes-est-une-obligation-morale-dit-un-professeur-d-oxford-109177713.html

Brujitafr 16/11/2016 02:45

La communauté scientifique ne semble pas se poser la question :
L’avortement bientôt obligatoire ? TRAFIC de FOETUS = Vaccin + cosmétique et autre à base de foetus humains
http://www.brujitafr.fr/article-l-avortement-bientot-obligatoire-trafic-de-foetus-vaccin-cosmetique-et-autre-a-base-de-foetus-121251353.html

Brujitafr 16/11/2016 02:44

@Torsade de Pointes = selon vous à partir de quel moment l'embryon peut être considéré comme une personne à part entière ?

Torsade de Pointes 15/11/2016 20:07

Certes, une femme a le droit de disposer de son corps, mais uniquement du sien. L’enfant qu’elle porte dans son ventre ne fait pas partie de son corps, mais est le corps d’une autre personne, dont la femme ne saurait disposer à sa guise. Bien sûr, l’avortement doit être possible dans certaines conditions, strictement réglées par la loi. La décision ou l’autorisation d’avorter n’est pas du seul ressort de la femme ; l’enfant à naître appartient à la communauté, et c’est donc à cette dernière de statuer. Il s’agit ici de vie ou de mort d’un enfant, et des déclarations à l’emporte-pièce, telle que celle d’un intervenant précédent (« la femme a le droit de disposer de son corps »), tendent à banaliser la chose et me paraissent donc déplacées. L’avortement est une solution d’urgence, odieuse, à éviter dans toute la mesure du possible.

Brujitafr 15/11/2016 04:17

@Paul = La dénatalité est le fruit d’une ingénierie sociale
http://www.brujitafr.fr/2015/06/la-denatalite-est-le-fruit-d-une-ingenierie-sociale.html

Paul 15/11/2016 03:50

Peut-on penser singulièrement que l'avortement accepté de longue date dans nos contrées aient pu jouer un quelconque rôle dans le "grand remplacement" dont on parle tant aujourd'hui?

Brujitafr 15/11/2016 03:47

@Paul = mais ??

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<