Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Séisme 7.4  au Japon + l''avis de risque de tsunami a été levé : au moins six personnes blessées, des milliers d'habitants fuient la côte

Un tremblement de terre de magnitude 7,4 a frappé le nord-est du Japon, au large de Fukushima, provoquant un risque de ras-de-marée.

Au moins six personnes ont été blessées lors de la fuite de milliers de personnes vers des hauteurs après l'alerte au tsunami des autorités japonaises. Le fort séisme d’une magnitude de 7,4 sur l'échelle de Richter et la série de répliques ont eu lieu dans la préfecture de Fukushima, gravement touchée par le tsunami de 2011.

  • L'avis de risque de tsunami a été levé le 22 novembre à la mi-journée sur l'ensemble des zones concernées de la côte est du Japon, sept heures après un violent séisme qui avait provoqué un raz-de-marée ayant atteint un mètre près de Fukushima, a annoncé l'Agence nationale de météorologie.

    Une alerte au tsunami avait été lancée sur deux régions (Fukushima et Miyagi) et un avis de risque sur plusieurs autres après la secousse survenue à 06h00 locale. L'intégralité de ces avertissements sont désormais levés, mais l'agence prévient que des secousses secondaires de même ampleur (magnitude 7 environ) sont probables dans les sept jours à venir.

  • Tepco réactive finalement le fonctionnement du système de refroidissement du réservoir de combustible nucléaire du réacteur n°3 de la centrale n°2 de Fukushima.

  • TEPCO prévoit de reprendre le fonctionnement du système de refroidissement dans les heures à venir, selon NHK.

  • D'après des données citées par un journaliste australien, la température du réservoir de combustible nucléaire du réacteur de la centrale de Fukushima est pour l'instant très loin d'atteindre un niveau critique.

  • Selon le porte-parole du gouvernement japonais il n'y a aucun soucis par rapport à la centrale de Fukushima ni le niveau de radiation.

  • La deuxième vague a été observée au large de la préfecture de Ibaraki.

  • Selon la chaîne publique japonaise NHK, le dispositif de refroidissement du réservoir de combustible nucléaire du réacteur n°3 de la centrale n°2 de Fukushima s'est arrêté.

  • Une vague de 3 mètres est attendue sur les côtes de la préfecture de Fukushima, ont fait savoir un journaliste et un météorologue américain.

  • Aucune information sur des dégâts majeurs ou blessés n'avait été rapportée dans l'immédiat, hormis un début d'incendie dans une raffinerie, selon la chaine locale NHK.

  • Une vague 90 cm a été observée au port de Soma, dans la préfecture de Fukushima, ont rapporté les médias japonais.

D'après l'agence météorologique du Japon citée par l'AFP, le séisme de magnitude 7,3 qui s'est produit dans le nord-est de l'île de Honshu (l'île principale de l'archipel nippon), dans la matinée du mardi 22 novembre (heure japonaise), entraîne un risque de tsunami.

Le tremblement de terre a été vivement ressenti dans un large périmètre de l'île principale de Honshu, dont Tokyo, réveillant des millions d'habitants de la région qui avait déja été dévastée par un énorme tsunami en mars 2011.

Les opérateurs des centrales nucléaires ont déclaré observer les données dans leurs installations, dont les centrales Fukushima Faiichi, accidentée, et Fukushima Daini.

Ils ont fait savoir, selon la chaîne publique NHK, qu'aucune anomalie nouvelle n'avait pour l'heure été relevée. Toutes les centrales de la région sont arrêtées.

Une cellule de crise a été ouverte par le gouvernement pour donner des informations et consignes aux secours, aux localités et à leurs habitants.

Les Japonais sont encore plus sensibles aux risques depuis le tsunami de mars 2011, consécutif à un séisme de magnitude 9. Celui-ci avait tué quelque 18.000 personnes et provoqué une catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima, où les coeurs de trois réacteurs (sur six au total) étaient entrés en fusion, provoquant le déplacement de dizaines de milliers de personnes.

L'archipel nippon a connu en avril deux forts tremblements de terre dans la région de Kumamoto (sud-ouest), suivi de plus de 1.700 répliques, qui avaient fait une cinquantaine de morts et causé d'importants dommages.

source

Tag(s) : #ACTUALITES, #NATURE - ECOLOGIE

Partager cet article