Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

demain un algorithme va remplacer Pôle Emploi

puis les impôts, les banques........

Donc voilà. Microsoft a racheté LinkedIn. Un gros (Microsoft) qui avale un moyen qui avait lui-même (LinkedIn) avalé d’autres petits (Slideshare). Rien de nouveau. Toujours la même quête : l’extension du portefeuille de services.

Mais l’essentiel n’est peut-être pas là. Comme nombre d’observateurs avisés l’ont fait remarquer sur Twitter (Christophe Benavent et Antonio Casilli notamment), ce rachat s’inscrit dans la logique et les promesses du « Digital Labor ».

Making of
Ce billet a d'abord été publié sur l'excellent blog Affordance.info, tenu par le maître de conférences en sciences de l'information et de la communication Olivier Ertzscheid. Il nous a aimablement autorisés à le reproduire sur Rue89.

Ce sur quoi Microsoft a mis la main en y mettant le prix c’est le CV de plus de 400 millions de travailleurs (surtout des cadres), parmi lesquels un certain pourcentage (mais lequel ?) de chômeurs. Plus de 400 millions de CV mais aussi la totalité des contacts, recommandations, « réseaux professionnels » de ces 400 millions de personnes.

Le prix à payer ? 26,2 milliards de dollars (environ 23 milliards d’euros). Si on glose souvent sur la valeur de nos données personnelles, nous disposons ici d’une indication très claire : plus de 50 euros le compte LinkedIn individuel. Comme le dit Christophe Benavent : #NosCVOntDeLaValeur.

« Base de donnée relationnelle  »

Evidemment ce rachat fait sens à plusieurs niveaux pour Microsoft. Notamment par les liens qu’il permet d’établir entre la base des utilisateurs Windows et celle des CV LinkedIn, par les innombrables possibilités offertes d’interconnecter des services et des applications en lien avec l’emploi, la mobilité, la « recommandation professionnelle », etc.

La « valeur » de la base LinkedIn est liée à trois facteurs essentiels.

  • D’abord sa volumétrie : il s’agit du site rassemblant le plus d’informations sur le plus grand nombre de travailleurs sur la planète (400 millions d’utilisateurs).
     
  • Ensuite son positionnement : c’est le site leader sur le secteur de l’employabilité et de la mobilité professionnelle.
     
  • Enfin sa dimension « relationnelle », au sens premier et informatique de ce que l’on appelle une « base de donnée relationnelle », c’est à dire la capacité d’offrir différents niveaux de navigation, de croisement et d’analyse parmi l’ensemble des données structurées présentes dans la base.

Vers l’algorithme du plein emploi ?

Ce constat établi, en quoi ce rachat marque-t-il peut-être un tournant majeur dans le domaine de l’algorithmie régalienne ?

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de Paul Duan, français de 23 ans et « génie français des algorithmes ». Paul Duan s’est récemment associé à Pôle emploi et promet, à grands coups d’algorithmes et via l’accès à la base anonymisée des chômeurs français, d’être capable de réduire d’au moins 10% le taux de chômage.

Un panneau Pôle emploi, le 28 juillet 2015 à Paris
Un panneau Pôle emploi, le 28 juillet 2015 à Paris - Alexis DUCLOS/SIPA

Vous vous souvenez peut-être également qu’à plusieurs reprises sur ce blog, j’ai insisté sur l’extension du contrôle algorithmique à des domaines régaliens comme la santé, l’éducation, les transports, mais aussi... le marché du travail :

« Je dis souvent à mes étudiants qu’ils seront la génération qui verra la naissance de l’algorithme du chômage, ou plus exactement de l’algorithme du plein emploi. Et que ce ne sera pas nécessairement une bonne nouvelle. Il n’y a, à mon avis, toujours aucune raison qui empêche en effet d’imaginer que, dès demain, ce seront Google, Facebook, Amazon, LinkedIn, DoYouBuzz ou une autre société encore inconnue, qui déploieront un algorithme capable de vérifier nos compétences, nos habiletés et nos centres d’intérêt, de nous suggérer, dans un premier temps, d’accepter telle ou telle tâche rémunérée, avant de finir par décider pour nous de celle pour laquelle nous serons à la fois les plus efficaces et les plus rentables... et de nous y affecter. » (Septembre 2015, in « 20 ans d’internet à Nantes. Et ailleurs aussi ».)

« Les moteurs de recherche et les réseaux sociaux investiront un certain nombre de tâches “régaliennes”. La gestion du chômage par le biais d’une algorithmie d’affectation qui analysera en temps réel l’offre et la demande, et croisera l’ensemble avec nos parcours, nos situations et nos profils “professionnels” déjà en ligne, déjà indexés, déjà pré-affectés. » (Février 2014, in « Outerweb et infranet : rendez-vous en 2063 ».)

Gérer en temps réel votre carrière

A l’évidence, les algorithmes sont amenés à jouer très rapidement un rôle absolument crucial sur le marché du travail. A l’évidence il existe un certain nombre de problèmes (de formation, d’affectation, de suivi de carrière, de disponibilité) qu’un algorithme dans toute sa candeur statistique et sa robustesse mathématique est capable de traiter plus rapidement et plus efficacement que des opérateurs humains.

Donc oui demain des algorithmes joueront le rôle de conseillers Pôle emploi. D’autant que ce rachat de LinkedIn par Microsoft va nécessairement, et presque mécaniquement, entraîner une réaction des autres Gafam, notamment de Google. Et d’autant que les données LinkedIn serviront, notamment, à améliorer les technos et applications « d’intelligence artificielle » (Deep Learning) de Microsoft.

On peut donc aisément imaginer dans un futur proche des scénarios assez triviaux où le dialogue avec cette « IA » s’enrichira d’un nouvel horizon dialogique qui lui permettra de vous signaler différents événements professionnels et de vous faire toute une série de propositions de mutation, de nouveaux contacts, etc., mais également des scénarios plus « élaborés » dans lesquels ce même assistant intelligent piloté par une IA gèrera en temps-réel la totalité de votre « carrière ».

« Armes de destruction matheuses »

Cependant attention, comme cela est magistralement rappelé par Cathy O’Neil, les algorithmes, le Big Data, sont aussi des « Weapons of Math Destruction », des « armes de destruction matheuses ». Ces algorithmes peuvent être biaisés, plus contraignants que le plus contraignant des contremaîtres, plus iniques et injustes que la plus inique et injuste des négociations patronales.

Et ces algorithmes n’ont, pour l’instant du moins, presque aucun compte à rendre à la puissance publique. D’où l’intérêt, pour prétendre à une réelle république algorithmique, d’en nationaliser rapidement certains.

Le lundi 13 Juin 2016 restera comme une date importante dans l’avènement plus que probable d’un contrôle algorithmique du marché du travail. Un glissement aussi prometteur que dangereux, et que la puissance publique (et les syndicats et ministères concernés) feraient bien de surveiller attentivement s’ils ne veulent pas se réveiller demain, avec la même gueule de bois que les bibliothécaires, éditeurs et libraires découvrant il y a 15 ans le lancement de Google Books.

L’un d’entre eux avait à l’époque commis un ouvrage au titre évocateur : « Quand Google défie l’Europe ». Avec le résultat que l’on sait. Et quand Microsoft défie le marché du travail européen voire mondial... on fait quoi ?

 

Cerise sur la gâteau, en complément des avantages que confère de facto cette acquisition à Microsoft, elle est également le cheval de Troie idéal lui permettant d’établir un pont avec les politiques publiques (ou privées) de formation : la plupart des néo-inscrits sur LinkedIn le sont dès leurs études universitaires.

Je vous laisse alors imaginer ce monde dans lequel, en plus des accords passés avec Cisco (et avec Microsoft) par le ministère de l’éducation nationale, le même Microsoft (et ses partenaires privés) auront alors la capacité de réguler les choix d’étude et de formation professionnelle de la plupart des futurs travailleurs.

Quand les IA liront « Le Capital »

Le capitalisme contemporain est une hydre complexe. Dans sa dimension aussi bien macro-économique que linguistique (Kaplan) ou cognitive, ce capitalisme contemporain s’étend du High-Frequency Trading (régulant les transactions financières à l’échelle de la planète) jusqu’aux technologies qui, demain, contrôleront l’ensemble des processus de formation et d’affectation à l’emploi.

Ce capitalisme contemporain dispose dès aujourd’hui de puissants leviers dans la fabrique de l’opinion. Il fonde de nouvelles stratégies de spéculation autour de rentes cognitives qu’il contrôle par l’entremise de ces systèmes de remise à la tâche que sont les « notifications ». Les oligopoles qui se forment aujourd’hui sont avant tout des oligopoles du code.

L’analyse de ce capitalisme là ne peut pas rester l’apanage de quelques universitaires ou syndicats gauchistes, il nécessite dès maintenant des modes de régulation et de contrôle reposant sur des conduites algorithmiques consenties, ouvertes, open-source, lisibles et auditables à tout moment par la puissance publique. En un mot, un peu d’éthique. Probablement est-ce déjà trop demander. Probablement est-ce déjà en partie trop tard. Mais il est plus que probable que l’essentiel soit là.

Buisson de l'éthique poussant dans le désert des politiques publiques masquées par la forêt de la FrenchTech et autres technos-enthousiasmes béats (Allégorie subtile)
Buisson de l’éthique poussant dans le désert des politiques publiques masquées par la forêt de la FrenchTech et autres technos-enthousiasmes béats (Allégorie subtile) - Michel Mazeau/WikimediaCommons/CC

Post-scriptum : comme à chaque fois que je me lance dans ce qui apparaîtra à certains comme une énième diatribe gauchiste, je rappelle que nous disposons de solutions concrètes, réalisables et peu coûteuses pour renverser cette logique. Je ne vous remets pas les liens vers l’ensemble des articles dans lesquels j’évoque ces solutions, dont celle d’un index indépendant du Web, mais vous invite à vous y reporter si nécessaire.

SOURCE

Tag(s) : #ACTUALITES, #ECONOMIE - FINANCE, #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article