Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La centrale nucléaire de Tricasting où trois réacteurs sont arrêtés. EDF a fait savoir jeudi qu'il reportait le redémarrage de cinq de ses réacteurs nucléaires jusqu'à la fin de l'année, ce qui a porté les prix de référence pour 2017 à de nouveaux plus hauts sur les marchés français et allemand de l'électricité. /Photo d'archives/REUTERS/Michel Euler Tous droits réservés

La centrale nucléaire de Tricasting où trois réacteurs sont arrêtés. EDF a fait savoir jeudi qu'il reportait le redémarrage de cinq de ses réacteurs nucléaires jusqu'à la fin de l'année, ce qui a porté les prix de référence pour 2017 à de nouveaux plus hauts sur les marchés français et allemand de l'électricité. /Photo d'archives/REUTERS/Michel Euler Tous droits réservés

EDF  a fait savoir jeudi qu'il reportait le redémarrage de cinq de ses réacteurs nucléaires jusqu'à la fin de l'année, ce qui a porté les prix de référence pour 2017 à de nouveaux plus hauts sur les marchés français et allemand de l'électricité.

Une porte-parole du groupe n'était pas en mesure de donner une explication à ces reports dans l'immédiat.

Selon des données précédentes, la remise en production des réacteurs Bugey 4 et Gravelines 2 aurait dû intervenir le 30 novembre. La reprise du réacteur Tricastin 4 était prévue le 19 décembre et celle de Tricastin 1 et 3 était programmée pour le 23 décembre.

Le prix de référence pour 2017 sur le marché français de l'électricité a grimpé à un nouveau plus haut de 49 euros par mégawatt/heure (MWh) peu après la nouvelle. Son équivalent allemand a touché 35,75 euros/MWh, un prix qu'il n'avait plus atteint depuis le 18 février 2014.

Les prix sur les marchés européens de l'électricité ont atteints ces dernières semaines des niveaux inégalés depuis plusieurs années de crainte qu'EDF ne puisse assurer un approvisionnement suffisant cet hiver du fait des contrôles sur une douzaine de ses réacteurs demandés par l'Autorité de sûreté nucléaire.

La France, exportatrice d'électricité, a des connexions avec la Grande-Bretagne, la Belgique, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et la Suisse.

"Si les interruptions au sein du parc nucléaire français sont prolongées, cela va sans doute soulever davantage d'inquiétudes concernant la fragilité du système français durant le pic hivernal à moyen terme", commentent les analystes de Jefferies dans une note.

"Il pourrait en résulter l'inscription dans les prix d'une prime de rareté durant les mois d'hiver sur les marchés européens interconnectés, ce qui ferait monter les prix de l'électricité à moyen terme", ajoutent-ils.

Actuellement, 19.300 mégawatts (MW), soit 30,51% de la capacité de production d'électricité nucléaire de la France, sont indisponibles selon des estimations de Reuters, sur la base des données fournies par EDF et sa filiale RTE, gestionnaire du réseau français de transport d'électricité.

EDF dispose de 58 réacteurs nucléaire en France, représentant une capacité de production de 63.260 MW.

(Bate Felix et Sybille de la Hamaide, Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Tag(s) : #ACTUALITES, #VIE QUOTIDIENNE

Partager cet article