Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wikileaks: Hillary avoue avoir un discours pour le public et un autre pour Wall Street

Wikileaks a enfin commencé a publié sur son site les emails liés à Hillary Clinton (il était temps). Il s'agit pour commencer de 2060 emails provenant de John Podesta, ancien conseiller d'Obama et actuel chef de campagne de Clinton.

Pour le moment, très peu de médias français en ont parlé et le peu qui ont daigné couvrir l'information l'ont complètement dénaturé. Voilà un exemple typique de comment la presse minimise et couvre les informations compromettantes. Le Monde survole le sujet sans jamais évoquer quoique ce soit sur le fond:

"Le site « WikiLeaks » a publié vendredi 7 octobre 2 060 courriers électroniques attribués à l’actuel président de l’équipe de campagne de Hillary Clinton, John Podesta. Selon « WikiLeaks », ces courriers contiennent notamment des éléments des discours rémunérés prononcés par Hillary Clinton en 2013 et 2014 devant des banques d’affaires dont Goldman Sachs. La démocrate y livre des plaidoyers pour une approche pragmatique de la politique qui correspond à son caractère mais qui lui vaut la méfiance de l’aile gauche du Parti démocrate."

Quand à Les Echos, ils creusent un peu plus mais l'information reste très sélective:

"...WikiLeaks a publié vendredi une nouvelle salve d'emails dans lesquels apparaissent des passages des discours prononcés par Hillary Clinton dans les banques de Wall Street - celle-ci a toujours refusé d'en publier le verbatim. Selon les extraits repris par la presse américaine, elle y apparaît très à l'aise avec les grands établissements financiers, plaidant sans complexe pour le libre échange et l'équilibre des finances publiques, allant même jusqu'à reconnaître que la fortune croissante de sa famille avait pu la « tenir à distance » des préoccupations de la classe moyenne.

« Il y a de tels biais contre les gens qui ont réussi ou qui ont eu des vies compliquées », affirme-t-elle. Des propos qui tranchent avec l'image qu'elle essaie de donner d'elle-même dans ses meetings. Dans un autre discours, elle pointe la « simplification excessive » qui a consisté à attribuer la responsabilité de la crise de 2008 au système bancaire américain. « C'est la croyance collective, explique-t-elle. Je pense qu'on aurait pu essayer de comprendre mieux ce qui s'est passé, et de moins politiser les choses ».

En gros, circulez y a rien à voir...et pourtant si. Dans cet email de Tony Carrk, directeur de recherche pour la campagne d'Hillary, on trouve une information intéressante qui a été adressé à John Podesta. On y lit qu'Hillary Clinton souhaite avoir pour chaque sujet une version brute de décoffrage pour ses financeurs de Wall Street et une version édulcorée (pour ne pas dire totalement à l'opposée) pour le public.

C'est la raison pour laquelle la plupart sinon toutes ses interventions auprès de la Haute Finance étaient interdites aux médias. Goldman Sachs, Bank of America, Merrill Lynch, Barclays Capital, Fidelity, TD Ameritrade, the Carlyle Group, TD Bank Financial Group, UBS Wealth Management, Wells Fargo, Deloitte & Touche ...la liste est longue et certains discours lui rapportent plus de 200 000 dollars.

Wikileaks: Hillary avoue avoir un discours pour le public et un autre pour Wall Street

Clinton: "La politique, c'est comme lorsque l'on fait de la saucisse. C'est répugnant et cela a toujours de cette manière. Mais nous arrivons généralement à nos fins. Mais si le tout le monde assiste, vous savez, aux discussions et tractations secrètes, vous savez, les gens deviennent pour le moins un peu nerveux. Donc, nous avons besoin d'une position publique et d'une position privée."

En gros, Clinton nous dit que pour arriver à ses fins en politique, il faut avoir en permanence un discours totalement différent en public et en privé. Mentir à longueur de temps pour amadouer et ne pas choquer les électeurs tout en planifiant ses réels objectifs derrière les coulisses. Vous me direz que ce n'est pas un scoop mais cette fois...c'est elle-même qui l'affirme.

Publié par Fawkes News

Tag(s) : #ACTUALITES, #USA, #POLITIQUE

Partager cet article