Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

U.S. President Barack Obama arrives aboard the Marine One helicopter to depart O'Hare International Airport in Chicago, Illinois, U.S. October 9, 2016. REUTERS/Jonathan Ernst - RTSRI2S

U.S. President Barack Obama arrives aboard the Marine One helicopter to depart O'Hare International Airport in Chicago, Illinois, U.S. October 9, 2016. REUTERS/Jonathan Ernst - RTSRI2S

* Je ne crois pas que le président des États-Unis puisse décider, avec son seul Conseil de sécurité, de bombarder des cibles du gouvernement syrien puisque cette décision aura des implications majeures pour les pays de l'Otan et pour toute la région du Moyen-Orient. Si Obama donne le feu vert, c'est que plusieurs autres dirigeants auront eux aussi donné leur accord.
 
Certains hauts fonctionnaires soutiennent que les États-Unis doivent agir avec plus de force en Syrie ou risquer de perdre de l'influence, ont-ils dit à Reuters.
 
Un ensemble d'options [j'en compte deux en fait] inclut une action militaire américaine telle que des frappes aériennes sur les bases militaires syriennes, les dépôts de munitions ou bases de radar et bases anti-aériennes, a déclaré un responsable qui a parlé sous couvert d'anonymat pour discuter des délibérations internes. Ce fonctionnaire a déclaré que le danger d'une telle action est que les forces russes et syriennes se soulèvent pour une confrontation directe.
 
Les responsables américains ont dit qu'ils estiment qu'il est peu probable qu'Obama ordonne des frappes aériennes contre des cibles gouvernementales syriennes et ils ont souligné qu'il ne peut pas prendre des décisions lors de la réunion prévue de son Conseil national de sécurité.
 
Une alternative, disent des responsables américains, permettrait à des alliés de fournir à des rebelles sélectionnés des armes plus sophistiquées, mais pas des lance-missiles anti-aériens d'épaule que Washington craint parce qu'ils pourraient être utilisés contre des avions de ligne occidentaux.
 
La Maison Blanche a refusé de commenter.
 
La réunion prévue vendredi est la dernière d'une longue série de débats internes et le but ultime de toute nouvelle action est de soit renforcer les rebelles modérés ou l'offensive militaire.
 
Source:
http://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-options-exclusiv-idUSKCN12D2B2
 
Tag(s) : #USA, #CONFLICTS DANS LE MONDE, #3 ème guerre mondiale

Partager cet article