Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Intéressant : Comment l’Amérique d’Obama ment sur la menace djihadiste

A lire attentivement, cette analyse d’un spécialiste du Moyen-Orient que l’on ne peut pas soupçonner de complotisme.

Jean-Pierre Filiu est professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po (Paris). Il a aussi été professeur invité dans les universités de Columbia (New York) et de Georgetown (Washington). Ses travaux sur le monde arabo-musulman ont été diffusés dans une douzaine de langues.

Comment l’Amérique d’Obama ment sur la menace jihadiste

Barack Obama persiste à falsifier la réalité des faits au Moyen-Orient avec la même impudeur que son prédécesseur l’avait fait pour justifier en 2003 la désastreuse invasion de l’Irak. Le président américain intoxique le monde entier sur l’état effectif de la menace jihadiste afin de justifier une politique pourtant défaillante. La commission du renseignement de la Chambre des représentants vient de dénoncer une intoxication systématique au cours des deux dernières années.

La campagne présidentielle aux Etats-Unis est pourtant bien pauvre sur le sujet, entre les outrances de Donald Trump, qui accuse Obama d’avoir contribué à la fondation de Daech, et la défausse de l’actuel président, qui se dit confiant dans les chances d’Hillary Clinton de venir enfin à bout de Daech. Il n’est donc pas inutile de souligner les mensonges de l’administration Obama sur l’état de la menace jihadiste.

MENSONGES SUR LES PERTES

Le général américain Sean Mac Farland, qui dirige les opérations de la coalition anti-occidentale anti-Daech, vient d’affirmer que 45.000 combattants jihadistes auraient été tués depuis le début des bombardements de la dite coalition, en août 2014, dont 25.000 depuis septembre 2015. On s’étonnera qu’il y ait encore des combattants de Daech en Syrie et en Irak, puisque les Etats-Unis prétendent en avoir éliminé avec leurs alliés un nombre supérieur à celui de leurs estimations antérieures les plus élevées.

Rappelons comment les autorités américaines en sont arrivées à proférer un aussi énorme mensonge. En juin 2015, le numéro deux de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, déclare à Paris qu’au moins dix mille combattants de Daech, le bien mal nommé « Etat islamique », ont été tués par la coalition menée par les Etats-Unis en neuf mois. Une telle affirmation suscite des haut-le-cœur chez les experts militaires, qui estiment alors à un millier, et au maximum à mille cinq cent, le nombre de jihadistes tués. Qu’à cela ne tienne, le chiffre de vingt mille jihadistes tués est avancé par Washington dès la fin de l’été 2015, soit un doublement en deux mois du bilan avancé par Blinken!

Le caractère farfelu de telles « informations » apparaît encore plus crûment dans la « fourchette » donnée par Mac Farland pour le nombre de combattants actuels de Daech en Syrie et en Irak : entre 15 et 30.000, on appréciera le flou du commandant en chef de la coalition. Le Pentagone comptabilise plus de 14.000 frappes de la coalition, dont les deux tiers en Irak, ce qui donnerait une moyenne invraisemblable de trois jihadistes tués par bombardement. L’ONG Airwars avance pour sa part un bilan d’au moins 1580 civils tués dans ces bombardements.

MENSONGES SUR LES PRIORITES

Obama a engagé ses forces armées en Irak en août 2014, avant d’étendre ses opérations à la Syrie le mois suivant. La coalition elle-même est composée de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Australie, des Pays-Bas, du Canada, ainsi que de la Belgique et du Danemark (qui n’agissent qu’en Irak), de la Jordanie, de la Turquie, de l’Arabie, du Bahreïn et des Emirats, dont la participation, limitée à la Syrie, est plus symbolique qu’effective.

C’est en Irak que se porte l’effort principal des Etats-Unis contre Daech, avec, à la tête du contingent américain d’officiellement 3830 militaires, le général Gary Volesky, qui en est à sa cinquième mission dans le pays. Cette focalisation sur le théâtre irakien a eu des effets dévastateurs sur la lutte contre Daech en Syrie. J’avais ainsi rapporté comment une unité syrienne, pourtant formée et armée par les Etats-Unis, avait été privée au début de cet été d’un soutien aérien crucial du fait du transfert des aéronefs concernés vers l’Irak et Fallouja.

On peut par ailleurs s’interroger sur l’efficacité de cette stratégie « D’abord l’Irak » (Iraq first). Le tableau ci-dessous diffusé par le Pentagone fait état de plus de cinq cents tanks et véhicules blindés de Daech détruits au 31 mai 2016 par la coalition. Or les partisans de Baghdadi avaient saisi plus de 2300 blindés divers dans la seule ville de Mossoul en juin 2014, selon le Premier ministre irakien lui-même. L’arsenal jihadiste n’a donc été que très relativement affaibli dans la perspective des batailles futures.

Intéressant : Comment l’Amérique d’Obama ment sur la menace djihadiste

Enfin, accorder la priorité à l’Irak sur la Syrie est ne rien comprendre à la dynamique de recrutement international de Daech, dont la Syrie, et non l’Irak, est le moteur. Alors même que le monde entier se dit mobilisé contre Daech, les « montées au jihad » se poursuivent depuis les cinq continents à destination de la Syrie. Le couloir qui mène les combattants jihadistes de la frontière turque à Raqqa aurait dû être la cible prioritaire de la coalition. Au contraire, elle a laissé les révolutionnaires locaux, arabes et sunnites, sans soutien extérieur face à une offensive de Daech pour consolider ce corridor stratégique (en rouge foncé sur la carte ci-dessous du Pentagone).

Intéressant : Comment l’Amérique d’Obama ment sur la menace djihadiste

MENSONGES SUR LES ALLIANCES

Ces mensonges sur les priorités correspondent à des mensonges sur les alliances. Les forces spéciales américaines ont fait depuis longtemps en Syrie le choix d’une collaboration avec la branche locale du PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan, pourtant en guerre ouverte avec le pouvoir turc depuis plus d’un an. La guérilla kurde a constitué le noyau dur et la hiérarchie opérationnelle des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui se sont étoffées de milices supplétives arabes.

La récente prise de Manbij par les FDS représente un incontestable succès contre Daech. Mais la population, arabe et sunnite, malgré son soulagement, s’inquiète des visées à long terme sur la ville de ceux qu’elle appelle « les Kurdes ». Elle les accuse déjà d’avoir fourni des coordonnées GPS erronées aux bombardiers américains, ce qui expliquerait le niveau effarant des pertes infligées dans la population civile. On rappellera que la victoire kurde de Tall Abyad, prise à Daech au début de l’été 2015, s’était accompagnée d’une véritable «purification ethnique» à l’encontre des populations non-kurdes.

Enfin, Washington continue à coordonner en Syrie ses frappes avec la Russie et a sans doute été prévenue à l’avance des récents bombardements russes menés à partir du territoire iranien. Un accord plus formel entre Washington et Moscou est toujours sur la table. Un humanitaire britannique, actif sur le terrain à Alep, met en garde contre le caractère « diabolique » d’éventuelles frappes conjointes des Etats-Unis et de la Russie contre le nord de la Syrie. Washington vient d’ailleurs de donner des gages à Moscou en contraignant les forces anti-Assad à suspendre leur offensive contre Sheikh Miskeen, dans la province méridionale de Deraa.

Le futur locataire de la Maison blanche héritera d’une situation calamiteuse face à Daech. Il ou elle sera contraint, avant de pouvoir concevoir et mettre en œuvre une politique anti-jihadiste digne de ce nom, de démêler le vrai du faux dans l’accumulation de mensonges d’Etat cautionnés par Obama. La tâche s’annonce rude.

http://filiu.blog.lemonde.fr/2016/08/19/comment-lamerique-dobama-ment-sur-la-menace-jihadiste/

Merci à Jean-Michel

via les Brindherbes engagés

Tag(s) : #ACTUALITES, #USA

Partager cet article