Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Brexit exacerbe la panique de certains européistes qui récupèrent déjà cet incident tragique pour leur petit propagande pro-UE. C’est le cas notamment de François Bayrou (il sert à quoi lui au fait?) après ses propos sur Twitter: « La jeune députée Jo Cox tuée parce qu’elle défendait l’Europe. Son assassin criait « Britain first ! ». Le fanatisme nationaliste mène au pire« . Récupération assez minable… Tout autant que celle de Manuel Valls qui ose prétendre que c’est « notre idéal démocratique a été visé ». Au vu de ses utilisations du 49.3, il est mal placé pour parler de démocratie…

Cela ne change rien au fait que cet événement est tragique, et qu’une jeune élue est décédée. Mais comme nous allons le voir dans la suite de l’article, il y a déjà eu un précédent dans le domaine, étrange comme parfois l’histoire se répète…

Grande-Bretagne : le meurtre de Jo Cox provoque la suspension de la campagne sur le Brexit, mais le plus grave n’est peut-être pas là…

A quelques jours du référendum, partisans et opposants au Brexit ont décidé de suspendre la campagne après l’assassinat de la députée travailliste pro-UE poignardée et abattue le 16 juin à Bristall dans le Nord de l’Angleterre.

«Profonde tristesse pour Jo Cox et le peuple britannique. A travers elle, notre idéal démocratique a été visé. Ne jamais l’accepter !», a twitté le Premier ministre conservateur David Cameron après l’assassinat de Jo Cox, députée travailliste, partisane du maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne (UE).

Le patron des travaillistes, Jeremy Corbyn a déploré la perte d’une femme et d’une parlementaire merveilleuse, soulignant qu’elle était décédée dans l’exercice de ses obligation publiques qui sont au cœur de la démocratie, «écoutant et représentant les personnes qui l’avaient élue pour les représenter».

Au soir de ce crime atroce qui s’est produit dans un contexte extrêmement tendu – un sondage du 16 juin publié par le Financial Times montre que les partisans du Brexit sont légèrement en tête avec 48% des intentions de vote contre 43% aux partisans du statu quo – c’est toute la classe politique britannique qui est sous le choc.

A quelques jours du référendum qui aura lieu le 23 juin, les deux camps ont ainsi décidé de suspendre la campagne pour une durée de 24 heures.

Source et suite sur: Russia Today

Mais il y a un rappel intéressant à faire, car il ne s’agit pas d’un cas isolé, il y a déjà eu un précédent…

Si l’on regarde bien, les intentions de vote penchaient vers le « oui », 53% pour que le Royaume-Uni quitte l’UE! Ce qui aurait été un camouflet inacceptable pour l’Union Européenne, et qui aurait incité d’autres pays à réclamer une telle sortie, dont la France puisque de plus en plus de français souhaiteraient un référendum dans ce sens.

Et quelques jours avant le fameux référendum, voilà qu’un drame se produit, une élue pro-UE et anti-Brexit se fait tuer par un « fanatique nationaliste ». Je suis tenté de dire que ce triste événement risque d’être récupéré par certains des politiciens pour tenter d’orienter les votes, et de changer celui-ci pour quelques citoyens… Serait-ce réellement impossible?

Et cela n’est pas la première fois qu’un tel assassinat se produit, il y a déjà eu un précédent, sûrement une coïncidence… C’est l’assassinat d’Anna Lindh en 2003.

Petit rappel des faits, en 1995, la Suède rejoint l’UE et son traité d’adhésion est approuvé par référendum (52 % des Suédois en faveur du traité). Selon ce traité, la Suède est obligée d’adopter l’euro une fois qu’elle aura rempli les critères de convergence. Le référendum pour l’adoption de l’euro comme monnaie s’est déroulé en le 14 Septembre 2003, et les suédois étaient réfractaires à l’abandon de la monnaie nationale, la « couronne suédoise ». Les prévisions se sont confirmées, 56,1 % de la population suédoise se déclara contre l’adoption de l’euro. Par conséquent, la Suède a décidé en 2003 de ne pas rejoindre la zone euro pour le moment. Si le « oui » avait été majoritaire, la Suède aurait adopté l’euro le 1er janvier 2006.

Quatre jours avant le référendum, Anna Lindh, reconnue comme étant l’une des plus grandes partisane de l’adhésion du pays à l’Euro, s’est faite assassinée, tuée de plusieurs coups de couteaux le 10 Septembre 2003.

À croire que les référendums excitent la passion de certains… Pour la Suède, cela n’a pas réellement influencé les votes, en espérant qu’il en sera de même avec le Brexit, afin que nous aussi puissions exiger un Franxit !

source

Tag(s) : #ACTUALITES, #EUROPE

Partager cet article