Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EN DIRECT - La presse britannique annonce la victoire du "Leave" = Les Bourses européennes ouvriront en forte baisse

Suivez en direct les résultats du référendum britannique. Les premiers résultats placent en tête les votes en faveur du Brexit, entraînant la chute de la livre et des places boursières.

à 06:32

Alors que le Nikkei s'effondrait de plus de 8% alors que la victoire du Brexit se dessine, le ministre japonais des Finances a annoncé que les cotations étaient suspendues.

à 06:32

Discours de victoire de Nigel Farage

C'est peu après 5 heures du matin (heure française) que Nigel Farage a prononcé son bref discours de victoire. L'air exténué, mais soulagé, délivré par le résultat, il a repris la posture de tribun qu'il avait abandonné en début de soirée, en croyant voir venir la défaite.



"C'est une victoire des vrais gens, des gens modestes, des honnêtes gens", a-t-il débuté. "Nous nous sommes battus contre les multinationales, contre les grands partis", a-t-il rappelé.

"Nous l'avons fait, nous l'avons fait sans combat, sans avoir eu à tirer une seule balle, nous l'avons fait par un travail de terrain acharné", a-t-il poursuivi. Une saillie douteuse, une semaine après le meurtre de Jo Cox.

"J'espère que cette victoire achève ce projet (européen, ndlr) en faillite, nous conduise vers une Europe faite d'Etats-nations souverains, faisant du commerce ensemble, ayant des relations amicales ensemble, coopérant ensemble, et rejette le drapeau, l'hymne, Bruxelles, et tout ce qui est devenu mauvais", a-t-il martelé.

Sous les applaudissements, Nigel Farage a conclut en s'exclamant: "faisons que ce 23 juin reste dans notre histoire comme notre jour d'indépendance !"

En prenant la parole le premier, le député européen a devancé les leaders conservateurs Boris Johnson et Michael Gove, qui revendiquaient de représenter eux aussi le camp pro-Brexit. Désormais, c'est Nigel Farage qui incarne la victoire.

à 06:27

Andrea Leadsom, ministre déléguée à l’énergie, qui a mené la campagne pour le Brexit, a appelé au calme. «C’est une opportunité fantastique pour le Royaume-Uni», a-t-elle réagi sur la BBC. «Le monde n’est pas en train de s’effondrer. Les marchés vont bien sûr réagir à l’incertitude, mais nous devons prendre des mesures calmes pour les calmer et reprendre le contrôle.» L’élue conservatrice eurosceptique évoque une «présomption de continuité des accords commerciaux avec l’Union européenne». Il est parfaitement possible de conserver un accord bilatéral avec l’Union européenne.»

à 06:24

Face à la victoire inéluctable du Brexit, les marchés financiers paniquent. Le Dax allemand devrait chuter de 6 à 7% et le CAC 40 ouvrira probablement en baisse de 7%, selon de premières estimations.

à 06:22

Alors qu'un Brexit se dessine de plus en plus clairement, le leader en Irlande du Nord du parti républicain irlandais Sinn Fein, Martin McGuinness, estime que le vote des Britanniques relance le dossier pour une référendum appelant à une Irlande réunifiée. Les craintes qu'exprimaient de nombreux nord-irlandais semblent se confirmer. Lisez notre article sur la question en cliquant ici.

à 06:22

Des voix ont commencé à s’élever pour mettre en question la place de David Cameron à Downing Street, selon notre correspondant à Londres, Florentin Collomp. «Si Cameron perd, je ne vois pas comment il peut survivre comme premier ministre», a affirmé sur la BBC l’ancien chef du gouvernement nationaliste écossais Alex Salmond. «Ce serait un canard boiteux sans aucune stabilité», a-t-il ajouté.

L’ancien ministre libéral démocrate Vince Cable affirme que «son autorité est complètement anéantie». Proche de Jeremy Corbyn, le travailliste John McDonnell juge qu’il va «devoir réfléchir à son maintien» à Downing Street.

Quel retournement de situation en une nuit pour le premier ministre, qui enregistrait avant minuit le soutient de plus de 80 députés torys eurosceptiques, pensant avoir perdu leur combat. David Cameron a répété inlassablement qu’il resterait à Downing Street quel que soit le résultat du vote. La question désormais est pour combien de temps.

à 06:14

Alors que le Pays de Galles est favorable au camp du "Leave", sa capitale Cardiff vote "Remain" avec 60%.

à 06:10

C'est à Stephen Crabb, secrétaire à l'emploi et aux retraites, que revient la tâche ingrate de reconnaître la défaite du camp gouvernemental en faveur du "Remain".

"Je pense que nous sommes déconnectés de la classe ouvrière blanche", a-t-il déclaré. "Nous n'avons pas su leur transmettre nos message. Lorsque nous avons essayé de leur expliquer à quel point le marché unique européen était bénéfique pour leurs emplois, leurs moyens d'existence, nous n'avons pas transmis ces messages avec succès", a-t-il déploré.

Pour le ministre, "les anciennes zones blanches industrielles de la classe ouvrière n'ont clairement pas cru" les intentions du gouvernement.

Stephen Crabb a cependant estimé qu'il était "absolument essentiel" que David Cameron demeure premier ministre. Un souhait conforté par le soutien apporté en début de soirée par de nombreux députés conservateurs, dont Boris Johnson, au locataire de Downing Street. Mais d'autres voix conservatrices, parmi les plus ardents militants du "Brexit", s'élèvent pour contester son leadership.
Selon la journaliste de ITV Allegra Stratton, les pontes du parti conservateur envisagent déjà une "sortie digne" pour David Cameron et George Osborne, qui avait pris fait et cause pour le "Remain".

à 06:07

Face à la perspective de plus en plus probable d'une victoire du Brexit, les marchés financiers sont fébriles. L'indice britannique FTSE100, qui varie pour l'instant en-dehors des heures de cotation, devrait selon toute vraisemblance ouvrir en forte baisse, à -7,8%, largement en-dessous des 6000 points.
Emmanuel Duteil, rédacteur en chef à Europe 1, anticipe une volatilité accrue des marchés face au Brexit qui se rapproche.

à 06:05

"L'Ecosse a délivré un vote fort et sans équivoque pour rester dans l'UE", a déclaré Nicola Sturgeon, martelant que "le peuple d'Ecosse voit son avenir comme faisant partie de l'Union européenne."

Dans l'europhile Ecosse, un Brexit pourrait justifier l'organisation d'un nouveau référendum d'indépendance, après celui de septembre 2014, comme le souhaitent les nationalistes du parti SNP, dirigé par Sturgeon.

à 06:04

Le Remain l'emporte sur le Brexit d'une très courte avance à Leeds. Avec 194.863 voix pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, contre 192.474 pour une sortie, la victoire des pro-européens est particulièrement serrée.

à 05:56

Le taux de participation estimé à 72,2%

La participation a été très forte, elle est estimée à 72,2%, selon une source officielle.

à 05:50

Birmingham, bastion de la gauche, s'est prononcée pour une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, à une très courte majorité. Avec 50,4% des voix, le camp du Leave obtient une victoire courte mais surprenante.

à 05:48

Les premiers résultats définitifs sont connus pour les régions écossaise et galloise. Alors qu'en Écosse, comme attendu, le Remain est largement gagnant (62%), sans surprise, c'est le Leave qui a pris l'avantage au pays de Galles, avec 52,5% des suffrages.

à 05:47

La presse britannique annonce la victoire du "Leave"

Le résultat final semble faire de moins en moins de doute. Après la chaîne ITV et la prestigieuse BBC, c'est au tour du quotidien de centre-gauche The Guardian (qui avait appelé à rester dans l'Union européenne) de prédire la victoire du "Brexit".

5h31 = Le Leave en tête, plus de 275 circonscriptions ont dépouillé

Alors que les résultats sont connus pour 278 circonscriptions (sur 382), le camp du Brexit est toujours en tête, avec 51,8% des votes. Il reste désormais à peine plus d'une centaine de circonscriptions où le dépouillement continue et qui pourraient faire basculer le vote.

dépouillement continue et qui pourraient faire basculer le vote.

à 05:21

Le camp du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne a glané 62% des voix dans la circonscription de Bristol, rassemblant plus de 141.000 votes.

à 05:13

Le tribun de l'UKIP a intérêt à être en bonne santé cardiaque, après cette nuit. Apparu fébrile et fataliste vers minuit, affirmant que la victoire du "Remain" semblait "acquise", il est réapparu devant les caméras exultant. Cette fois, il venait pour revendiquer la victoire, à son quartier général de campagne.

"L'aube se lève sur un Royaume-Uni indépendant", a-t-il déclaré devant la presse. "C'est la victoire des vraies gens, des gens modestes et dignes", a-t-il ajouté. "Nous nous sommes battus contre les multinationales, contre les grands partis", a-t-il martelé.

Nigel Farage a conclut en déclarant que son camp avait repris le contrôle du Royaume-Uni "sans tirer une seule balle". Une fulgurance qui apparaît comme du plus mauvais goût, après l'assassinat de Jo Cox.

EN DIRECT - La presse britannique annonce la victoire du "Leave" = Les Bourses européennes ouvriront en forte baisse

à 05:10

C'est le camp de l'Europe qui arrive en tête à Cambridge, à 74%.

à 05:04

Les votes de plus de 230 circonscriptions sur 382 ont été dépouillés et le Leave est toujours en tête avec 51,3% des voix. Malgré les résultats tombés dans plusieurs grandes villes, comme Manchester et Édimbourg, favorables au maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, c'est toujours l'hypothèse d'un Brexit qui, à 5 heures du matin, restait la plus probable.

suite et source

Tag(s) : #ACTUALITES, #EUROPE, #ECONOMIE - FINANCE, #POLITIQUE, #Crise de l'Euro

Partager cet article