Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un avion d’EgyptAir a disparu des écrans radars, probablement tombé en mer, mais pour l’instant, les informations sont peu nombreuses…

Ce qui est intéressant, c’est que les États-Unis ont émis l’hypothèse d’un engin explosif et qu’ils vont aider à l’enquête comme l’explique un article de Sputniknews: « A travers un officiel s’exprimant sous couvert d’anonymat à la chaîne CNN, le renseignement américain a évoqué sérieusement la possibilité qu’un engin explosif ait détruit l’avion en plein vol, déclenché par un passager. Les services du renseignement américains coopèrent avec les autorités françaises et égyptiennes à propos du crash du MS408« . Une bombe? Réellement? Je serai mauvaise langue, je dirai que celle-ci est américaine, cela ne serait pas la première fois qu’ils utilisent des vols commerciaux pour cela.

Il y a eu un précédent en Janvier 2016, officiellement, c’était de fausses bombes et des détonateurs qui ont été découverts par des employés de Fedex à l’aéroport d’Orly, un « simple test » réalisé par les États-Unis sans que cela ne suscite le moindre scandale, alors que le niveau de sécurité était extrêmement élevé et que l’état d’urgence venait d’être décidé, un rappel est fait en fin d’article. Mais ne nous fourvoyons pas, les coïncidences existent aussi… 😉

via le M.E.

Vol d’EgyptAir: des débris retrouvés au sud de l’île de Karpathos

Source de l’image: Wikipedia

Des débris qui pourraient être ceux de l’avion d’Egyptair qui s’est abîmé jeudi en Méditerranée avec 66 personnes à bord ont été découverts au large de l’île grecque de Crète par un avion égyptien, a indiqué à l’AFP le porte-parole de l’armée grecque, Vassilis Beletsiotis.

« Des objets ont été localisés dans le sud-est de la Crète par un C-130 egyptien, dans une zone qui du point de vue aérien dépend de l’Egypte. Des bateaux seront envoyés sur place » pour vérifier de quoi il s’agit, a indiqué M. Beletsiotis.

La télévision publique grecque ERT1 a indiqué de son côté que « des débris ont été découverts à 230 milles marins de la Crète ».

Selon les autorités grecques, le point présumé de la chute de l’avion est situé à 130 milles marins au large de l’île de Karpathos, située à l’est de la Crète.

Le ministre égyptien de l’Aviation civile a estimé que l’hypothèse d’une « attaque terroriste » était « plus probable » que celle d’une défaillance technique pour expliquer le crash. Selon lui, « la probabilité, la possibilité, d’une action à bord, d’une attaque terroriste, est plus élevée que celle d’une défaillance technique ».

Pourtant, le président français François Hollande a indiqué qu' »aucune hypothèse n’est écartée ». « Lorsque nous aurons la vérité, nous devrons en tirer toutes les conclusions, que ce soit un accident ou une autre hypothèse que chacun a à l’esprit, peut-être une hypothèse terroriste », a-t-il déclaré.

Le pilote n’avait signalé « aucun problème » aux contrôleurs aériens grecs lors de sa dernière conversation « à peu près 00H05 GMT », selon l’aviation civile grecque. Il était même « de bonne humeur et a remercié ses interlocuteurs en grec », a précisé son chef Constantin Litzerakos.

Le contact avec l’avion, un Airbus A320 mis en service en juillet 2003, a été perdu 16 kilomètres après l’entrée de l’appareil dans l’espace aérien égyptien et alors qu’il volait à 11.280 mètres d’altitude, indique EgyptAir sur son compte Twitter.L’avion d’EgyptAir, parti de Paris à destination du Caire et qui avait disparu des radars, s’est abîmé en mer Méditerranée.

Source: Sputniknews.com

Mais quand-même, puisque j’évoque le sujet plus haut, un petit rappel au sujet de cette histoire de bombes américaines découvertes à Orly, car certains ont pu rater cette information:

Il y a eu comme un vent de panique vendredi 22 janvier à l’aéroport de Roissy. Des employés de la société américaine Fedex étaient en train de gérer le transit d’une livraison dans la zone de Fret lorsqu’un colis s’est ouvert sur le tapis roulant et a laissé apparaître une cocotte-minute remplie de boulons et de vis. Les salariés ont découvert que deux autres paquets contenaient des dispositifs qui ressemblaient à des bombes et à des détonateurs. Le tri a été immédiatement interrompu et la sécurité de l’aéroport alertée. Les dispositifs étaient en réalité factices et bien imités. Ce n’est pas une mauvaise plaisanterie, les colis étaient expédiés depuis les USA par une pseudo société commerciale à destination de l’ambassade américaine de Tunis. Il s’agissait en fait d’un test pour suivre la fausse bombe tout au long du trajet et jauger les services de sécurité. Les salariés de Fedex ont présenté leur droit de retrait et demandent une rencontre avec leur direction.

Plus sur RTL

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article