Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour l’instant en effluents de césium 137. Deux bornes.

Au minimum avec le seul incendie de forêt (Le dépôt est à surveiller en raison du radium abondant qu’il contient fatalement. Mais il nous faudra des jours sinon des semaines avant de savoir quelque chose.)

1,61E5 hectares * 8,74E6 Bq/hectare = 1,41E12 Bq et 38,04 Ci dont 10% soit 1,41E11 Bq et 3,80 Ci remis en suspension par l'incendie.

Multiplier par au moins 4 pour tenir compte des autres éléments co-présents (Ba137-m, « fils du Cs137 » ; à l’équilibre avec lui (= qui émet autant que lui); Sr90 qui voyage dans le même ordre, tritium hérité des essais de fusion et plutonium.)

Au maxi

1,61E5 hectares * 8,74E6 Bq/hectare = 1,41E12 Bq et 38,04 Ci dont 60% soit 8,44E11 Bq et 22,82 Ci remis en suspension par l'incendie.

Multiplier par au moins 4 pour tenir compte des autres éléments co-présents

-----

Pour donner une "idée".

Lire aussi un article de l'Aipri qui éclaire le sujet

Mon césium au Canada. (AIPRI)

Un incendie dantesque d’origine indéfinie, là-bas désigné « la bête », ravage en ce moment même la région de l’Alberta au Canada. Plusieurs mois de feu sur ce sol bitumeux sont pronostiqués à moins d’une pluie miraculeuse et abondante. La ville de Fort McMurray, 57 parallèle, a été entièrement évacuée et l’industrie pétrolière d’extraction du sable bitumeux est à l’arrêt complet.

Bien que les autorités dites compétentes en matière de radioprotection soient parfaitement au fait que la biomasse en feu relâche d’abondants effluents radioactifs artificiels (césium, barium, strontium, tritium, plutonium) hérités des essais atomiques et des accidents nucléaires avariés, elle tient le plus parfait des silences alors que les nuages épais transportent à travers la nation et le continent une radioactivité à terme délétère à quelque dose que ce soit.

.....Si 2 millions d'hectares brûleront à terme, ce que nous ne souhaitons bien entendu pas mais c'est un scénario qui presse, alors 10,49 TBq (283 Ci) prendront le chemin des airs et des appareils pulmonaires. Traduit en dose létales aigües potentielles il y aurait alors là en vadrouille aérienne, selon la très officielle ICRP, un équivalent de 10000 Ld par inhalation et 27500 Ld par ingestion rien qu’en Césium 137.

Tout sur le site de l'AIPRI

CANADA : Alberta-incendie : chiffres des irradiations possibles

Important : LE FEU QUI DORT SOUS LA TERRE

Combattre les incendies qui font rage en Alberta pourra prendre des mois, a-t-on appris samedi. Or, cela ne veut pas dire que l’on verra des flammes gigantesques danser sur la cime des arbres jusqu’à l’été, mais plutôt que la maîtrise des feux couvants sera une tâche titanesque.

Source

« Il s’agit de feux qui vont brûler en profondeur dans la terre, dans les racines des arbres, dans les souches, explique Robert Lemay, porte-parole de la SOPFEU. L’intensité du feu diminue, mais ça reste très chaud à l’intérieur. À l’abri, ça va couver tranquillement, se répandre, et à tout moment, les flammes pourront ressortir. »

Publié par wendy

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article