Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mode halal se répand : silence de Lagerfeld, Gauthier…
La mode halal se répand : silence de Lagerfeld, Gauthier…
La mode halal se répand : silence de Lagerfeld, Gauthier…

Valentino, Yves Saint Laurent ou encore Gucci ont été parmi les premiers à faire de la mode « halal » sans le dire, en allongeant les manches de leurs robes de soirée ou en réinterprétant caftans et abayas. Depuis deux ans, les labels du prêt-à-porter et de la fast fashion, tels DKNY, Tommy Hilfiger, Mango, Zara ou le site Net-a-Porter se sont engouffrés dans la brèche avec des collections « spécial ramadan ». Le japonais Uniqlo a confié, lui, à la styliste Hana Najima une collection pudique vendue dans sept pays. Et H&M a pris date en faisant poser en hijab le mannequin Mariah Idrissi dans l’une de ses campagnes internationales.

Selon un rapport de l’agence Thomson Reuters, les dépenses mondiales en vêtements et chaussures des musulmans devraient atteindre 484 milliards de dollars en 2019. Et d’après le cabinet de conseil en stratégie Bain & Co, la mode islamique pèserait 96 milliards et croîtrait de 5% par an, contre 3 % pour les autres marchés. Une manne qui a fait la fortune de pléthore de marques inconnues en Occident. Rien qu’en Turquie, 250 entreprises surfent sur la mode pudique, telles Armine et le colosse Tekbir qui y compte plus de 100 points de vente. Installées principalement en Asie et au Moyen-Orient, elles écoulent aussi leurs articles sur le Web en Europe et en Amérique pour répondre à la demande locale.

Le e-commerce vecteur de développement

« Les grands groupes qui trustent la mode pudique sont nés en ligne. Ils s’appellent Shukr, fondé à Londres en 2001, Tekbir, ou encore AAB, le géant britannique qui a ouvert 2 boutiques au Royaume-Uni », précise Joëlle de Montgolfier du cabinet Bain.

Dubai, qui aspire à devenir une capitale mondiale de la mode, organise, comme 16 autres métropoles – dont Paris – dans le monde des défilés islamiques. La ville se positionne pour être en pôle sur ce marché devant Istanbul. Elle espère attirer les futurs créateurs des pays du Golfe dans son quartier D3, défiscalisé et dédié au design. Un enjeu auquel Franca Sozzani, la patronne du Vogue italien, contribue depuis trois ans, en faisant émerger des talents du cru lors de la Vogue Fashion Dubai Experience.

Source
Vu i
ci

Publié par Paul

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article