Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour ceux, qui ne l'auraient pas vu, je vous rappelle l'excellent documentaire d'Elise lucet : Cash Investigation : Produits chimiques : nos enfants en danger

Et vous allez tout de suite comprendre pourquoi les insectes, abeilles et papillons disparaissent....

L'ONU met en garde contre le déclin de la production alimentaire, causées par les morts massives des populations d’abeilles

Mercredi, 2 mars 2016 00:00 Par Dahr Jamail , Truthout | rapport

Les populations d'abeilles et d'autres espèces essentielles à la pollinisation agricole diminuent rapidement, selon la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) de l’ONU, qui a publié un nouveau rapport à la fin février.

L'IPBES a pointé la baisse dans le monde entier, et a cité des perturbations climatiques d'origine humaine, la perte de leur habitat, les pesticides, la pollution, les espèces invasives et les agents pathogènes comme étant les facteurs responsables du déclin.

Bien que le rapport du groupe n'ait pas déclaré une menace à grande échelle, l'annonce est inquiétante, car les populations d'abeilles ont diminué régulièrement dans le monde entier pendant la dernière décennie, et les mortalités semblent s’accélérer dans leur occurrence.

Bayer à blâmer ?

« Beaucoup d'abeilles sauvages et de papillons ont décliné en abondance, dans la diversité à l'échelle locale et régionale en Europe du Nord et en Amérique du Nord », selon une déclaration de l'IPBES. Le groupe a ajouté que les abeilles et les autres populations de pollinisateurs sont en baisse dans le reste du monde aussi.

Étant donné que certains calculs montrent que chaque troisième bouchée de nourriture que nous mangeons a été pollinisée par une abeille, cette tendance devrait nous alarmer tous.

Le déclin des populations d'abeilles dans le monde entier s’est répandu de façon spectaculaire depuis l'hiver et le printemps du début 2007, quant au cours de cette saison, une mortalité massive des abeilles domestiques autour des États-Unis a été si gravissime que les chercheurs ont développé l'expression « syndrome d'effondrement des colonies ».

Cette saison a vu certains apiculteurs perdants plus de 80 pour cent de leurs colonies, et beaucoup pensent que les statistiques étaient encore pire que cela.

« Les abeilles, qui sont un maillon essentiel dans l agriculture des États-Unis ont été, sous la pression grave d'un problème mystérieux, le : Colony Collapse Disorder (CCD), qui est [a] un syndrome défini comme une colonie morte sans abeilles adultes ou de corps d’abeilles mortes, mais avec une reine vivante et en général le miel et les abeilles immatures encore présentes, » selon le Département américain de l'Agriculture (USDA).

« Aucune cause scientifique expliquant le syndrome du CCD n’a été prouvée », ajoute l'USDA.

Mais la Harvard School of Public Health est en désaccord avec cette affirmation de l'USDA : L'école a publié une étude terrifiante, en 2014, qui a déclaré que même de petites quantités de néonicotinoïdes, un pesticide mortel largement utilisé sur les plantes que les abeilles pollinisent, sont probablement la cause du CCD.

« Nous avons démontré à nouveau dans cette étude que les néonicotinoïdes sont très susceptibles d'être responsables du déclenchement du syndrome CCD dans les ruches d'abeilles qui étaient en bonne santé avant l'arrivée de l'hiver », l'auteur principal de l'étude Chensheng (Alex) Lu de Harvard a déclaré dans un communiqué.

L'étude de Harvard a montré que les ruches exposées même à de petites quantités de deux formes de néonicotinoïdes étaient beaucoup plus vulnérables au syndrome du CCD que les ruches non exposées.

Le pesticide est fabriqué par la société Bayer, basé en Allemagne, il est interdit en Europe, mais continue à être largement utilisé aux États-Unis.

L'importance des abeilles

« Si les abeilles disparaissaient de la surface de la Terre, l'homme n’aurait pas plus de quatre ans à vivre », a dit une fois Albert Einstein. « Plus d'abeilles, plus de pollinisation ... plus d'hommes ! »

Même le magazine conservateur The Economist a récemment mis en garde contre les « rapports généralisés de vastes mortalités massives » et la « contraction des effets d’extinctions de masse » de colonies d'abeilles.

L'IPBES a rapporté qu'en Europe, 9 pour cent des espèces d'abeilles et de papillons sont menacés d'extinction et les populations d’abeilles sont en baisse pour 37 pour cent, les espèces de papillons pour lesquels les données suffisantes sont disponibles sont en baisse de 31 pour cent. Dans certains endroits en Europe près de la moitié des espèces d'abeilles sont menacée.

Le groupe admet ce qu'elle appelle un « écart de données » (manque d'informations) en Asie, en Afrique et en Amérique latine, mais soupçonne que des baisses similaires se produisent, puisque les mêmes conducteurs de CCD sont présents dans ces zones.

Simon Potts, directeur adjoint du Centre pour la recherche agro-environnementale à l'Université de Reading en Grande-Bretagne et co-président du rapport, a déclaré au Guardian : « Presque tous vos fruits et beaucoup de vos légumes sont dépendants de la pollinisation. »

Les rapports IPBES indiquent que les baisses des pollinisateurs comme les abeilles conduiraient à une baisse des rendements globaux des cultures, l'augmentation des prix des denrées alimentaires et une réduction générale des profits pour l'industrie de l'agriculture dans le monde entier.

Rien de moins qu'une interdiction des pesticides à base du produit de Bayer, des réductions spectaculaires de la pollution mondiale et l'arrêt des perturbations climatiques causées par l'homme, mettraient fin à la baisse continue des abeilles et des papillons.

Copyright, Truthout.org. Reprinted with permission

Source(s) : Truth-out.org via Contributeur anonyme

Traduction : ~ folamour ~ Corrections : ~ chalouette ~

Tag(s) : #NATURE - ECOLOGIE

Partager cet article