Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Éducation. Najat Vallaud-Belkacem veut arracher les enfants aux familles avant 3 ans

Najat Vallaud-Belkacem et Laurence Rossignol ont annoncé lundi 4 avril 2016 une campagne d’information destinée aux familles, afin d’augmenter la scolarisation des enfants de moins de 3 ans. « Ces scolarisations progressent moins vite que prévue dans les zones en difficulté » a déclaré Mme Belkacem, ministre de l’Éducation nationale. « Toutes les études nous démontrent à quel point la scolarisation précoce est gage à la fois d’une meilleure acquisition du langage, d’une meilleure sociabilité pour les enfants, d’un meilleur développement psychomoteur, notamment » lorsqu’ils « viennent de milieux sociaux défavorisés« , a-t-elle souligné. Najat Belkacem peste car la scolarisation des enfants de moins de trois ans a été divisée par trois sous la mandature de Nicolas Sarkozy (11% en 2012), tandis que le gouvernement de François Hollande veut atteindre 30% en éducation prioritaire et 50% en REP+.

« C’est une hérésie » nous confie un pédiatre. « Les enfants ont besoin de dormir, d’avoir un rythme paisible, et cela, seule une éducation à la maison dans les premières années de vie peut l’offrir . Les générations crèche, générations école à 3 ans, sont des générations fatiguées dans des années de construction fondamentales ».

« Jusqu’à 3-4 et même 5 ans, les enfants sont faits pour être aux côtés de leurs parents, à la maison. Mais encore faudrait il que ce gouvernement comme les autres qui lui ont succédés fassent quelque chose pour aider les familles, et pour revaloriser le rôle de mère ou de père en foyer. » nous confie Stéphanie, qui élève 4 enfants « qui vont à l’école à partir de la Grande section ou du CP ». « Ils veulent tuer la famille, arracher les enfants dès le plus jeune âge aux familles pour pouvoir les contrôler dès le début. C’est honteux.». Et qu’on ne lui parle pas des difficultés financières : « j’ai élevé mes 4 enfants, mon mari travaillait. Ca n’était pas facile tous les jours, on se serrait la ceinture, mais nous y arrivons (NDLR : le dernier a 3 ans). Un salaire parental pour inciter l’un des deux parents à rester à la maison, voilà qui relancerait la natalité, et qui permettrait d’apporter un début d’éducation sereine à ses enfants. Ils n’appartiennent pas à la République ! ».

Stéphanie fait partie de ces millions de Français qui n’ont pas envie de scolariser tôt leurs enfants. « Beaucoup de familles rechignent à envoyer leurs enfants si tôt à l’école » déclare Mme Belkacem , qui jusqu’en 2011 faisait partie du «Conseil de la communauté marocaine de l’étranger» (CCME) et qui a aujourd’hui entre les mains la scolarisation des petits Français.

Une campagne d’information sera déclinée en plusieurs langues (?) pour convaincre les familles. Il est vrai que dans les familles immigrées, traditionnelles, les enfants quittent assez tard le cocon familial pour l’école. « Ils doivent d’abord apprendre à la maison, puis savoir bien se comporter, avant d’aller à l’école » nous dit Djamila, de Nantes , qui porte en horreur la ministre de l’Éducation nationale : « elle est dangereuse. Elle veut couper tous les liens avec les familles, tous les liens naturels de l’homme et de la femme, elle veut tout casser. Je ne suis pas d’accord », explique-t-elle, en rappelant également que la ministre avait pris position pour la théorie du Gender ou pour le mariage et l’adoption par les homosexuels. « Je ne veux pas que mes enfants apprennent cela. Ca n’est pas bien ! ».

Pour développer la préscolarisation, le ministère a créé 1.100 postes de professeurs des écoles. La scolarisation des enfants de deux ans suppose aussi des investissements de la part des mairies pour accueillir ces très jeunes enfants dans des locaux adaptés, par exemple à la sieste, ainsi que l’embauche d’Atsem, des agents territoriaux qui aident les instits dans les classes.

Écoeurés par la politique gouvernementale en matière d’Éducation nationale, navrés par le naufrage scolaire de générations sacrifiées sur l’autel de l’idéologie, nombreux sont les parents d’élèves qui misent désormais tout sur les écoles indépendantes hors contrat, ou qui enlèvent tout simplement leurs enfants du système scolaire de la République.

L’offensive menée par Najat-Vallaud Belkacem ne risque pas de freiner ce mouvement de défi. D’autant que sur un autre sujet, les récentes consignes données au rectorat sur la formation des Professeurs et Directeurs au soutien à l’immigration dans les écoles avec le soutien des USA laissent clairement entrevoir une manipulation idéologique et politique des enfants, au sein même du système censé leur apporter les savoirs fondamentaux.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article