Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maj = Commentaire de Graine de piaf :

je n’ai jamais cru que le calendrier Maya annonçait la fin du monde, mais bien la fin d’UN monde et c’est bien ce que nous constatons depuis 2012 avec une accélération de plus en plus nette et rapide.
Apocalypse ne veut pas dire fin du monde, mais Rév
élation.

Ce qui se révèle exact car de plus en plus de choses, tues jusqu’à ce jour, viennent à notre connaissance, comme il a été écrit je ne sais plus où, « tout ce qui a été caché sera révélé au jour » et cela va aller en s’amplifiant.

Maj = Maria (porte-parole du ministère russe des affaires étrangères), le calendrier des Mayas et l’apocalypse

Écoutez cette interview de plus de 25 minutes de la porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, dans l’émission « In the Now » (RT) de Anissa Naouai. Son propos, commençant par une référence au calendrier des Mayas (annonçant la fin du monde pour la fin 2012) est absolument apocalyptique, avec ces premières phrases de la réponse à la première question d’ordre général sur la situation actuelle, – “sur le continent” (européen) dit la question, mais perspective aussitôt élargie dans la réponse... (Les autres questions entrent dans les détails des situations, de la guerre de la communication, des responsabilités US et du bloc-BAO, de la presse-Système, des autres acteurs très connus, etc.)

" D’une manière générale, je crois que nous sommes allés trop vite en disant que le calendrier des Mayas avait tout faux [en annonçant la fin du monde]. Il se peut qu’ils aient eu raison parce que ce à quoi nous assistons en ce moment, ce sont des mouvements tectoniques dans les relations et sur la scène internationales. Cela ne concerne pas qu’une région, qu’un continent, c’est un mouvement global, une redistribution des forces dans le monde. Du moins, tout l’indique, et malheureusement la tendance ne fait que s’amplifier.

" A la base [de ce mouvement], on trouve certains pays, – et on peut les nommer ouvertement, – et leur décision de remettre en question les principes fondamentaux des relations entre les nations et leur interaction. Ils ont cherché à réduire, à détruire certains principes, comme le respect mutuel entre États, l’intégrité territoriale, la souveraineté des autres pays, la non-ingérence dans les affaires d’autrui. Ces principes sont inscrits dans la Charte de l’ONU [...] et se retrouvent aujourd’hui en danger.

"Ce qui se passe aujourd’hui avec la situation des “migrants”, – ou, pour appeler un chat un chat, des “réfugiés”, – c’est un exode du Moyen-Orient. La situation du Moyen-Orient et la montée du terrorisme, ne sont que des signes avant-coureurs de ce qui va arriver, qui nous montrent ce à quoi le monde va aboutir... [...] Bien sûr, je ne veux pas jouer les Cassandre mais, comme je l’ai dit, ce ne sont que les premiers symptômes..."

L’interview a été diffusée sur RT-anglais le 17 février et sur RT-français le 21 février. Il nous paraît extrêmement significatif pour plusieurs raisons qui tiennent aux circonstances techniques et autres, à partir de l’intervention de Zakharova dont on a déjà dit quelques mots. Zakharova est une professionnelle de premier plan, ayant passé plusieurs années à New York, comme porte-parole de la délégation russe ; elle parle parfaitement l’anglais et, dans cette sorte d’interview des médias russes diffusant en anglais, elle a l’habitude de parler elle-même en anglais. Cette fois, elle répond en russe aux questions qui lui sont posées en anglais. C’est le signe qu’elle veut parfaitement contrôler ce qu’elle dit, et donc que la description apocalyptique qu’elle fait est voulue, et qu’elle représente très précisément la pensée de la direction russe, notamment du couple Poutine-Lavrov. Le fait qu’une version française (sous-titre) d’un entretien aussi long et parfaitement traduit ait été diffusée après un délai technique montre que la direction russe veut une diffusion maximale et ne retire aucun mot de ces déclarations.

Le titre de l’interview dans RT-français est : « Nous n’avons plus le temps de jouer, les terroristes sont déjà parmi nous. » Zakharova agissant comme une interprète directe de son ministre (et de Poutine par conséquent), d’une façon dont les formes dissimulent à peine la démarche, on doit conclure que tout cela indique une alarme et une inquiétude extraordinaires de la direction russe, dont on sait qu’elle ne perd jamais son sang-froid et qu’elle pèse tout ce qu’elle dit. On tiendra donc cette intervention pour particulièrement importante et extrêmement significative de l’état d’effondrement de la situation générale telle que la perçoivent les Russes qui sont certainement les mieux informés et les plus lucides à cet égard.


Source

Publié par Paul

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article