Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Commentaire de Jules Vairne :

Monsanto crée des OGM,des pesticides, Monsanto tue les abeilles, Monsanto crée la pollinisation sans abeilles.. Utérus artificiel, procréation sans parents. appropriation du vivant... continuez de laisser faire, je veux même pas voir le monde que vous allez léguer à vos enfants, je m'en fous j'en ai pas...

Découverte d’un gene qui permettra la reproduction des plantes sans l’aide des abeilles ..

Comme si on pouvait se passer des abeilles et remplacer ce que la nature a mis des millions d’années à créer, dans une parfaite osmose et harmonie. Et un équilibre juste et fragile . Si l’homme commence à se prendre pour Dieu, ça va mal se terminer pour l’homme. Z

Les abeilles sont victimes d’une hécatombe tragique à travers la planète. En France, nos politiques avaient la possibilité de les protéger les abeilles en interdisant le Sulfoxaflor, un produit extrêmement dangereux autorisé par l’UE alors qu’il est interdit dans d’autres pays dont les Etats-Unis. Cela n’a pas été fait car c’est le qui FN avait proposé l’interdiction. Quand à l’Union Européenne, elle l’a tout simplement autorisé, ce qui ne va à l’encontre de toute pensée intelligente, puisque l’Europe affiche un déficit de 7 milliards de ces insectes pour polliniser correctement ses cultures.

Vous avez également les néonicotinoïdes qui touchent l’ensemble de la biodiversité, là également, le sénat français à refusé leur interdiction ! Le déclin des abeilles (expliqué ici en 3 minutes), ne risque pas de se calmer, surtout si cela peut au final rapporter à Monsanto qui veut absolument populariser ses abeilles transgéniques. Les seuls qui aient montré un minimum de respectabilité dans le domaine sont les québecois qui ont émis le souhait de tripler le nombre de produits interdits, toujours pour la protection des abeilles.

Il y a pourtant de nombreuses alternatives

Et là, coup de tonnerre, des scientifiques israéliens ont découvert un gène qui pourrait mener à la reproduction des plantes sans fécondation, et donc, les abeilles ne seraient même plus utiles…

Une découverte de l’Université de Tel-Aviv va permettre de révolutionner l’agriculture et de renforcer la sécurité alimentaire mondiale. Le groupe de recherche dirigé par le Prof. Nir Ohad, du Département de biologie moléculaire et d’écologie des plantes, directeur du Centre Manna pour la sûreté et la sécurité alimentaire de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec l’équipe du Prof. Ralf Reski, chef du Département de biotechnologie des plantes à l’Université de Fribourg en Allemagne, a isolé un gène qui active le mécanisme de la multiplication asexuée des plantes.

Cette découverte, qui jette la lumière sur la transition évolutive des espèces marines vers les espèces terrestres est également susceptible de révolutionner l’agriculture et de renforcer de manière significative la sécurité alimentaire dans le monde.

Les résultats de l’étude, qui a démarré il y a une décennie, viennent d’être publiés dans la revue Nature Plants. “D’une manière générale, on distingue la reproduction sexuée et la multiplication asexuée, dite aussi végétative pour les plantes”, explique le Prof. Ohad. “Dans le cas de la reproduction sexuée, deux gamètes s’unissent pour créer la prochaine génération. La “logique” de l’évolution a conduit à la formation de descendants différenciés, chacun adapté à son environnement de manière un peu différente. Cette variabilité assure la survie. Si nous étions tous identiques, la survenue d’une situation nouvelle pourrait éliminer toute l’espèce. D’un autre côté, il n’est pas toujours possible de trouver un partenaire pour la reproduction sexuelle. Mais la nature a prévu cet écueil : une plante qui pousse dans un environnement où la pollinisation est difficile, par exemple, pourra quand même produire des descendants identiques à lui s’il possède un mécanisme primaire de reproduction asexuée. Il s’agit d’un genre de sauvegarde évolutive de la plante”.

C’est une telle plante, une mousse de type Physcomitrella patens qui a été choisie comme modèle pour cette étude par les chercheurs. Au moyen de l’expression d’un gène isolé, nommé BELL1, dans les tissus de la plante, ils lui ont fait produire des embryons à l’extérieur de son système de reproduction, dans un tissu analogue à ses “tiges”. Ces embryons, identiques les uns aux autres, ont eux-mêmes grandi et produit leur propre progéniture fertile.

Nous avons réussi à isoler un gène particulier, que nous recherchions depuis très longtemps chez toute sorte de plantes” explique le Prof. Ohad. “En exprimant ce gène, nous avons contourné la nécessité du processus de reproduction et du système reproducteur, et nous avons fait en sorte que la plante créé sa prochaine génération de façon indépendante et sans fécondation. Le gène que nous avons identifié fait partie du système épigénétique de la plante, mécanisme responsable de l’expression des gènes en fonction de leur emplacement et de leur environnement interne et externe.

Source et suite des explications sur Siliconwadi.fr
Source

via source

Tag(s) : #NATURE - ECOLOGIE

Partager cet article