Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Petit conte de Noël à la française

On sonne à la porte :

Un homme, costume sombre : Bonjour. Kévin Corbeau, ministère des affaires sociales et des nouvelles parentalités. Je suis contrôleur social de citoyenneté assermenté. Je suis bien chez monsieur Louis-Gérard Martin ?

Monsieur Martin, alias Le Père : Oui, bonjour monsieur... Que puis-je faire pour vous ?

L'homme au costume sombre, alias le contrôleur social : C'est plutôt moi qui puis faire quelque chose pour vous, monsieur Martin. Les enseignants de votre fille ont signalé son comportement à nos services. j'ai donc reçu un mandat du préfet pour l'interroger. En votre présence, naturellement. Puis-je entrer ?

Le père, très surpris : Pardon, mais il doit y avoir erreur. Ma fille n'a aucun problème de comportement scolaire, elle est enchantée de sa classe de CP, est intarissable sur ses copines de classe, et apprend plutôt très bien à lire et à écrire, à en juger par ses notes

Le contrôleur social, entrant d'autorité dans le salon familial : Il ne s'agit pas de ses notes. Ou plutôt, si, mais pas comme vous l'entendez. Il semblerait que les progrès de votre fille montrent qu'elle reçoit une aide anormalement élevée de ses parents à la maison, les professeurs estiment impossible qu'avec leurs méthodes de lecture égalitaires, votre fille ait pu apprendre aussi vite à lire avec une diction parfaite. Il y a rupture d'égalité avec les enfants dont les parents sont issus de milieux plus modestes et ne peuvent pas aider leurs enfants avec autant d'efficacité. Il convient donc de vérifier que l'assistance que vous lui apportez n'est pas susceptible de porter préjudice aux autres enfants.

Le père, ouvrant de grands yeux écarquillés : Mais enfin, quels parents ne souhaitent pas aider leurs enfants à progresser, dans la mesure de leurs possibilités ?

Le contrôleur social : Justement, ces possibilités ne sont pas les mêmes pour tous. Nous devons vérifier, selon les termes de la loi Belkacem sur l'égalité parfaite des chances du 1er avril 2016, que les élèves qui fréquentent la même classe que votre fille ne subiront ni désavantage excessif à la sortie de leurs études, ni un sentiment de déclassement ou de frustration du fait de la supériorité des résultats scolaires de votre fille qui seraient explicables non par ses mérites propres mais pas la supériorité de la situation sociale de ses parents. Je dois maintenant interroger votre fille. Comment t'appelles tu ma petite ?

L'enfant : Amélie !

Le Contrôleur social : C'est joli, ça, Amélie. Dis moi, est-ce que des fois, tu lis avec tes parents ?

Amélie : ouiii. Tous les soirs, Papa ou maman me lisent une histoire.

Contrôleur social : Quelles histoires ?

Amélie : Ben, en ce moment, j'aime bien qu'ils me lisent "Martine en voyage", ou "Martine au cirque". Et parfois, mon père me lit des passages de "la science expliquée aux enfants".

Contrôleur social, parlant au père : Évidemment, lecture quotidienne, et ouverture précoce de l'esprit d'Amélie à la science. Ça démarre mal. Mais voyons le côté positif des choses. Je vois qu'il y a un bon équilibre entre des histoires mettant en scène une petite fille et des lectures plus orientées vers la science qui restait encore trop longtemps l'apanage des garçons. C'est que nous devons aussi vérifier l'équilibre de genre de l'éducation que vous apportez à votre enfant.

Le père, éberlué : pardon ? l'équilibre de genre ?

Le contrôleur social : Oui. Les enseignants nous ont signalé que votre fille avait tendance à féminiser les sujets de réflexion citoyens abordés en classe, tels que la recherche de métiers à faire plus tard, ou le rôle du sport dans la fabrication du vivre ensemble. Elle semble naturellement privilégier des métiers ou des activités sportives et artistiques fortement féminisés, comme infirmière ou danseuse étoile.

Le père : Et alors ? Où est le problème ?

Le Contrôleur social : Ne faites pas semblant de ne pas comprendre, monsieur. Vous ne pouvez ignorer que les stéréotypes genrés auxquels les enfants sont soumis peuvent restreindre leur liberté future de choix de leur identité sexuelle. De surcroît, mettre dans la tête d'enfants nés biologiquement avec des organes génitaux féminins qu'ils sont une fille (ou l'inverse pour les garçons) bride les possibilités de développement personnel qui s'offrent à eux. Enfin, cela peut contribuer à enfermer les futures femmes dans des rôles subalternes que la société encore patriarcale qui était notre modèle jusqu'à la loi Taubira de Septembre 2016, et dont nous peinons à éradiquer tous les stigmates, leur assigne traditionnellement.

Le père : Pardon, mais tout à l'heure vous me disiez qu'en l'aidant, je risquais de l'avantager exagérément, et maintenant vous me dites que je l'enferme dans de soi-disant stéréotypes qui peuvent la pénaliser ? Je vous jure que je ne fais pas semblant de ne pas comprendre...

Le Contrôleur : Voyez vous, les parents fautifs que nous décelons ont souvent ce type de comportement éducatif totalement incohérent, tantôt visant à pousser leurs enfants à obtenir des résultats chiffrés supérieurs à la moyenne, mais sans tenir compte des déséquilibres émotionnels qu'ils peuvent engendrer chez eux.

Le Père : C'est ahurissant. On vous paie pour dire ce genre de conneries ?

Le Contrôleur social : Attention monsieur, je vous rappelle que je suis ici avec un mandat préfectoral, et que toute résistance de votre part pourra valoir poursuites. Je continue. Je souhaite interroger Aurélie...

Le Père, agacé : Amélie...

Le Contrôleur social : Oui, c'est ça, Amélie. (Note sur un formulaire, en citant à voix haute) : Prénom ancien. Famille à caractère traditionnel, fonctionnant sans doute sur un modèle patriarcal indésirable... (Se tourne vers la petite fille) Amélie ?

Amélie : Oui monsieur ?

Le Contrôleur Social : Qu'est-ce que tes parents t'ont offert à Noël, ma petite ?

Amélie : Des poupées Barbie !

Contrôleur Social : Ah ? Pas de tracteur ? De Légos ? De tenue de Cowboy ?

Amélie : Pouah ! non, c'est des jouets de garçon, ça !

Contrôleur Social, se tournant vers le père : Vous rendez vous compte qu'à à peine 6 ans, votre fille reproduit déjà les stéréotypes genrés qui vont limiter ses chances d'accéder à l'égalité Homme/Femme dans l'avenir ? Pourquoi ne lui offrez vous que des jouets tellement ostensiblement genrés ?

Le Père, dubitatif : Euh, le père Noël lui a amené ce qu'elle a commandé...

Contrôleur Social : Ah, vous voyez ? Tout d'abord, vous rejetez la faute sur un prétendu choix de votre fille, choix que lui impose le milieu stéréotypique dans lequel elle baigne. Ensuite, vous utilisez la vieille métaphore du "Père" Noël pour lui annoncer ses cadeaux, métaphore dont le côté patriarcal ne vous aura pas échappé. Vous instillez dans l'esprit de votre fille que c'est un "père", donc un homme, qui lui amène cadeaux et bienfaits. Il ne faudra pas s'étonner, si, plus tard, elle croit que c'est prioritairement le rôle du mari que de travailler et ramener au foyer sa subsistance.

(Il se tourne vers la petite fille) Contrôleur Social : Dis moi, tu portes toujours des robes et des jupes ?

Amélie : Ouiii. C'est trop bien les robes. Tu veux voir ma robe rose que le père Noël il m'a apporté ? Elle est trop classe !

Contrôleur social, se tournant vers le père : Une robe rose ! Je vois que vous perpétuez dans les choix que vous faites pour l'habillement de votre fille les stéréotypes sexués qui tendent à vouloir lui conférer à tout prix une identité féminine. Vous ne lui permettez pas de déterminer librement son identité sexuelle.

Le père, se demandant ce qui lui arrive : Ah pardon, elle a librement choisi les vêtements qui lui plaisent. Et la dernière fois qu'on lui a acheté un jean, elle a refusé de le porter. Elle n'aime que les robes et les jupes, sauf par temps froid, évidemment.

Contrôleur social, agressif : Sachez monsieur, qu'à son âge, elle n'aime que ce que vous et votre épouse lui avez appris à aimer. Je suis désolé, mais votre éducation de cette jeune fille est déplorable. Je vais de ce pas demander son placement chez une assistante familiale assermentée, dûment formée à l'égalité de genre.

Le Père, haussant lui aussi le ton : Mais bon Dieu, vous êtes un grand malade ! Vous voulez nous retirer notre fille parce qu'elle joue à la poupée et porte des robes ?

Contrôleur Social : Attention à ce que vous dites, il y a outrage à fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions. Vos propos montrent que non seulement vous refusez d'admettre votre culpabilité, mais que vous vous complaisez à reporter sur autrui les accusations de mauvaise éducation qui vous échoient: c'est typique des parents maléducants ! Ensuite, vous utilisez l'expression "Bon Dieu", là encore figure patriarcale -Toutes les religions masculinisent leurs dieux et prophètes, avez vous remarqué ?-, sur un ton coléreux suggérant que vous puissiez commettre des actes violents, au nom de votre allégeance à Dieu. Je dois signaler un risque de radicalisation au fichier S ! Accessoirement, vous ne dominez pas votre masculinité à tendances violentes éruptives. Je me dois de présenter votre dossier en urgence non seulement aux services sociaux, mais au procureur. Je vous assigne d'ores et déjà à domicile pendant la durée de la procédure, selon les termes de la révision constitutionnelle Hollande de février 2017.

Le Père : C'est honteux ! Vous me parlez de préjugés, mais c'est vous qui vous donnez le droit de détruire une famille sur la base de deux trois questions stupides et de conceptions de la famille et de l'éducation contre nature ! C'est un abus de pouvoir ! Vous êtes pire qu'un nazi ! Hors de ma maison !

Contrôleur Social : Et voilà. Aucun contrôle de vos émotions. Vous êtes visiblement inapte à l'éducation d'un enfant. Soit, je m'en vais, monsieur Martin, mais je reviendrai. Je transmets immédiatement par mon appli smartphone mon ordre d'assignation à domicile à la préfecture, en vertu des pouvoirs que m'octroie la loi organique Valls de mars 2017, pour que vous ne soyez pas tenté de fuir avec votre enfant, en attendant que je revienne avec les forces de l'ordre. Nous transmettrons en outre au procureur une demande de castration chimique, conformément à la loi Touraine d'Août 2017, en complément du placement de votre fille, afin qu'aucun autre enfant ne soit victime des errements éducatifs que vous avez déjà infligés à Amélie.

Le Père (paniqué) : Attendez... attendez... Je me calme. Il doit bien y avoir un moyen d'arranger ça ? Tout cela ne peut qu'être un gigantesque malentendu... Il n'y a rien que je puisse faire ?

Le Contrôleur Social : Si par cette formulation, vous envisagez de régler la question par une enveloppe, sachez que vous aggravez votre cas... D'autant plus que depuis la loi Sapin du 18 décembre 2016, conserver des coupures en cash est un délit. Vous ne conservez pas de cash pour des transactions non déclarée, monsieur ?

Le Père, visage bleu : Grands dieux non ! Enfin, je veux dire, assurément non ! Non ! Ce n'est pas du tout ce que je voulais dire. Mais... Si ça doit me permettre de garder ma fille... Ne puis-je suivre des stages, des formations aux nouvelles parenti... Parentalités, qui me permettraient de corriger mes erreurs ? Faut me comprendre, tous ces concepts, c'est nouveau pour moi...

Le Contrôleur Social : Comme pour tous les parents, monsieur. Pourtant, certains arrivent très bien à suivre les préceptes éducatifs égalitaires citoyens renouvelés officialisés par la circulaire Slimani du 1er septembre 2017... Vous n'avez donc pas suivi les programmes télévisés de vulgarisation des nouveaux concepts de parentalité citoyenne diffusés sur le service public aux heures de grande écoute ?

Le Père : J'avoue que non. Je ne regarde plus guère la télévision, vous savez...Je travaille beaucoup...

Le Contrôleur Social : Ces cours sont également disponibles en ligne sur les sites officiels. Vous n'avez aucune excuse. Bon, enfin... Je veux bien vous laisser une chance. Il existe effectivement des stages de certification à l'éducation aux nouvelles parentalités égalitaires non genrées et citoyennes, mais il faut s'assurer que les parents qui y participent ont de bonnes chances d'y réussir leur parcours et ne perturberont pas le déroulement du cursus par des questions incessantes se rapportant à leurs habitudes décadentes d'un passé que nous aimerions à jamais voir révolu. Je comprends votre volonté de faire un effort pour conserver la garde de votre enfant, et je veux bien la noter sur mon rapport, le juge tranchera. Mais je ne puis occulter de faire figurer sur le rapport que je prépare au procureur que vous êtes une famille à risque. L'identification préalable qui nous avait été faite n'était hélas pas fantaisiste...

Le Père : Identification préalable ??? Mais... Mais... Mais... enfin, comment identifiez vous ces familles à risque ?

Le Contrôleur Social : Nous n'identifions pas. Nous opérons uniquement sur dénonciation. Je suppose que vous avez dû attirer l'attention des brigades de vigilance égalitaires citoyennes..."

Le Père : Des quoi ?

Le Contrôleur Social : Quoi, ne me dites pas que vous n'êtes pas au courant non plus ? Il s'agit d'associations loi 1901 mise en place par la loi Cazeneuve de Mai 2016, et financés par la taxe spéciale sur les écoles et télévisions privées, qui traquent les propos réactionnaires et non conformes à la vérité officielle sur Internet. Je lis sur ma fiche vous concernant que vous tenez un blog réactionnaire ?

Le Père : Pas du tout ! Je tiens un blog libéral !

Le Contrôleur Social : Réactionnaire, libéral... Tout ça, c'est la même chose, monsieur Martin, ce sont des idées du passé, ce n'est pas conforme à la nouvelle pensée écocitoyenne solidaire et fraternelle qui doit nous libérer des préjugés anciens. Vous comprenez que des gens qui professent de telles idées anti-égalitaires, si peu citoyennes et tellement conservatrices, soient en priorité ciblées par les chasseurs de mauvais parents.

Le père, dans un dernier éclair de lucidité : Je vois. Tout ceci n'est qu'un prétexte, vous pourchassez le délit d'opinion... Seriez vous aimable de me laisser une copie de mon dossier, que je puisse consulter mon avocat ?

Le Contrôleur Social : C'est votre droit de consulter un avocat, mais je ne puis vous donner de copie de votre dossier, les photocopies sont interdites depuis la loi Royal de juillet 2017 sur la régénération des forêts primaires qui interdit les copies papier de documents administratifs. Voici les codes qui vous permettront de le consulter par Internet. Naturellement, toute tentative d'impression à domicile de ce document sera détectée par nos systèmes de sécurité et vous vaudra la visite d'un de mes collègues contrôleur environnemental du ministère de la sauvegarde de la planète. Quant à trouver un avocat d'ici demain, je vous souhaite bien du plaisir. Depuis la loi Taubira du 18 brumaire 2018 établissant un tarif égalitaire unique de consultation, la plupart ont abandonné le métier. Et je vous rappelle que vous êtes assigné à domicile, il faudra donc que vous en trouviez un accepte de consulter à distance, ce qui reste assez rare vu qu'ils n'acceptent pas les écoutes aléatoires mises en place par la loi anti-terroriste Le Drian du 13 vendémiaire 2018 et font donc la grève des consultations informatisées. Le mieux que vous puissiez faire est de préparer une valise pour Amélie, je reviens demain avec les gendarmes. Au revoir, monsieur Martin. Ah, juste une petite chose. Vous serez aimable de me laisser vos clés ? Cela nous évitera d'avoir à enfoncer votre porte."

Vincent Benard
Objectif Eco

source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article