Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S'arrêter, ouvrir son sac pour en dévoiler le contenu, déboutonner son blouson, répondre à quelques questions... Autant de gestes devenus quasi quotidiens depuis les attentats du 13 novembre, lorsqu'on croise un agent de sécurité à l'entrée d'un grand magasin, d'une salle de spectacle, d'un musée... Mais faut-il vraiment s'y plier devant une école maternelle ? La réponse ne fait pas l'unanimité parmi les parents d'élèves d'un petit village - 2 800 âmes - de la périphérie de Lyon, dont on ne dévoilera pas le nom pour préserver ce qu'il lui reste de tranquillité.

Fouilles et palpations dans une école maternelle, ou comment traumatiser et terrifier la population dès le plus jeune âge

« Contre les auteurs de complot, le gouvernement saura agir avec une extrême vigueur »
Des complotistes, dans une école maternelle ?Fouille des sacs, des poussettes et des porte-bébé ; contrôle des vêtements, ceux des parents, des nourrices... voire ceux des enfants : le "pire" n'est pas arrivé tout de suite, mais quelques jours après les attentats, explique un père de famille. "Tout ça fait de manière un peu aléatoire, parfois par un agent municipal, parfois par la directrice de l'école en personne", affirme-t-il. Il ne décolère pas d'avoir vu son fils de 4 ans et demi obligé, dit-il, d'ouvrir sa parka avant d'être "palpé": "Que recherche-t-on quand on inspecte le sac à dos d'un enfant ? Qu'espère-t-on trouver hormis un goûter, un doudou pour les plus petits, quelques livres pour les plus âgés?"

Le rectorat nie tout "excès de zèle"

Dès le lundi 16 novembre, les parents avaient découvert les premières mesures de sécurisation en accompagnant leurs enfants en classe. Elles les ont d'autant plus émus qu'elles concernent des enfants de maternelle, de 3 à 6 ans, un âge que l'on aimerait préserver des affres de l'actualité. "Impossible d'accéder aux classes, il nous a fallu laisser nos enfants devant la grille sans consigne claire", raconte ce père. Une mesure qui heurte dans cette "petite école" où le lien parents-enseignants, les "transmissions" entre l'univers de la maison et celui de la classe (et inversement) comptent beaucoup.

Sollicitée, la directrice de l'école ne nous a pas répondu. Quant au rectorat de Lyon, il reconnaît l'"émotion de certaines familles qui regrettent que l'ambiance ne soit pas plus rassurante, plus sereine", mais nie tout "excès de zèle" de la part de l'équipe enseignante. Dans ce petit coin tranquille des Monts d'Or, ce ne sont pas les enseignants mais le maire du village qui a pris l'initiative de pousser la vigilance plus loin que les consignes émises par l'éducation nationale après les attentats - celles-ci préconisant, pour l'essentiel, un contrôle de l'identité des personnes étrangères aux établissements et, éventuellement (pas obligatoirement) un contrôle visuel des sacs.

"Si des terroristes ciblent une école, nous, au moins, au aura tout tenté pour les dissuader"

L'édile - sans étiquette -, par ailleurs ancien président d'une association de parents d'élèves, l'assume : "J'ai voulu que la réponse sécuritaire soit la même à l'entrée de tous les bâtiments publics du village, salle des fêtes, salles associatives... et écoles : que chaque adulte accepte d'ouvrir sacs et manteaux." Il conteste en revanche toute "fouille corporelle", a fortiori des enfants.

"Il y a eu l'époque d'avant [les attentats du 13 novembre], il nous faut accepter cet après, martèle le maire. Si des terroristes ciblent une école demain, nous, au moins, au aura tout tenté pour les dissuader de frapper ici." A son crédit, dit-il, le soutien de la majorité des familles : "Il y a 350 enfants scolarisés dans notre village, et c'est une poignée de parents - toujours les mêmes - qu'on entend râler... Ce sont les querelles de clocher, politiques, qui résonnent au sein de l'école."

"On lui avait expliqué, en classe, qu'il y avait des 'méchants', que ceux-ci pouvaient se déguiser en parents..."

Une poignée de familles, sans doute, mais très remontée. "Après les attentats, on a tous été très mal, on a tous eu très peur... Pourquoi en rajouter en diffusant un message et des pratiques anxiogènes ? L'état d'urgence ne justifie pas tout", s'indigne une mère de trois enfants, opposée à ces "contrôles humiliants".

Commentaire : Malheureusement si, l'Etat d'urgence justifie tout. Comme l'a souligné un policier à une musulmane qui a vu sa porte se faire fracasser par une horde de flics pour la simple raison qu'elle était musulmane : "de toute façon, on est en état d'urgence, on fait ce qu'on veut.'"


Des contrôles que les enfants, même très jeunes, ne peuvent pas ignorer. "Mon fils, en grande section, m'a rapporté qu'on lui avait expliqué, en classe, qu'il y avait des 'méchants', que ceux-ci pouvaient se déguiser en parents... mais qu'heureusement, dans l'école, ils étaient en sécurité", témoigne un père, déconfit. Des mots d'enfants, soupire-t-il, mais qui pour lui en disent long sur ce climat post-attentats qui peut voir la peur l'emporter sur la raison.

Pour la fédération de parents FCPE comme pour le syndicat SNUipp-FSU (majoritaire parmi les instituteurs), ce cas semble bien isolé. "Globalement, chacun entend le principe de vigilance accrue, explique Sébastien Sihr, du SNUipp, même s'il est certain que l'application doit se faire avec discernement et en bonne intelligence. Tout ne peut pas reposer sur les enseignants. Ils n'ont pas à se transformer en agent de sécurité ou de la circulation !"


Le Monde

via Sott

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article