Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bruxelles : la loi martiale va se poursuivre pour un troisième jour consécutif

Le Premier ministre Charles Michel a annoncé que les écoles seraient fermées à Bruxelles lundi et que le métro ne circulerait pas dans la capitale. Le niveau de la menace reste inchangé, au niveau 4 à Bruxelles et au niveau 3 dans le reste du pays, a confirmé le chef de gouvernement à l'issue d'un Conseil nationale de sécurité convoqué dimanche en fin d'après-midi.

"Nous redoutons une attaque similaire à Paris dans l'ensemble du pays avec plusieurs individus qui lancent des offensives à plusieurs endroits en même temps", a déclaré le Premier ministre. "La menace est considérée comme sérieuse et imminente comme hier"

M. Michel a annoncé que l'organe de coordination et d'analyse de la menace (OCAM) n'avait pas revu à la baisse le niveau d'alerte qui demeure à son maximum pour la Région bruxelloise, soit 4, et de 3 dans le reste du pays. Par conséquent, le Premier ministre a annoncé que les écoles seraient fermées dans la région bruxelloise lundi, une mesure également valable pour l'enseignement supérieur et les universités dans la capitale.

Il n'y a pas d'obligation de fermeture pour les crèches, mais M. Michel a recommandé la vigilance. Le métro ne sera pas remis en circulation lundi, et les mesures déjà annoncées samedi restent en place. Une nouvelle évaluation de la menace sera réalisée demain après-midi, et le Conseil national de sécurité se réunira à nouveau ensuite.

"Nous suivons la situations heure après heure. Tout est mis en oeuvre pour retrouver le cours d'une vie normale au plus vite", a insisté le Premier ministre lors d'une conférence de presse rassemblant les ministres de la Justice, de la Défense, de l'Intérieur, des Affaires étrangères, et les autres Vice-premiers ministres.


Commentaire : Le temple de la dictature européenne fait l'expérience grandeur nature de l'imposition de la loi martiale. Un avant-goût de l'Europe du futur ?

Tout cela ressemble étrangement à ce qu'a vécu Boston après les attentats qui ont frappé la ville lors du marathon de 2013. Les remarques de Paul Craig Roberts s'appliquent à ce que vivent les Bruxellois aujourd'hui:

Ce qui me frappe le plus au sujet de cet évènement est la facilité avec laquelle les autorités ont été capables de totalement verrouiller des zones urbaines entières, empêchant des citoyens américains de quitter leurs maisons pour aller au travail, à des rendez-vous chez le médecin, faire des courses, ou sortir leur chien. Ceci est un fait marquant. Cela met en scène la loi martiale, bien que ce ne soit pas appelé comme çà, ainsi que l'instauration de couvre-feu en pleine journée. Est-ce cela que voulait dire le Département de la Sécurité de la Patrie (DHS) il y a deux ans lorsque son chef a dit que l'agence avait recentré son attention d terrorisme international sur les extrémistes intra muros ?

Tout ceci se passe parce que 4 ou 5 personnes, incluant un des soi-disant perpétrateurs de l'attentat, sont mortes. La réponse des autorités est totalement disproportionnée au crime.

Verrouiller des zones urbaines entières pour une chasse à l'homme d'un seul individu? Ceci est un tout nouveau développement, qui n'est pas du tout de bon augure pour notre futur
en tant que société libre.

7sur7.be

via Sott

Rappel =

(...)

Parallèlement, la traque de Salah Abdeslam, qui a joué au minimum un rôle de logisticien dans les attentats de Paris, s'est poursuivie samedi. Ce suspect, qualifié d'"ennemi public numéro un" par la presse belge, reste introuvable huit jours après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts. Son frère Brahim s'était fait exploser dans un restaurant vendredi 13 novembre.

'Grosse veste' ou explosifs?
Français vivant en Belgique, Salah Abdeslam est soupçonné d'avoir convoyé les kamikazes qui se sont fait exploser aux bords du Stade de France. Il aurait ensuite été exfiltré par deux hommes vers la Belgique. Il était "extrêmement énervé" et "peut-être prêt à se faire sauter", a déclaré sur la chaîne de télévision LCI Carine Couquelet, l'avocate d'un des hommes qui affirment l'avoir aidé à fuir vers la Belgique.

Les trois passagers ont dans tous les cas "très peu parlé" durant le trajet. "Mais mon client a eu fort peur", a-t-elle ajouté. "Mon client ne parle pas d'armes, mon client parle d'une grosse veste" portée par Salah Abdeslam, cachant "peut-être (...) une ceinture d'explosifs ou quelque chose comme ça". source

20h24 - Selon iTélé, huit à dix personnes armées disposant d'explosifs sont recherchées à Bruxelles ainsi que dans la région de la capitale.

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article